« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

L’université, "règne du piston" et du "mépris" envers l’étudiant

, 17 octobre 2007

L’avis d’un maître de conférences en sociologie, Xavier Dunezat, qui publie sa longue lettre de démission de l’Université. Un témoignage précis, une analyse cohérente qui donne grande matière au débat.

"La liberté pédagogique est une vieille rengaine du personnel enseignant ... On oublie souvent que cette fameuse liberté n’a pas vocation à contrarier l’égalité des élèves et des étudiant-e-s face à l’enseignement. Or, c’est bien ce qui se passe à l’université, et puissance 10 par rapport au lycée ...

Vous pouvez demander à un-e spécialiste de Marx de vous expliquer Marx mais vous ne pouvez pas lui demander comment il-elle explique Marx à ses étudiant-e-s. Tout ceci est lié au fait que l’on peut devenir enseignant-e - chercheur-se sans avoir reçu une quelconque (in)formation en matière pédagogique."

Pour ce chercheur qui se définit comme "féministo-anarcho-communisto-libertaro-socialo-sansfrontièresmondialo-etc...et antiâgiste", l’Université française, c’est "L’autogestion au service du MOI".

"Que mes ex-collègues de l’université m’excusent pour l’éventuelle naïveté de mon propos ! Ce sont ... ces « évidences » qui parsèment la vie universitaire que j’espère rendre évidentes afin que le plus grand nombre s’en saisisse, les étudiant-e-s - en tant qu’usager-e-s du « service public de l’université » - me paraissant être les plus susceptibles de faire bouger les choses... à condition d’être au courant."

(Brève publiée le 10 octobre. Liens en complément, 17 octobre :)

Cette lettre a ouvert une riche discussion sur le blog d’un autre enseignant-chercheur en sociologie, Baptiste Coulmont les 30 septembre et 15 octobre.


»Sur liens-socio.org
Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

À la Une

Vous avez trouvé sur internet un site, un billet, une vidéo qui vaudraient la peine d’être signalées aux visiteurs de France démocrate ? Dites-le ici !