FRANCE DEMOCRATE

Accueil > Perspective > De Gaulle, la troisième voie et le MoDem

De Gaulle, la troisième voie et le MoDem

samedi 12 juillet 2008, par Laurent Boisseau

Dans une interview au Figaro, reprise par une dépêche AFP, François Bayrou explique qu’il souhaite nouer "des alliances larges" face à la majorité sarkozyste, en citant les socialistes mais aussi les "gaullistes".

C’est cette dernière citation, qui m’a interpellé : "Je pense aussi aux gaullistes. Ils vont vivre le choc du retour de la France dans le commandement intégré de l’Otan et le renoncement à ce qui faisait symboliquement l’originalité de la France dans le monde".

Ce n’est pas la première fois que le Président du Mouvement Démocrate, fait appel aux "gaullistes". Je l’avais déjà remarqué lors de son discours de clôture du congrès fondateur de Villepinte.

Qui sont donc ces "gaullistes", qu’est ce que c’est qu’être "gaulliste". Pour moi, c’est la référence au général de Gaulle, et je préfère le terme "gaullien". C’est un attachement à des valeurs intangibles : cette "certaine idée de la France ", sa grandeur, le sens de l’honneur et de l’indépendance, l’esprit de résistance ; mais aussi à des valeurs sociales, l’association capital-travail, et surtout le refus des systèmes, qu’ils soient de droite avec les puissances de l’argent, ou de gauche avec des options politico-économiques dépassées. C’est aussi le refus de l’alignement sur les blocs géopolitiques comme les Etats-Unis, l’URSS ayant depuis disparu du paysage. Mais c’est avant tout une posture pragmatique, en prise avec son époque, "les circonstances", et une vision, un projet, cette fameuse "troisième voie" à construire, et qui propose une alternative aux systèmes politiques binaires, et cette volonté de rassembler au-delà des partis.

J’ai vécu suffisamment longtemps pour connaître l’époque du général de Gaulle. Lorsque j’ai commencé à m’intéresser à la politique, j’étais jeune lycéen plutôt de gauche, c’était mai 68 et je souhaitais le départ du général. En fait c’est Georges Pompidou qui saura gérer la crise, le général reprendra la main mais démissionnera un an plus tard. Et c’est au décès de Pompidou, sentant qu’une page va se tourner que je déciderai de mieux comprendre le "gaullisme". En lisant les "Mémoires de guerre" de Charles de Gaulle, je découvre cet officier rebelle (comme l’appellera Jean Lacouture dans sa biographie), je partage ses valeurs, sa vision et ses projets qu’il poursuit dans ses "Mémoires d’espoir". Je suis devenu "gaulliste" au sens premier du terme, mais en conservant moi aussi mon indépendance, et sans me reconnaître dans un parti politique comme l’UDR puis ensuite le RPR.

Aujourd’hui, ces valeurs, cette vision, et ses projets, le seul parti politique capable de les porter, c’est le Mouvement Démocrate. C’est au MoDem de reprendre la construction de cette troisième voie. Et le successeur du général de Gaulle capable d’incarner cette vision politique c’est François Bayrou. Et ce n’est peut être pas un hasard, si dans certains de ses discours, il me semble retrouver, des tournures ou des expressions qu’il me semble avoir déjà lues ou entendues chez l’homme du 18 juin.



Cet article est une expression libre et personnelle et n’engage aucunement le Mouvement Démocrate ou sa section d’Issy-les-Moulineaux.

Messages

  • Pour être totalement gaulliste, il faut également répondre à 2 conditions
    1) Défendre les institutions de la Vème République
    2) S’opposer à la construction de l’Europe supranationale donc refuser l’Europe fédérale.

    Force est de constater que le Modem ne répond pas à ces 2 conditions puisque François Bayrou veut l’instauration d’une VIème République et défend la construction d’une Europe supranationale qui ferait de la France une simple région européenne.

    Sur les autres domaines (Economie, sociale, famille, dépassement des clivages), il n’y a en effet aucune différence entre François Bayrou et les gaullsites mais cela est tout à fait normal vu que de Gaulle était au départ issu de la famille démocrate-chrétienne.

    Le seul mouvement à défendre à 100% la vision gaullienne du général de Gaulle c’est l’Union du Peuple Français dont je vous invite à vous rendre sur son blog et son forum.

    http://u.p.f.over-blog.com/

    http://upf-rsi.activebb.net/

    • Merci pour votre commentaire qui enrichit le débat. Tout d’abord personne, ni aucun mouvement politique, n’est propriétaire du gaullisme. Et pour moi, ainsi que d’autres - et c’est pour cela que je préfère le terme "gaullien" - c’est avant tout une posture pragmatique, en prise avec son époque. Je ne pense pas que le général de Gaulle voulait que les institutions de la Ve république fussent éternelles et gravées dans la marbre. Le général savait s’adapter aux circonstances et il l’a souvent montré. En ce sens la démarche de François Bayrou de vouloir refonder de nouvelles institutions, en prise avec nos problématiques du 21e siècle, tout en s’appuyant sur un rassemblement qui dépasse les clivages des partis est une démarche qui s’apparente à celle de de Gaulle en 58.

    • Prenons le problème différemment, en quoi les institutions de la Veme République sont-elles dépassées ? et ne venez pas me parlez de la "modernité", l’argument "tarte à la crème" de ceux qui veulent réformer pour réformer sans cohérence ni logique !

      "[...] certains, trouvant peut-être la mariée trop belle, suggèrent des changements qui, en fait, bouleverseraient le système de fond en comble." C. de Gaulle - 31.01.1964

      PS : personne n’est propriétaire du gaullisme, je vous le concède (comme personne n’est propriétaire du socialisme ou du communisme) néanmoins, certains sont plus dans la filiation intellectuelle que d’autres...

      Voir en ligne : Nous ne voulons pas d’une Constitution américaine !

    • La France a connue des siècles de guerres de religion, la France a connue la famine,
      des rois égoïstes et déconnectés des réalités du peuple, la France a subit les affres de l’obscurantisme et des dictateurs, après s’être réinventé un idéal en trois étapes majeures faites d’émancipation et de conscience (les lumières, la révolution, la laïcité) elle a réussie a inventé un modèle de société unique d’une portée universelle.
      Un modèle basé sur l’émancipation du peuple et son humanisme profond qui unie au dela des divisions, des cultures et des religions. Un modèle qui ne méprise ni le croyant, ni l’athée, ni l’ordre ni la solidarité et qui cultive les valeurs humaines et la connaissance. Une utopie concrète oui, mais qui fonctionne, nous l’avons prouvé.

      Liberté = libéralisme = droite
      égalité = collectivisme = gauche
      FRATERNITÉ ce qui nous unis par dessus nos différence, au centre ou plutôt au dessus.

      ce modèle unique est non seulement loin d’être dépassé mais il est la seule promesse d’un futur dépassionné des idéologies forcément hémiplégique et partiales.
      Un avenir en forme de "foi" universelle et humaniste plus puisante que les religions
      monothéistes qui ne sont que rejet de la différence (mon dieu est le vrai, les autres sont faux ou impures)

      La foi est supérieure aux religions et aux idéologies, la foi unie les hommes
      les religions les divisent

      l’histoire retiendra peut être qu’il y a 200 ans est né en France, ce pays étrange aux quatre faces antinomiques (au nord les germains, au sud les latins, a l’ouest les peuples des mers, a l’est les peuples des cîmes) une promesse d’union et de solidarité plus forte que les différences.

      Oui Le général de Gaulle l’avait compris, oui Français Bayrou l’a compris comme d’autres chevènement, Nicolas Dupon Aignan, Laurent Fabius qui savent que l’idéal de ce pays va au dela d’une simple devise. Il s’agit d’un modèle de société qui ne privilégie nie l’ordre ni la solidarité mais qui cherche sans arrêt l’équilibre entre les deux, un modèle humaniste.

      la France est laïque, indivisible et sociale, comme l’humanité devrait s’éfforcer de l’être.

      François Bayrou est un candidat humaniste, pragmatique et central.

      Pour ma part j’aimerai juste qu’il soit plus éxigeant et plus sévère avec l’Europe qui oublie un peut trop les peuples pour faire plaisir aux lobbies, (ces groupes qui font passer l’intérêt particuliers devant l’intérêt général).

      Si la voix humaniste de la France s’éteint pour s’éffacer devant le modèle américain
      partial (que de droite), ultralibéral (par définition anti sociale) c’est à dire qui soutient une société basé sur la prédation
      et totalitaire (bref qui ne vaut guère mieux que le bloc d’en face) qui
      défendre la 3eme voie. Qui va défendre le centre et l’équilibre du monde

      L’humanisme raisonné.

      qui ?

    • Si les textes originels de la Ve république étaient d’essence parlementaire, avec cependant un exécutif fort, renforcé par l’élection du président de la République au suffrage universel. On assiste maintenant de plus en plus à une dérive vers un régime présidentiel, avec une représentation nationale qui confine au bipartisme. Moi non plus, je ne veux pas d’un modèle américain.

    • Analyse pertinente mais vous conviendrez certainement avec moi que les Institutions ne sont que ce qu’en font les hommes politiques !
      Ce n’est pas parce que vous changerez notre texte constitutionnel que vous modifierez la pratique de notre personnel politique !
      D’ailleurs, alors qu’elle n’en avait connu que 3 depuis 1958, notre Constitution a subi 12 modifications depuis 1992 : en avez-vous vu un quelconque changement dans la vie politique française ?
      Cordialement,

      Voir en ligne : La République gaullienne est en danger !

    • D’accord avec vous, les institutions - après les textes - sont ce qu’en font les hommes politiques.
      François Bayrou en faisait une analyse intéressante dans ses voeux à la presse en janvier dernier :
      « Ma conviction est que la cinquième république était écrite pour des présidents sages. »
      Et le texte plus complet de sa déclaration :

      http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/bayrou-voeux-presse-discours-090108.html

      Cordialement.

    • Je voudrais répondre à l’internaute qui disait que le gaullisme nécessité de défendre les institutions de la Vème République et de deux s’opposer à une europe supranationale.Dans le premier cas je suis totalement d’accord avec l’un des internautes qui disait que cette républqie a été modifié maintes et maintes fois mais ce que je suis encore plus d’accord c’est que de Gaulle fût dans la m^me situation en 1958 lorqu’il proposa la Vème répulique que Bayrou lorsqu’il proposa la VIème la France n’arrive plus a se gérer de la sorte.Dans le cas de l’Europe ,Bayrou vient de déclarer au lendemain du non irlandais que les raisons étaient les suivantes :texte non compréhensibles et désamour des peuples qui ont peur de perdre leurs identités.Traduction :condamnation des technocrates de bruxelles et donc de l’europe supranationale et discours en faveur de l’europe des peuples et donc des patries .qui tenez ces propos ?
      Je voudrais terminé par deux citations :"Je me sens bien dans ma peau de Gaulliste ou du moins de ce que j’ai de gaulliste" F.B
      "le gaullisme sera tôt ou tard aprés ma mort oeuvre d’ardeur nouvelle"CDG