« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

OG

Cliquez ici pour me contacter.

» PACA

» Var

Forum "Europe et International" : le blogage du débat

, 6 septembre 2008

Vu 25233 fois | 1 commentaire(s) | Noté 5.0/5 par 04 votant(s)

Il est 10h45 sur le théâtre de verdure. Le forum sur les relations internationales va débuter. François Bayrou arrive suivi d’une petite colonne, fendant la masse orange des parasols tellement il fait chaud et beau.

François Bayrou prend la parole pour accueillir les personnalités qui l’entourent : Guy Verhofstadt, ancien premier ministre belge ; l’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine ; Sandro Gozi, député au parlement italien ; François Heisbourg a été excusé pour cause de fièvre.

Marielle de Sarnez rappelle les événements internationaux récents, regrettant la faiblesse de l’Europe et qui remettent en question dans les relations transatlantiques.

Hubert Védrine : pour lui, le monde qui évolue aujourd’hui ne ressemble pas à ce que les Occidentaux avaient envisagé après la chute de l’URSS. La fin de l’Histoire (Francis Fukuyama) a été perçue comme accomplie, mais c’était une erreur. Durant les huit années de l’administration Bush, le monde a été marqué par l’unilatéralisme et par la force, alors que les Européens ont voulu passé par la diplomatie et le multilatéralisme. Hubert Védrine estime que les deux approches ont échoué. On assiste à un nouveau monde fait de nouveaux pôles de puissances différents : les Occidentaux échouent à faire pression à la junte birmane, les Chinois les impressionnent, les Russes sont au Conseil de Sécurité et on ne peut pas les fâcher. Il estime qu’il faudra désormais créer des coalitions, selon les crises qui éclateront. Mais les Occidentaux paient l’unilatéralisme américain basé sur la conception binaire du Bien et du Mal. Les crises seront de plus en plus difficiles désormais et ce ne sera plus aussi facile qu’après 1945.

Chaque puissance est un partenaire et une menace pour l’ancien ministre de Lionel Jospin. Si les Occidentaux jouent en ordre dispersé, ils ne se feront jamais entendre des Russes, des Chinois et des Américains. Les Européens doivent déjà se mettre d’accord entre eux. Il faut que les Européens surmontent leurs désaccords et prônent une vision stratégique pour réintégrer un nouveau monde multipolaire. Hubert Védrine estime que le monde multipolaire de Chirac n’était pas le multilatéralisme idéal et vertueux, mais un multilatéralisme chaotique et dangereux où chaque puissance défend ses intérêts.

Sandro Gozi : il admet également que le monde d’aujourd’hui est multipolaire et compétitif. Les Européens doivent poursuivre leur construction en prenant une nouvelle stratégie. L’Europe reste inachevée et le nouveau monde multipolaire doit obliger celle-ci à passer de la culture de la souveraineté à la culture de l’influence. L’UE a pu montrer des effets positifs de son influence (capacité et rapidité de l’action européenne dans ce domaine) comme dans les Balkans, sauf le Kosovo. Mais des pays autoritaires ou semi-autoritaires défient aujourd’hui le monde par leur puissance économique. C’est un nouveau défi dans lequel, ces pays écartent les droits de l’homme. De ce fait, l’UE doit bâtir son influence sur ce qu’elle a déjà : l’euro, une merveille pour Sandro Gozi. « La plus belle fille ne peut pas donner ce qu’elle n’a pas ! », lance-t-il. L’UE doit mieux exploiter son potentiel économique, industriel et doit demander la réciprocité dans les politiques économiques et commerciales européennes. Pour la puissance militaire, chaque Etat membre a une armée, mais il n’y pas de puissance militaire européenne ; c’est encore un défi.

- Débat avec le public :

Un militant modem demande au ministre si les puissances régionales ne sont pas nécessaires pour maintenir le monde. Hubert Védrine pense plutôt que la politique d’influence de l’UE n’est pas suffisante. C’est une bataille d’influence entre pôles de puissance entre USA, Russie, Chine, etc. Sur la question russe, Gorbatchev avait prévenu les Occidentaux qu’il fallait cesser de mépriser la Russie dans les territoires européens (Kosovo et Serbie) et caucasiens (Géorgie).

Fadela Mehal, Modem Paris : Que pensez-vous de l’Union pour la Méditerranée (UPM) de Nicolas Sarkozy ? Hubert Védrine ne pense pas que cette union amènera la paix au le Proche-Orient. Tout dépend encore de la politique menée par Washington dans cette région. Il ne trouve pas choquant de renouer avec Bachar El-Assad, le président syrien. Mais il ne voit pas trop ce que l’UPM pourra donner ; de plus, la Commission Européenne n’apprécie pas cette union. Il est aussi sceptique quant à la capacité de l’UPM à résoudre la pollution de la Méditerranée.

Un militant des Yvelines et Marie-Anne Krafft du Val-de-Marne : quand est-ce que l’Europe va réagir au niveau des Etats membres ? Ne faut-il pas avoir moins la langue de bois sur les défis des ressources naturelles ? Hubert Védrine estime que les vrais enjeux doivent être présentés clairement. Mais tout ne s’explique pas par le pétrole. Il affirme que les USA avaient d’autres moyens pour prendre le pétrole de l’Irak. L’invasion de l’Irak était plus une démonstration de force « machiste » d’une nation humiliée par le 11 septembre.

Hubert Védrine conclue que seule la volonté politique permettra de redonner à l’Europe une nouvelle politique d’influence avec une nouvelle stratégie dans le monde multipolaire actuel.

Guy Verhofstadt : La réalité multipolaire démontre que la Chine devient une superpuissance économique et militaire. Quel le rôle que l’UE peut jouer dans ce monde ? Pour avoir un « empire européen », il faut autre chose que ce que l’UE a sous la main. L’Europe doit déjà ratifier le traité de Lisbonne et l’UE trouvera une solution avec le vote des Irlandais. Mais l’UE doit préparer la construction de son « empire », d’être une puissance démocratique au niveau mondial ; comment y arriver et avec quelle volonté politique ?

Guy Verhofstadt estime aussi qu’il faudrait une taxation européenne (« taxation without représentation ») et que les Etats membres doivent cesser d’accroître leurs taxes nationales et de réclamer plus d’argent à l’UE.

Guy Verhofstadt réfute la règle de l’unanimité au sein de l’UE, d’autant plus que l’UE va forcément s’agrandir. Il estime que l’Europe est freinée par cette règle, entraînant une complication des traités suite au refus de quelques Etats membres (France, Pays-Bas, Irlande).

Mireille Alphonse de Seine-Saint-Denis : Que pensez de la « directive retour » sur l’immigration clandestine ? Marielle de Sarnez répond que les députés européens ont voté contre ce texte et n’a pas apprécié l’image qu’elle donne de l’Europe en fermant ses frontières.

Un militant modem s’interroge sur la défense des minorités en Europe et dans le monde. Guy Verhofstadt pense que philosophiquement, l’UE devrait penser au cosmopolitisme pour y répondre efficacement.

Un doctorant en anthropologie s’interroge sur la politique étrangère du Modem : ne faut-il pas retrouver la politique gaullienne et pro-arabe de la France, abandonnée depuis par l’UMP ? François Bayrou affirme que Nicolas Sarkozy apprécie le modèle occidental, c’est-à-dire le modèle américain, et ce dernier demande logiquement la réintégration de la France dans l’OTAN. François Bayrou n’en veut pas : pour des raisons internes, ce modèle américain a des grandes faiblesses sociales, assumées. Or, l’accroissement des inégalités est une bombe à retardement. L’Europe ne doit pas se fier à ce modèle, mais doit penser et défendre un modèle européen basé sur les traditions rhénane et du Benelux par exemple. La France a un modèle républicain qu’elle ne peut aussi nier.

En conséquence, la ligne de politique étrangère doit se baser sur une politique d’indépendance claire ; le retour dans l’OTAN est pourtant irréversible et affirme qu’il n’y a pas de retour possible. Cette réintégration va engager des générations et il faut bien réfléchir avant de réintégrer l’OTAN. La politique étrangère que veut François Bayrou, c’est un projet de société plus idéal, original et qui mérite d’être construit à l’avenir avec une volonté d’indépendance et des choix de la part des Européens.

Emmanuelle de Strasbourg : Quelle est l’analyse des participants sur la situation en Afghanistan. Guy Verhofstadt pense que le travail doit se poursuivre en Afghanistan, que les opérations menées là-bas seraient plus efficaces si on avait une politique crédible pour rétablir la société civile dans ce pays. Il faudrait aussi réorienter les aides dans d’autres secteurs de l’Etat afghan, de lutter contre la corruption et contre l’influence des seigneurs de guerre. Marielle de Sarnez estime que 50% des forces armées sont européennes et que l’UE devrait parler d’une seule voix pour avoir aussi une part à la stratégie en Afghanistan. L’engagement militaire ne suffira jamais. Sandro Gozi prédit que si on échoue en Afghanistan, notre échec serait désastreux pour l’Europe et l’Occident.

Une militante du Modem : Quelle stratégie européenne à adopter en vue des prochaines élections européennes ? Guy Verhofstadt pense qu’il faut une stratégie à destination de ceux qui aiment l’Europe et de faire au niveau européen, une souscription d’engagements à tous les candidats pro-européens comme le font les candidats de l’Europe sceptique.

Un militant du Modem : Que voulez-vous faire de la défense européenne ? Guy Verhofstadt pense qu’il faut la créer, sinon il n’y aura jamais de politique étrangère commune.

Beaucoup de militants posent des questions sur les sujets d’actualité et les participants sont obligés de synthétiser leurs réponses pour terminer le forum dans les temps. Guy Verhofstadt conclue en remerciant le MoDem de l’avoir invité et d’avoir partagé avec l’assistance un sentiment pro-européen "qui lui a fait du bien".

Photos : France démocrate


Les statistiques de consultation de deux des 650 articles sur France démocrate sont faussées par des connexions systématiques indépendantes de notre volonté. Les statistiques du présent article sont majorées d’environ 10000 consultations.

Noté 5.0/5 (04 votants)

La réponse de Danièle Douet

Posté le 6 septembre 2008, à 15h 45mn 23s
Forum "Europe et International" : le blogage du débat

Je confirme l’EXCELLENTE qualité des interventions des invités, Hubert Vedrine, Guy Verhofstadt, Sandro Gozi.

Que cela fait du bien de constateur que ces personnes ne parlent pas la langue de bois et considèrent leurs intelocuteurs comme des citoyens adultes.

Un vrai plaisir et une grande joie de voir l’Europe ainsi représentée... A nous de la faire vivre et découvrir aux gens autour de nous...

Un vrai défi, tant les préjugés et les peurs sont nombreux...

Le soleil était TERRIBLE... cet après-midi, nous sommes sous un chapiteau dont les murs sont tous ouverts, protégés de ce soleil qui tape...

@+

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour