« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

La crise sociale ? Nous y sommes depuis longtemps !

, 16 octobre 2008

Vu 1127 fois | 0 commentaire(s) | Noté 4.2/5 par 04 votant(s)

Le grand gueuleton des banques a bien eu lieu, le “Banquethon“ s’est déroulé sur une durée de quelques jours et les peuples d’Europe n’y ont pas été invités. Rassurons-nous, c’est pour notre bien.

Nous allions risquer la crise économique, voir même la crise sociale ! Ouf ! Sauvés !

Après une telle mesure, pour remercier l’Europe, le peuple français va participer au vote en juin 2009 encore plus massivement.

Messieurs les dirigeants et responsables politique de notre pays : réveillez-vous ! Nous sommes depuis bien longtemps dans une crise sociale majeure qui est une vraie guerre sociale et qui ne dit pas son nom.

Elle a permis jusqu’à présent et sans aucun problème la croissance et la richesse des ressources de notre pays et de certaines personnes, puisqu’elle constituait la variable d’ajustement qui permettait entre autres le fonctionnement supposé efficace de ce système.

En effet, en France, la crise sociale est présente depuis longtemps ! Les sources du calcul et de la diffusion des chiffres du chômage sont : Insee, Anpe, Ministère de l’emploi, Bit, le collectif (chercheurs et syndicalistes) "les autres chiffres du chômage"….

Je vous invite à rentrer dans la visite de la galaxie chômage et de ses halos.

A- Actuellement, la population potentiellement active est de 28 millions de personnes.

B- Nombre de chômeurs 1- le nombre de chômeurs toutes catégories confondues est de : +3.100.000 2- 300.000 chômeurs des DOM qui sont trop souvent soustraits des chiffres nationaux. 3- Le nombre de radiations est estimé entre 300.000 et 500.00 par an (source syndicale) 4- le nombre des dispensés de recherche d’emploi (+55 ans) de 400.000

Total 1 : 4.200.000 chômeurs taux de 15% de chômage.

Mais cela n’est pas fini.

1- 1.200000 personnes sont aux RMI 2- 90.000- 160.000 radiés du RMI (nombre retenu 100.000) 3- 1.200000 en temps partiel contraint, donc des sous-emplois subis Moyenne horaire et hebdomadaire du temps partiel : 22h

Total 2 : 6.700.00 personnes sans travail et/ou en sous emploi (taux de 24% de chômage).

Mais cela n’est pas fini.

28 millions de personnes potentiellement actives, dont 5 millions de fonctionnaires (3 millions pour la Fonction publique). Retirons, si vous le voulez bien, les chances que parmi ces 7 millions de personnes, il y ait un nombre suffisamment conséquent de ces celles-ci qui entre dans la Fonction publique d’ici quelques mois. Leurs chances sont minces et en tout cas non conséquent pour notre calcul. Il y aurait donc 25 millions de personnes travaillant dans le privé potentiellement active en France.

Total 1 : ce qui ferait un taux de chômage de 17%

Total 2 : ce qui ferait un taux de chômage de 27%

Avoir aussi à l’esprit :

- Les contrats aidés qui représentent près de 600.000 emplois (et qui vont explosés) Secteur marchand : 400.000 Secteur non marchand : 200.000

- les contrats en alternance : 550.000.

Alors bien entendu, nous pouvons subir ce grand mensonge et cette escroquerie intellectuelle qui consisterait à croire qu’un plan de sauvetage des banques était et serait la seule solution. Mais je ne suis pas obligé d’y croire et encore moins de l’accepter.

La maison brûle ?

Ce sont les matériaux et les constructeurs de la maison qui ont mis le feu ! Ce sont et le central d’appel et les pompiers mêmes qui ont mis le feu ! Qui nous dit que c’est bien de l’eau que l’on injecte pour tarir le sinistre ?! Quelle confiance ? Aucune Parce que ce sont les contempteurs d’aujourd’hui (discours de Toulon 1ère partie) qui sont les laudateurs d’hier du système, j’ai donc toute les raisons de la méfiance.

Les solutions ?

Le dernier immense chaos (et celui-ci ne fait que commencer) c’était en 1929 avec les conséquences que nous connaissons. Marc Sangnier avec Le sillon, puis avec Le journal de la Démocratie, prônait déjà une nouvelle république :

- le scrutin proportionnelle ;
- l’éducation permanente des citoyens ;
- la transparence de la vie politique ;
- l’abolition de la monarchie dans l’entreprise ;
- Suppression de la propriété capitaliste au profit d’un secteur d’Etat pour certaines industries ou services clefs ;
- d’une propriété coopérative pour la majorité des activités économiques ;
- maintien de la petite propriété privée.

….mais il y a aussi E. Mounier, Ordre nouveau (1930) et Lebret, Economie et humanisme.

Il ne faut pas simplement citer les auteurs de mouvements historiques dans de beaux discours, mais travailler activement pour construire une réponse politique à l’impasse du système capitaliste qui ne respecte ni la biodiversité terrestre, ni la dignité et les droits des êtres humains qu’ils soient travailleurs ou "enchômés".

C’est simplement la cohérence de notre mouvement qui en dépend et accessoirement sa réussite.

Noté 4.2/5 (04 votants)

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour