« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

OG

Cliquez ici pour me contacter.

» PACA

» Var

Gilles Artigues : "Les divisions sont derrière nous"

L’avis du Médiateur du MoDem au cours de l’université de rentrée

, 6 septembre 2008

Vu 2480 fois | 5 commentaire(s) | Noté 4.7/5 par 03 votant(s)

Ce matin dans la salle de presse se trouvait une pile de communiqués de Gilles Artigues. Le Médiateur du Mouvement Démocrate, ancien député UDF resté fidèle à François Bayrou, donne son avis sur la situation du mouvement, lors de l’université de rentrée à Cap Estérel.

Depuis le Congrès fondateur de Villepinte, Gilles Artigues le rappelle, "les divisions enregistrées durant les élections municipales, ont affaibli cette jeune formation politique". Néanmoins, le Médiateur nommé par François Bayrou juge que tous ces problèmes d’oranisation des élections nationales et locales "sont derrière nous".

"Certes, il y a encore de nombreux mouvements départementaux qui se cherchent et j’ai effectué de multiples déplacements et interventions de médiations diverses, pour affirmer les enjeux et rappeler l’essentiel", rappelle-t-il. "Nous avons su mettre en place une feuille de route claire pour que, partout, le 27 septembre, des élections internes puissent avoir lieu. Il en ressortira démocratiquement des responsables légitimes et élus, ce qui nous faisait cruellement défaut."

Depuis l’ouverture de l’université de rentrée, Gilles Artigues répond aux interrogations, aux doléances et aux colères des militants et sympathisants du Mouvement Démocrate. Ces espaces de dialogue, baptisés "Paroles d’adhérents", confirment que le MoDem retrouvera "l’enthousiasme des élections présidentielles qui mirent en route nombre d’entre nous". Le Médiateur estime que sa mission est de prendre "la température des forces militantes", qu’ils ressent le terrain et fait remonter les paroles des militants à François Bayrou.

Gilles Artigues estime en conclusion que si le calendrier électoral n’a pas été favorable au MoDem, il "va le devenir". Les militants "ne demandent qu’à se mobiliser pour celui qui malgré les reniements, les trahisons, les lâchages, reste un vrai recours pour le pays entre un PS incapable d’incarner une vraie alternative, n’ayant ni ligne ni leader et un "Parti du Président" qui déçoit et nous entraîne vers un modèle de société qui n’est pas le nôtre".

Photo : France démocrate

Noté 4.7/5 (03 votants)

La réponse de Frédéric

Posté le 6 septembre 2008, à 22h 56mn 24s
Gilles Artigues : "Les divisions sont derrière nous"

Ce que voulait dire Gille Artigue c’est que le pire était derrière nous. Tout n’est pas résolu certes mais il y eu des progrès importants. Je partage entièrement l’avis de Danièle Douet sur cette question. L’important pour le MoDem ce n’est pas de s’affronter en interne mais de proposer une alternative au pays. Si l’on veut y arriver, il faudra se mettre à la table et discuter des problèmes que nous avons afin de trouver des solutions. Etre au MoDem ce n ’est pas taper sur son voisin, rediscuter encore une fois des règles qui ont pourtant été votées, et faire de la suspiçion générale une raison d’être.

La réponse de Philippe

Posté le 6 septembre 2008, à 11h 11mn 04s
Gilles Artigues : "Les divisions sont derrière nous"

Si seulement c’était vrai...

»

La réponse de Danièle Douet

Posté le 6 septembre 2008, à 15h 38mn 24s
Gilles Artigues : "Les divisions sont derrière nous"

Mais bien sûr que c’est vrai ! Car la France n’a pas d’alternative, alors les petites guéguerres... il convient de les voir pour ce qu’elles sont : des affrontements de personnes qui voient l’immédiat et leur petit monde, en oubliant l’essentiel, le pays, les générations futures, la place de la France dans le monde qui devient de plus en plus petite comme le décrit si bien Jean Peyrelevade dans son dernier livre : L’erreur historique... Dépasser les querelles de personnes est un impératif et cultiver le consensus, comme je le connais dans les vraies démocraties, pour le bien du pays, est la seule alternative qui nous reste, face à un Président qui ne comprend pas et un PS qui se déchire et ne sait que regarder en arrière...

La réponse de Philippe

Posté le 6 septembre 2008, à 16h 58mn 51s
Gilles Artigues : "Les divisions sont derrière nous"

Je suis totalement d’accord avec toi Daniéle ce n’est pas le problème mais ce que je veux dire c’est que malheureusement il y a toujours des divisions au sein du MoDem et notamment dans ma fédération... C’est pourquoi toutes les divisions ne sont malheureusement pas derriére nous.

»

La réponse de Danièle Douet

Posté le 6 septembre 2008, à 17h 17mn 37s
A toi de contribuer au consensus commun

A toi de contribuer au consensus commun... Bon courage !

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour