« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

"Le web doit être intégré avec l’écrit"

Leçons de la campagne Obama, par Scott Thomas

, 23 août 2009

Vu 2726 fois | 1 commentaire(s) | Noté 5.0/5 par 05 votant(s)

Valerio Motta a récemment posté sur son blog cette vidéo : le designer de la campagne Obama revient sur son expérience. Pour les non-anglophones, quelques traductions au vol.

"C’est en septembre 2007 que j’ai commencé à concevoir (design) la campagne Obama. Nous n’avions pas vraiment de références : il n’y avait jamais eu d’équipe interne de design dans une campagne présidentielle.

Dans mon équipe, il y avait un peu de magie : la licorne rose, que nous avons appelée « Click-Through » car notre objectif était : le taux de conversion (des e-mails en clics).

Comment faire que votre site web reste sous contrôle, avec ses typographies, ses nuances de bleu … ? Il fallait commencer par créer des processus, une organisation dans l’équipe. John Slabyck était directeur artistique, j’étais directeur du design,… jusqu’à aujourd’hui, nous ne savons pas vraiment où est la différence entre ces deux titres ! Mais l’un était centré sur le matériau écrit et l’autre sur le web, évidemment ça ne peut pas marcher comme ça. Le web doit être intégré avec l’écrit. Le message qu’on voit dans le mail doit ressembler exactement au message qu’on lit sur le site web. En marketing, on sait parfaitement tout ça. Mais en politique, par le passé, les choses passaient par tellement de mains différentes, que ça ne convergeait pas vraiment ( ?). En politique, on n’a pas deux semaines pour discuter d’un storyboard, pour faire des maquettes de sites … il faut tout faire au vol, en continu. Il faut produire aussi vite que possible.

Un de nos principes a été : chaque message doit être aussi clair et concis que possible. Chaque message doit faire vivre « l’espoir », qui était l’inspiration centrale de la campagne.

Barack Obama était un homme politique fascinant. Des moments magiques, il y en avait tout le temps : il fallait en communiquer l’atmosphère, en s’appuyant sur les images du passé. Ne pas dire « cette campagne est historique », mais le montrer par l’image.

Nous avons créé des « boîtes » (buckets) pour regrouper les différentes idées : la boîte « campagne », la boîte « intemporelle », la boîte « supporters »…

Le bleu de la « campagne » (officielle), web 2.0, c’est celui que nous avons tous retenu.

Le bleu « intemporel », plus rétro, donnait l’impression que « il est déjà Président », et c’est extrêmement important ! Il y avait même une idée de logo Obama conçu comme ( ?) un sceau présidentiel.

La boîte « supporters » : exemple de badge géant …

Aussi bien organisé que vous soyez, vous devez faire en temps réel. Nous n’avions pas de CDN repository. Nous avons obtenu d’en créer un ( ?).

Le triage des idées est essentiel. Plein de gens créent et envoient plein de contenus, bons ou mauvais. Le triage (mise en ligne organisée ?) permet d’assurer que les participants à la campagne se retrouvent dans ce qui est publié.

Barack voulait que les gens se sentent plus impliqués dans la campagne. Chris Hughes a proposé de faire un programme d’aide à l’enregistrement sur les listes électorales. Les réglementations différentes de tous les comtés, c’est extrêmement compliqué ! Alors on a créé une application « SimpleVote ». On demandait, comme une conversation : quel est votre adresse mail ? votre nom ? votre date de naissance ? écran par écran – si on demande tout ça dans un gros formulaire, c’est facile à faire, mais personne ne le remplit ! Il lui manque toujours un renseignement avant la fin ! Ici nous avons les données au fur et à mesure, nous pouvons réagir s’il a l’air de manquer quelque chose. Et à la fin : vous êtes enregistré, voilà votre bureau de vote !

La collaboration dans l’équipe, c’est extrêmement important.

L’impression de cohérence qu’a donné la campagne : pendant les primaires, nous utilisions des imprimeurs différents dans chaque État, c’était un problème. Nous n’avions aucune idée de ce à quoi ça allait ressembler. Pour la campagne nationale, nous avons donc constitué notre équipe interne (pour le maquettage ?).

Si vous vous entourez de personnes comme vous, d’où viendront les idées créatives ?

Le site a évolué à grande vitesse. Nous devions constamment détecter et résoudre les problèmes.

Au début, sur mybarackobama.com, nous avions la fonction : donnez votre adresse mail et votre code postal, et vous êtes sur la liste de diffusion.

Puis nous avons ajouté : avec votre adresse mail et un mot de passe, vous pouvez passer des appels pour la campagne. En trois clics. Il fallait rendre cela extrêmement simple pour les gens.

Toutes ces petites idées, il fallait un processus d’évolution permanente ( ?) pour qu’elles deviennent réalité.

Nous avons réalisé énormément de choses en un an et demi, et je n’ai eu que quelques cheveux gris.

Si vous avez une idée qui vous passionne, vous pouvez la réaliser en respectant quelques principes.

- Vous entourer de gens qui vous motivent, vous font avancer.

- Ecrivez les choses. Ça vous les rappellera. Quelque chose d’aussi grandiose qu’une campagne présidentielle a pu être réalisé rien qu’en cochant les listes de choses à faire (checking off to-dos)."


Seul le prononcé fait foi, et le traducteur n’a pas tout compris.

Corrections des lecteurs bienvenues, tant sur la traduction que sur la compréhension technique ! merci pour vos commentaires !

Noté 5.0/5 (05 votants)

La réponse de GhislainLambert

Posté le 29 août 2009, à 22h 49mn 16s
"Le web doit être intégré avec l’écrit"

Je retrouve un principe de base en communication qui le devient d’autant plus sur le web. Je n’arrive pas à comprendre ce non intérêt en France, en particulier au modem. Une bonne communication est une conjonction d’élément additionnel et parfaitement complémentaire dont le design qui favorise la lisibilité du message à faire passer et son efficacité. D’autant plus que l’approche de la politique vers le web est totalement caduc pour ne pas dire ridicule face à la perception qu’à le destinataire... Quand est-ce que l’on comprendra qu’une communauté virtuelle doit être de pair à une communauté réelle, j’en suis attristé de le constater encore aujourd’hui.

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour