« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

Francis Mer : pour exporter, "nous ne sommes pas plus cons que les autres !"

Au Forum sur l’Agenda 2020

, 14 janvier 2012

Vu 1278 fois | 0 commentaire(s) | Noté 5.0/5 par 03 votant(s)

L’ancien Ministre et vice-président de Safran, "qui exporte 80% de son chiffre d’affaires !", appelle à la mobilisation des salariés Français. Et pour cela, encore faudrait-il que les dirigeants acceptent de compter sur l’engagement et l’initiative de leurs salariés !

Produire en France demande des entreprises ! Le problème que nous avons est dans les entreprises.

1952, c’est la date de la première mission commerciale allemande en Russie. Les entreprises en France n’ont jamais eu dans leur passé le même souci de regarder le monde. Beau sujet pour les politiques, si du moins ils peuvent aider à changer cet état d’esprit.

Dans chaque entreprise, il faut un consensus de tout le personnel autour de l’idée : nous sommes ensemble pour faire quelque chose, produire quelque chose, c’est notre production.

Ma conviction est qu’après le tocsin qui a sonné hier pour nous réveiller (la perte du AAA), ça nous met tous au pied du mur : est-e que nous nous sentons, chacun dans notre entreprise, responsables de notre devenir ?

Ce devenir passe par l’exploitation d’un gisement majeur : la capacité d’implication, d’engagement, de travail de chaque Français dans son entreprise, son administration, son hôpital ou ailleurs. Il y a un gisement de progrès fantastique !

Le problème, c’est que les managers, au sens très large du terme, ne se sentent pas suffisamment concernés par ce gisement ! Ils en ont peur ! Une organisation qui a été conçue, dans les entreprises, pur les compétences des Français de 1950 et qui est à peu près inchangée, passe à côté de ce qui aura caractérisé les 50 dernières années : l’amélioration fantastique de la connaissance, de l’éducation de tous les Français.

Ce potentiel n’attend qu’une chose pour se libérer : que les managers aient le courage de changer l’organisation pour donner l’initiative, la coresponsabilité à tout le monde.

Si nous arrivons à convaincre les Français de se dire : « nous prenons notre avenir en main, nous ne sommes pas plus cons que les autres », on y arrivera.

Noté 5.0/5 (03 votants)

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour