« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

OG

Cliquez ici pour me contacter.

François Bayrou : "La société humaniste devient indispensable !"

Discours de clôture de l’université de rentrée du Mouvement Démocrate

, 7 septembre 2008

Vu 2353 fois | 0 commentaire(s) | Noté 4.4/5 par 012 votant(s)

Arrivé bien en retard faute de "petit train orange", je constate que le président du Mouvement Démocrate n’a pas encore entamé son discours. La salle est à nouveau pleine à craquer ; bien qu’il fasse un peu moins chaud qu’hier, un fort vent souffle sur les bâches du MoDem.

Midi passé, c’est Marielle de Sarnez qui chauffe la salle, malgré un retour de micro faible et qui oblige l’assistance (1 700 personnes ?) à tendre l’oreille plus attentivement. François Bayrou entame à 12h30 son discours, saluant les parlementaires l’ayant accompagné, mais aussi et surtout les bénévoles du mouvement.

Le Président du Mouvement Démocrate débute son discours par la synthèse des travaux organisés durant ces trois journées d’université de rentrée. Mais François Bayrou remporte un vif succès dans la salle en s’indignant de l’affaire Tapie (bien huée), ainsi que "l’enquête corse" comme il le cite : "le fait du Prince" dans la démission du chef de la sécurité en Corse, Dominique Rossi, est vivement dénoncée par le tribun, faisant encore plus huer la salle. François Bayrou estime que défendre la République, "c’est refusé l’arbitraire".

François Bayrou dénonce encore "la Cour" dans laquelle les ministres se forcent à faire la promotion du dernier disque "d’une sympathique chanteuse de variétés". Il regrette à nouveau ces jeunes femmes et jeunes hommes qui ne pourront jamais bénéficier des aisances et des privilèges que procurent la courtisanerie auprès de celui qui a tous les pouvoirs.

Le président du MoDem lance un appel au "Prince qui gouverne selon son bon plaisir" : les Français ne sont pas "des sujets, mais des citoyens !" Ceci permet à l’orateur d’entamer les points principaux de son projet de société "humaniste" :

- Une société créative au niveau des entreprises ;

- Une société juste dans l’éducation et la promotion des enfants de la République ;

- Une société du développement durable pour ne pas laisser en héritage une Terre en décrépitude environnementale ;

- Une société démocratique : refonte de la démocratie locale, Garde des Sceaux indépendant.

François Bayrou conclut son discours sous les vivats de la salle. Pour un compte-rendu plus complet du discours, je vous renvoie à la note de Danièle Douet (ci-dessous) également présente sur place. Finalement, les journalistes en salle de presse sont unanimes pour dire que plus de 2 000 personnes sont venues écouter le discours de clôture de François Bayrou.

Je termine ma rédaction en laissant les nombreux participants faire la queue pour se restaurer ou reprendre le chemin du retour. J’ai alors la surprise de retrouver le petit couple de militants de la Drôme, croisé la première fois en allant au Cap Estérel. L’occasion d’échanger quelques mots amicaux avant de se séparer sous le soleil du Var.

Photos : France démocrate


La prise de note de Danièle Douet durant le discours de François Bayrou :

Du chapiteau je vous envoie quelques phrases... Après les excellentes contributions des membres de la présidence du MoDem, François Bayrou débute son discours par un remerciement à tous ceux qui ont contribué à cette atmosphère "d’union" ressentie par tous les participants, par la citation "Nous sommes un commando... tous pour un, un pour tous...". J’ai aimé cette phrase et la partage avec vous.

Toute la salle a observé ensuite une minute de silence en souvenir de Bronislaw Geremek décédé en juillet sur les routes de Pologne, et qui aurait dû participer à cette université de rentrée.

L’Europe - vaste sujet - est une grande thématique, être ou ne pas être est la question européenne face au réveil des super-puissances, la Chine et la Russie. En tant que Mouvement démocrate, descendant des pères fondateurs de l’Union européenne. Le sujet de la fiscalité doit entrer dans la réflexion sur la fiscalité au niveau européen.

L’Europe doit être l’Europe des citoyens, rien ne se fera contre les citoyens. Nous devons écrire et défendre un nouveau pacte européen et le proposer aux citoyens.

On assiste à une certaine régression aux valeurs qui ont fait la République en France. "La République est démocratique, laïque et sociale". La République sous l’autorité du pouvoir qui s’est mis en place il y a quelques mois est de moins en moins sociale et de plus en plus injuste. Le RSA est mis à la charge des classes moyennes, ce qui est profondément injuste. Le PS, ayant entendu "taxation du capital" a réagi à ce "mot clé" en l’approuvant. Vendredi matin on a versé aux liquidateurs de M. Tapie un chèque de 187 millions d’euros, il y en aura d’autres, et cela, c’est le contribuable qui va l’assumer. C’est une spoliation des contribuables. Le fichier Edvige est également mentionné, qui fiche tous les responsables, politiques, syndicaux, religieux, tous les élus...

"On a mis le feu au Bureau du Conseil général de Corse, l’Elysée n’a rien dit. On a mis le pied sur la pelouse d’un ami du président et le responsable local de la police est remercié. Le sens de cet acte est : "Que tout le monde se méfie". Ceci ce n’est pas l’Etat, ce n’est pas le service public, l’arbitraire et la République sont inconciliable et contradictoire. L’injustice et l’arbitraire c’est la même chose."

C’est l’ambiance de la Cour... "Les Français ne sont pas un peuple de sujets, mais un peuple de citoyens !". Les Français chercheront une société humaniste pour prendre la place d’une société d’injustice qui est actuellement au pouvoir.

Il n’y a pas d’exigence plus grande que de faire du mot HUMANISME l’étoile polaire de notre engagement.

La société du XXIe siècle doit mettre la création en son sein. Toutes les créations sont indispensables ; elles relèvent du même univers de la société créative. Il faut une société, non pas qui combatte le risque, mais qui favorise le risque.

Trois grands chapitres sur la société créative :

1) réhabilitation de la recherche fondamentale ;

2) réforme fiscale de grande ampleur, qui favorise le risque et la créativité au lieu de favoriser la rente. Cela ne devra pas se mettre en place sans une longue réflexion et pédagogie. Elle ne peut pas être mise en place sans une acceptation de l’ensemble de la population. Il faudra une consultation bancaire pour les voir favoriser la prise de risques ;

3) politique industrielle moderne pour combler les trous qui sont béants. Société juste : Effort principal sur la petite enfance. Plan pluriannuel d’évolution des bas revenus dans la société.

La société durable : Pacte intergénération. Droit des générations futures. Eco-industrie. Filière solaire (photovoltaïque). Démarche éco-industrielle.

Les déficits publics. Il faut sortir du faux-semblant des chiffres officiels, 1,5% du PIB en déficit public, c’est le chiffre à partir duquel le déficit n’augmente plus. L’Etat dépense 100 € alors qu’il n’en reçoit que 80 €.

Séparation des pouvoirs, loi électorale juste, refonte de la démocratie locale. Interdiction de la dépendance entre medias et pouvoirs publics, indépendance de la justice. Un Garde des Sceaux indépendant.

Le besoin de société humaniste devient indispensable de jour en jour. Ce n’est pas un projet de compromission, c’est un projet de confrontation. Le rassemblement suppose d’accepter la différence : non pas de rechercher l’alignement ou la soumission, mais d’accepter la différence et s’il le faut, la concurrence.

François Bayrou conclut : "Il n’est pas facile de franchir les frontières, mais c’est en les franchissant qu’on bâtit des pays pionniers !"


Merci encore aux lecteurs de France démocrate, à Frédéric pour sa veille athénienne et à Danièle Douet pour sa contribution au blogage en direct. Retrouvez enfin l’ensemble des articles des blogueurs démocrates sur le Live blogging de Christophe Ginisty.

Noté 4.4/5 (012 votants)

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour