« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

Emploi, temps de travail et charges salariales

, 22 août 2011

Vu 1174 fois | 2 commentaire(s) | Noté 3.7/5 par 03 votant(s)

Le chômage de masse est là depuis plus de 30 ans. Est-ce une fatalité ? Ou peut-on, en jouant sur les charges, inciter plus fortement les entreprises à embaucher ?

Constats

Beaucoup de choses ont été essayées afin de diminuer le chômage. Mais les chiffres actuels indiquent que les orientations actuelles ne sont pas encore les bonnes !

- À 5% de chômeurs, l’équilibre des comptes sociaux seraient rétablis de façon durable.
- Dans certains cas, on gagne plus en étant au chômage que travailleur.
- Les charges salariales sont trop importantes pour le salarié et pour l’employeur. Il ne faut pas de gratuité, donc les heures supplémentaires défiscalisées et 2 emplois exonérés de charges ne sont pas de bonnes réponses.
- Le pouvoir d’achat doit être réévalué de façon significative.
- Il y aura de moins en moins de travail en France.
- Il y a plusieurs pages de taux pour calculer les charges salariales et patronales : une difficulté pour les petites entreprises !

Modestes suggestions

- Les 35h continuent, mais les heures supplémentaires doivent être pratiquées sans a priori, avec une rémunération multipliée par 1.25 pour la plage 36/40h et 2 pour la plage 41/45H. Les RTT ne peuvent être applicables qu’au delà de 45h. La mise en oeuvre doit s’apprécier sur le trimestre, donnant ainsi une souplesse instantanée.

- Prélèvements sociaux : pour les salaires inférieurs à 3000€ brut, 15% pour le salarié et 25% pour l’employeur. Pour les salaires supérieurs, 20% et 35%. Ce prélèvement est global et les services de l’Etat s’occupent de la répartition entre les divers organismes.

Pour inciter à la création d’emploi, il faut introduire des variations de la masse des charges employeur en fonction de la variation des effectifs :
- Entreprise de 1 à 10 salariés : l’entreprise embauche 1 salarié (minimum 1 an), la masse des charges patronales diminue de 10%. Cette même entreprise supprime un emploi après l’avoir créé, la masse des charges patronale retrouve son niveau initial.
- Entreprise de 11 à 50 salariés : taux de 5%.
- Entreprise de 51 à 100 : taux de 2.5%.
- Entreprise de 101 à 500 : taux de 0.5%.
- entreprise de 501 et plus : cette technique ne peut pas être appliquée.

De cette façon, nous sommes dans une situation d’incitation de création d’emploi.

Conclusion

Le salaire net est, avec ce schéma, en augmentation, d’où un pouvoir d’achat plus important ; et les charges salariales patronales diminuent, rendant l’entreprise plus compétitive.

Remarque : Les augmentations générales de salaires et de retraites ne doivent plus se faire en pourcentage (pour arrêter d’accroître l’écart entre les rémunérations).

D’où le calcul suivant : si une entreprise décide d’augmenter les salaires de 1%, pour l’ensemble du personnel cela représente une somme X, il suffit ensuite de diviser ce X par le nombre de personnes travaillant dans l’entreprise (chaque personne a la même somme, l’écart actuel est ainsi figé).

Ce principe peut-être appliqué pour tout ensemble constitué (Éducation nationale, monde hospitalier, retraités…).

Noté 3.7/5 (03 votants)

La réponse de eric

Posté le 9 mars 2012, à 11h 20mn 39s
Emploi, temps de travail et charges salariales

la reforme du temps de travail doit ,je pense prendre en compte la taille de l’entreprise,le nombre de salarié(es) et les spécificités de chaque entreprise on ne peut pas traité une PME de la meme façon qu’un groupe du cac 40 ou la fonction public.il faut un cadre commun qui tiendrais compte non plus du temps mensuel mais plutot du temps annuel du temps de travail ,ce qui permetrais au PME une plus grande souplesse dans la gestion du temps de travail,une vision plus claire de sa masse salarial si ce commentaire vous interpelle on peut ouvrir le debat bonne journée

La réponse de pierre d’argenteuil

Posté le 16 mars 2012, à 09h 51mn 06s
Emploi, temps de travail et charges salariales

Oui, vous avez raison, nous ne pouvons pas traiter de la même façon une entreprise du cac40 et une petite entreprise. Oui pour la souplesse, mais pas au détriment du salarié, d’où la nécessité d’un cadre précis. Ensuite, négociations ou recherches de la meilleure solution entre les parties prenantes de l’entreprise afin d’optimiser le bien être et la rémunération des salariés et le bon fonctionnement de l’entreprise.

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour