« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

La présidence française de l’UE vue par la presse européenne

, 17 juin 2008

Le numéro 919 de Courrier International propose un dossier spécial sur le président français vu par la presse européenne, notamment à la veille de sa future présidence de l’Union européenne :

- Le quotidien espagnol La Vanguardia se demande si l’administration communautaire va résister à la présidence française : "Sarkozy entend appliquer à la tête de l’UE la même volonté de rupture qu’il a prônée à son arrivée à l’Elysée, attitude qui suscite la méfiance dans les couloirs de Bruxelles, où règne une diplomatie éminemment traditionnelle."

- Le journal autrichien Der Standard précise que "l’Union européenne cherche à annoncer avec ménagement [à Nicolas Sarkozy] qu’il n’est pas le seul à décider. La commission de Bruxelles a proposé le 19 mai que la coprésidence de l’Union pour la Méditerranée soit, côté européen, attribuée selon les règles habituelles de l’UE. Et non pas selon le droit français. (...) Car Sarkozy y prête une grande importance - et révèle ainsi ses intentions : il ne tient pas tant à jeter des ponts entre les cultures qu’à défendre ses intérêts nationaux."

- Un autre quotidien espagnol Pùblico rappelle que sur le dossier de l’immigration, Nicolas Sarkozy voulait imposer une ligne dure auprès de ses partenaires européens. Or, "son ministre le plus proche, Brice Hortefeux, a effacé plusieurs propositions du document préparatoire." Et le journal de se réjouir de l’opposition du chef du gouvernment espagnol José Luis Zapatero aux propositions de Nicolas Sarkozy : "Le phénomène de l’immigration est particulier, on doit le mettre sur le même plan que la lutte antiterroriste. (...) Nous devons donc l’affronter par une politique commune. Personne ne doit jouer en solo."

- En Allemagne, le journal Handesblatt s’interroge sur la pertinence du projet français d’une Union pour la Méditerranée et plus généralement, sur ces accords régionaux qui se multiplient actuellement entre des Etats membres et des Etats limitrophes de l’UE : "Toutes ces idées [de projets d’union et d’accords] avancées aujourd’hui ne servent pas nécessairement les intérêts de l’UE ni ceux de l’Allemagne. (...) L’UE doit s’attaquer à l’organisation de ses lisières, sans nourrir d’arrière-pensées politiques visant à creuser encore artificiellement le fossé qui la sépare des Etats limitrophes." Et le quotidien d’outre-Rhin d’affirmer : "L’initiative de Sarkozy vise en fait à proposer aux Etats voisins une coopération séduisante afin de pouvoir plus tard, en toute bonne conscience, leur refuser l’intégration. Cela vaut pour l’Afrique du Nord, mais aussi pour la Turquie et, dans une moindre mesure, l’Ukraine. (...) L’Union européenne est le programme de démocratisation le plus réussi du monde. Il ne faudrait donc pas compromettre ce succès en laissant des gouvernements édifier une muraille défensive autour d’elle."

- Toujours dans la presse allemande, le Süddeutsche Zeitung se focalisait sur le Traité de Lisbonne, avant le rejet de celui-ci par le référendum irlandais : "Sarkozy n’aura pas la tâche facile, mais de même que la France a mis tout son poids derrière les efforts de l’Allemagne il y a un an, Berlin soutiendra Paris aujourd’hui. (...) Merkel et Sarkozy doivent donc prendre les choses en main. Car il faudra dans les prochains mois non seulement sortir l’Europe de sa crise, mais aussi en faire une puissance efficace sur la scène internationale."

- En Pologne, la Gazeta Wyborcza constate que Nicolas Sarkozy vaut mieux que son prédécesseur Jacques Chirac : "Ses origines centre-européennes le font bénéficier d’un a priori favorable de la part des nouveaux pays membres. (...) Sarkozy ne se permettrait jamais une insolence à la manière d’un Chirac faisant des réprimandes. cela ne signifie pas pour autant qu’il soit généreux et qu’il n’instrumentalise pas la Pologne au besoin." Le journal polonais rappelle aussi que "la France aura besoin de la Pologne pendant le débat sur les futurs budgets de l’UE, qui concernent l’après-2013, et sur la politique agricole commune (PAC)."

Dans la presse des Etats limitrophes de l’Union européenne, on s’intéresse aussi à la présidence française :

- Le quotidien macédonien Utrinski Vesnik estime que "le soutien inconditionnel que Nicolas Sarkozy a apporté à la Grèce dans le litige qui oppose celle-ci à la Macédoine est assez peu diplomatique", sachant que la Grèce a en contrepartie apporté son soutien au projet d’Union pour la Méditerranée. Le journal macédonien compare ainsi Nicolas Sarkozy à François Miterrand qui, dans les années 1990, "soutenait ouvertement la Grèce, qui faisait campagne pour qu’aucun pays ne reconnaisse l’indépendance de [la Macédoine]."

- En Russie, Nezavissimaïa Gazeta voit d’un bon oeil la présidence française de l’UE : Nicolas Sarkozy est "un homme pragmatique qui tente d’établir des relations équilibrées avec tous les grands acteurs de la scène internationale. (...) Comme au temps de Jacques Chirac, la France de Sarkozy met l’accent sur la nécessité de prendre en compte les préoccupations russes, que les Etats-Unis, pour leur part, négligent."

- Moins admiratif, le quotidien turc Sabah rappelle cette phrase de Nicolas Sarkozy sur la Turquie : "La Turquie n’a pas sa place dans l’Union européenne parce qu’elle ne se trouve pas en Europe. C’est ce qu’on nous appris à l’école." Le journal ironise sur la diplomatie jugée hypocrite de celui-ci : "Chaque fois que la Turquie fronce les sourcils en réaction à ce genre de déclarations, le président français s’empresse d’envoyer un de ses représentants à Ankara pour signifier qu’il n’y a là aucune mauvaise intention." Et de juger la récente modification de la Constitution française pour qu’un référendum soit organisé en cas d’adhésion à l’Union européenne d’un pays dont le nombre d’habitants représente plus de 5% de la population de l’Union : "C’est bien entendu la Turquie, et elle seule, qui est visée par ce nouveau critère", conclue amèrement le quotidien turc.


»Sur le site de Courrier International

Des MoDems pour Bayrou

19 février 2012

UR2009 en direct

3 septembre 2009

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

À la Une

Vous avez trouvé sur internet un site, un billet, une vidéo qui vaudraient la peine d’être signalées aux visiteurs de France démocrate ? Dites-le ici !