« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

En lien

Une coalition serait un désastre économique, vraiment ?

David Steel, ancien leader des Libéraux, répond au Times

, 7 mai 2010

Vu 2406 fois | 0 commentaire(s) | Noté 5.0/5 par 02 votant(s)

Ni les Conservateurs britanniques, ni l’éventuelle coalition Lib-Lab qu’ils redoutaient, n’ont obtenu de majorité absolue. David Steel, qui avait été témoin d’une telle situation, a écrit pendant la campagne au Times - alors que le journal dénonçait les risques d’un "hung Parliament", un Parlement sans majorité absolue.

Extraits, traduction libre de votre serviteur.

(...) Vous suggérez qu’un Parlement sans majorité absolue serait un désastre pour l’économie.

La dernière fois qu’il y en a eu un, c’était en 1977 quand le gouvernement Callaghan a progressivement perdu sa majorité.

Les faits parlent d’eux-mêmes : le jour même où l’accord Lib-Lab entre M. Callaghan et moi-même a été annoncé, la livre sterling et l’indice boursier ont monté.

L’inflation avait commencé à grimper sévèrement dans la dernière année du gouvernement (conservateur) Heath, et avait atteint le taux alarmant de près de 20% ce mois-là. Pendant les 15 mois de ce qu’on a appelé le "pacte Lib-Lab", elle est tombée en-dessous de 9%, pour ne remonter que lors du gouvernement travailliste minoritaire qui a suivi, retrouvant le niveau de 19% pendant les premiers mois du gouvernement Thatcher.

Les taux d’intérêt, qui était de 12,25% au début du pacte, sont descendus pendant celui-ci jusqu’à 8,5% pour ne remonter qu’ensuite, jusqu’à 15% sous Mme Thatcher. (...)

Enfin, vous appelez M. Clegg à afficher à l’avance avec qui il travaillerait. Mais, comme vous l’écrivez à juste titre, le système électoral actuel a ses caprices. Nick Clegg a tout à fait raison d’en rester à son argument selon lequel c’est d’abord à l’électorat de décider de la composition de la Chambre, et ensuite aux leaders des partis d’agir de façon responsable en accord avec ce qu’il a décidé. Ça s’appelle la démocratie.


Modifié le 8 mai 2010 (correction d’une erreur de traduction)

Noté 5.0/5 (02 votants)

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour