« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

Lettre aux élus de tous bords : l’économie est maîtrisable … si l’on veut bien !

, 24 juillet 2008

Vu 1679 fois | 2 commentaire(s) | Noté 5.0/5 par 02 votant(s)

Souhaitant avant tout, en bon démocrate, bien faire comprendre que mon intention n’est pas de critiquer telle ou telle politique, j’aimerais apporter mon expérience personnelle, vécu dans un environnement économique raisonnable (en Bretagne Sud) et m’amenant à tenir de tels propos.

J’ai, dans ma peau, la marque de mon passage dans une usine – un abattoir – d’un groupe réputé dans le secteur avicole qui est très loin d’être un modèle en matière de développement économique local, pendant que celui-ci n’a pas à s’en plaindre … un groupe qui a repris, au début des années 1990, la marque bien réputé en France : "Père Dodu".

Mon grand-père était adjoint d’une commune de 2 000 habitants, dans les années soixante, lorsqu’un habitant, Monsieur Jacques Hervieu, a eu la superbe idée de créer une activité, jusqu’alors inexistante, consistant à la préparation de plats cuisinés – "Les Rôtis de Dindonneaux" – pour la distribution au grand public. C’est ainsi qu’il reprit l’abattoir de la commune – Malansac (Morbihan) – jusqu’alors consacré aux bovins, et commença son implantation sur plusieurs sites du département.

Voici ce à quoi mon propos explique comment, entre un élu local et un grand industriel, ce que j’appelle un « échange de bons procédés » a été possible, pour l’intérêt de chacun, ce qui a valu un titre européen pour une de ces communes, pour son développement économique local, ce que je vais maintenant aborder.

À vingt kilomètres de Malansac, une municipalité de 1 400 habitants, Pleucadeuc, a pour maire Monsieur Jospeh Briend qui souhaite développer sa commune et attirer des entreprises. Cette information parvenant à Monsieur Hervieu, il lui proposa l’implantation sur un terrain d’une nouvelle usine "Père Dodu", Malansac devenant le siège de la marque.

D’abord soucieux des répercutions que cela pourrait avoir sur les possibilités de développements futurs de la commune, il convoqua son conseil municipal à qui, sur proposition de Monsieur Hervieu, il soumit l’idée de son engagement personnel financier – une municipalité ne pouvant le faire – dans le projet, ce qui lui valu d’être suivi par les membres de son conseil et, ensuite, par sa population ! Résultat : 4 entreprises et 700 emplois créés sur la commune, alors que sur la commune du siège, l’essor de la marque apporta jusqu’à 600 emplois pour l’usine, le développement de la sous-traitance, de la production avicole et du commerce de proximité.

Si une commune de 1 400 habitants peut créer 700 emplois et 4 entreprises, ou une de 2 000 habitants avec 600 emplois dans une seule usine, tout en assurant un développement local pour son avenir, ce qui lui vaut de parvenir à se sortir d’une délocalisation récente, par le groupe actuel (le groupe Doux pour ne pas le citer), après vingt ans de baisse du nombre d’employés sur le site du siège historique (de 1984, date de décès de Monsieur Hervieu, à 2005), fermant la porte à 130 employés encore présents, sous prétexte de mondialisation (alors qu’en même temps il s’implante au Brésil !), c’est un savoir faire lié à un savoir-vivre, ce que j’appelle un « savoir-être », qui peut maîtriser ce type de développement, à taille humaine.

À méditer...


Ci-joint avec l’article un document sur l’autofinancement de l’industrialisation d’une commune, ici Pleucadeuc en Bretagne.

Noté 5.0/5 (02 votants)

La réponse de Claudio Pirrone (aka Bzhita)

Posté le 25 juillet 2008, à 08h 25mn 35s
Lettre aux élus de tous bords : l’économie est maîtrisable … si l’on veut bien !

En effet cette histoire est très intéressante car elle met en évidence l’importance des liens entre "territoire" et "économie". Le lien est dans les deux sens. Le parallèle avec les échecs de nombreuses politiques "d’attraction" menés du haut est frappant : par exemple, si la France est si peu chère pour l’installation de nouvelles entreprises, pourquoi est-elle relativement peu attractive ?

La réponse de Yannick Poirier

Posté le 21 octobre 2008, à 18h 04mn 22s
Lettre aux élus de tous bords : l’économie est maîtrisable … si l’on veut bien !

"Le respect ne vaut que s’il est partagé par tous" !

Tout est dans le consensus qu’il est possible d’obtenir entre tous ceux qui sont, un temps soit peu, concerné : autant, l’évolution de l’agriculture a conduit de nombreuses exploitations familiales à se rassembler, celles ne pouvant le faire disparaîssant mais permettant une reconvertion pour les enfants de ces "fermiers" dans les activités se rapprochant de ce milieu (par exemple dans le travail du bois, pour rester simple), dans les circonstances d’un développement consensuel, autant comme ce fut malheureusement le cas dans cet exemple, le manque de coordination créa une rupture entre le repreneur et le bassin local, ce dernier ayant obtenu, de la part de l’Etat, et donc du contribuable, une indemnité pour délocalisation ... ce qui fait les affaires de spéculateurs, dans des secteurs sur le déclin, comme le milieu alimentaire en France ! Démocratiquement, Y. Poirier.

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour