« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

"Une démocratie intérieure qui rende capable d’affronter la défaite"

Le MoDem du Val-d’Oise (95) revient sur les municipales

, 27 juin 2008

Vu 4924 fois | 0 commentaire(s) | Noté 3.7/5 par 06 votant(s)

Qui sommes-nous, adhérents MoDem du Val-d’Oise ? Une bonne centaine de personnes présentes ce mercredi soir, "malgré une demi-finale de Coupe d’Europe", remarquera le président Guy Messager, à notre première Assemblée générale depuis les municipales. Dont quelques dizaines d’élus, en comptant ceux qui concurrençaient nos listes.

96% de citoyens non-élus

Cette bonne centaine de présents représentait plus de 1000 adhérents, indique Hervé Collet, coordinateur départemental provisoire, qui a pu obtenir les derniers fichiers du siège national : "1083 inscrits, c’était 999 en décembre."

Sur ce fichier des adhérents, il y a :
- "un Maire, Guy Messager, brillamment réélu avec 70% des voix, un score africain !"
- "7 maires adjoints : Joël Naccache et Jean-Marie Richard à Ermont avec le maire sortant Portelli ; Annie Gavériaux à Bessancourt ; Xavier Ripoll à Méry-sur-Oise ; Lucien Bruneval à Vauréal ; Renée Danilo et Eddy Thoreau à Louvres.
- 8 conseillers municipaux majoritaires, dont Jean-Philippe Picard-Bachellerie à Ermont et Marc Lebreton à Saint-Brice, conseillers municipaux délégués.
- 18 conseillers municipaux minoritaires, dont Jérémy Amorella qui a présenté une liste sur Pierrelaye, d’ailleurs c’est un jeune - 24 ans. Jacques Clouet et Francesco Santamaria qui ont obtenu 45% à Groslay, et 7 élus sur leur liste. Haïba Ouaissi sur Sannois, déjà… ancien conseiller municipal, puisqu’il va enseigner en fac de droit à Orléans. Antoine Rinaldi à Taverny, lui aussi laisse sa place… à Juliette Degenne, MoDem aussi."

Ce nombre d’élus est bien loin des espoirs d’avant-municipales. Joël Naccache, "adjoint au Maire sur Ermont, élu depuis 25 ans", intervient : "Il est dommage de se priver de personnes qui ont été fidèles à nos idées, mais n’ont pas été obligatoirement fidèles dans les élections. Il est important de prendre tous les élus qui se réclament de notre courant de pensée. Les exclusions, j’aime pas trop ! Ça fait 30 ans que notre tendance est un petit peu cocue… Cessons ce genre de querelles ! Avant de savoir si nous sommes la troisième force, il faudrait savoir si nous sommes une force !"

Concurrents des listes MoDem… élus

Vient l’appuyer Dominique Gaubert, "premier adjoint de Sannois" où il a été réélu sur la liste du maire UMP, opposée à la liste PS-MoDem. "Je suis fier de représenter le MoDem. J’ai cotisé cette année, je n’ai pas de souci, le siège m’a dit que ça "vaut" effectivement !" Il invite s’exprimer "notre camarade Sellier qui n’a pas été cité, adjoint d’Argenteuil".

Olivier Sellier : "J’ai été élu sur la liste de Philippe Doucet, maire d’Argenteuil socialiste, je n’étais pas sur la liste MoDem, parce que je pensais que la seule manière d’être élu était de rejoindre la liste Doucet. Je demeure, au plan des idées, au MoDem, je suis très heureux d’être avec vous ce soir."

Le président Guy Messager lui répond : "J’ai beaucoup d’estime pour toi… Il n’y a aucun problème."

Eric Fluck, candidat MoDem aux cantonales d’Argenteuil et colistier MoDem aux municipales, se dira un peu plus tard "gêné par l’intervention d’Olivier Sellier, qui a joué contre son camp. Je suis étonné que tu viennes présenter les choses devant l’assemblée départementale sans jamais être venu t’expliquer devant les militants d’Argenteuil !"

Autre situation à Saint-Prix, dont une conseillère municipale prend la parole : Amandine Bracciali se présente comme "seulement sympathisante MoDem : deux personnes se sont présentées sur notre ville, une sur chaque liste - l’autre personne avait demandé [et obtenu] l’investiture, maintenant elle a changé de parti ! J’aimerais avoir cette chance de représenter le MoDem !"

À Osny, indique la tête de liste MoDem, Abelmalek Benseddik : "Une personne du MoDem a été sur la liste UMP, nous avons deux élus, un sur chaque liste. Le Maire essaye d’utiliser cette personne contre le MoDem ; des gens veulent adhérer mais me demandent de "régler ça d’abord" !"

Construire : comment ?

Intervention tranchante de "Magali, adhérente depuis très peu de temps" : "C’est la première réunion départementale à laquelle j’assiste, ce que j’entends me révulse ! Il est 9h1/4, et qu’a-t-on entendu de constructif ? Il y a du boulot ! ’Il était sur la liste, on n’en a pas parlé’, c’est de la gaminerie de maternelle ! Je suis plutôt du genre à recadrer."

Réponse du président Guy Messager : "Vous voyez Madame, qu’aussitôt arrivée dans notre Mouvement, on peut y parler ! La politique a aussi toute une vie, un passé, il était nécessaire qu’on aborde les situations de Sannois et Argenteuil. Les valeurs d’un Mouvement, c’est aussi d’avoir suffisamment de générosité pour pratiquer la réconciliation."

Une valeur hélas peu marchande, à en croire Isabelle Krief, de Villiers-le-Bel : "Le nerf de la guerre, c’est l’argent ! Pourquoi y a-t-il eu des [participations à d’autres] listes un peu partout ? C’est aussi parce qu’il y a un problème financier ! Il faut une caisse ’élections’ au MoDem, pour donner aux très bons candidats qui ne peuvent pas se payer une élection !" Voilà pourquoi, selon elle, Ali Menzel n’avait pu conduire de liste autonome à Villiers-le-Bel.

Selon "Georgios, de Goussainville pour quelque temps encore", "le MoDem est passé pour un parti caméléon, toujours au service du plus fort. L’idée de François Bayrou est très forte, très bonne, le dépassement des clivages partisans pour l’intérêt commun ; mais c’est très difficile à réaliser si nous n’arrivons pas à établir au sein du MoDem une pratique éthique. Lorsqu’un individu a une démarche contraire à la décision collective, il faut se ranger ! … Le MoDem doit promouvoir une démocratie intérieure qui rende capable d’affronter la défaite politique sur le moment s’il le faut, pour promouvoir les idées du Mouvement."

Hervé Collet riposte : "Je ne te laisserai pas dire que nous avons été systématiquement du côté du pouvoir, sinon nous aurions 200 élus ! Notre indépendance, nous l’avons payée au prix fort. J’ignore si nous pourrons continuer sans avoir d’alliances."

Pour Jean-Michel Cadiot, le bipartisme ancré dans "les institutions de la Vème République nous pose énormément de problèmes - à nous qui ne sommes ni contre l’un, ni contre l’autre, mais autant que possible avec les deux ! Mais pendant ces 4 ans, il peut se passer beaucoup de choses, c’est important que le MoDem soit extrêmement actif. … Nous avons un travail énorme à faire, sur les idées, au niveau départemental et à tous les niveaux !"

"Christiane" demande : "Que puis-je faire de mes forces au service de la démocratie ? Si on est là tous, c’est qu’on a vraiment envie de faire quelque chose ! J’ai écrit au MoDem, proposé mes compétences, je n’ai jamais de réponse. Je suis sûr que je ne suis pas la seule, je crois qu’on pourrait faire quelque chose et non pas rester là à attendre ! Je suis là pour qu’au niveau de la France, ce soit la démocratie ! Je suis plus là pour la démocratie que pour M. Bayrou ! Je veux qu’on se mette en groupes pour réfléchir avec M. Bayrou !"

Selon Philippe Houbert, d’Auvers-sur-Oise, "si certaines personnes ont préféré la gamelle du pouvoir, c’est parce que la stratégie décidée par le Président du Mouvement n’a pas été claire. À 15h50 aujourd’hui est paru un communiqué de presse signé par quelqu’un qui est dans la salle", communiqué que lit Philippe Houbert jusqu’à sa conclusion : "La noblesse de la cause [que le Mouvement Démocrate] défend ne saurait excuser les dénis de démocratie dont il se rend coupable. La justice tranchera."

Pour Philippe Houbert toujours, "si la démocratie interne avait été une réalité, nous n’en serions pas là."

Réponse de Haïba Ouaissi : "Des dysfonctionnements il y en a eu et il y en aura, mais concentrons-nous sur ce que nous pouvons faire avancer. Ce que nous pouvons faire, c’est choisir les règles départementales : à l’UMP ou au Nouveau centre, vous ne pourriez pas ! Ici on a la chance de pouvoir le faire."

Pour Philippe Borderie, de Montmorency, "il faut partir de bas en haut, et pour ça, il faut partir des villes."

De même, une adhérente estime que, "pour faire progresser la démocratie au plan local, [le mieux c’est de] créer une association !"

Et le président Guy Messager : "La démocratie ça se vit toujours les jours, dans son escalier, dans son quartier, c’est là que nous devons être reconnus comme démocrates ! Je suis élu et réélu à Louvres parce que je vis ça avec mon cœur et avec mes tripes, et que si on m’appelle à 2 heures du matin, j’arrive …"

"Notre Mouvement continue de chercher sa voie"

Partir du local et compter sur "notre leader" au plan national, selon le discours d’ouverture du même Guy Messager :

"Notre Mouvement continue de chercher sa voie. François Bayrou a-t-il un avenir politique ? Oui, incontestablement. Le Congrès fondateur a permis de mesurer les forces de François Bayrou, l’afflux des militants. Nous avons pu mesurer sa faiblesse : la quasi-totalité de ses élus sont partis. Je considère que le MoDem doit réunir les voix de celles et ceux qui, aujourd’hui ou demain, seront déçus par le Président de la République actuel. Son comportement est loin de notre façon de voir, loin de ressembler à notre leader.

François Bayrou a un véritable destin si nous réussissons à convaincre une majorité de Françaises et de Français de refuser ce clivage bipartiste."

Après quoi Guy Messager annonce qu’il ne se représentera pas : "Élu depuis 3 ans et demi à cette responsabilité, je m’étais engagé sur deux points : faire une lettre départementale distribuée dans toutes les boîtes, cela a été fait en mars 2006, et doubler le nombre d’adhérents, il a presque quadruplé. Mais les choses ont changé. Il y a de nombreux adhérents jeunes et compétents qui aspirent à la direction de notre Mouvement, c’est logique et très bien. Je souhaite que ce soient les représentants de cette force nouvelle que vous représentez, qui prennent en main le destin du MoDem dans notre département."

Noté 3.7/5 (06 votants)

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour