« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

En lien

François Bayrou et l’altermondialisme

, 2 juin 2008

Vu 3343 fois | 15 commentaire(s) | Noté 3.6/5 par 09 votant(s)

Delanoë se proclamant libéral, Sarkozy invoquant Blum et Jaurès, ... et pourquoi pas Bayrou altermondialiste ? Les lignes de clivage politique sont en train de bouger en France, et le repère euclidien "droite-gauche en passant par le centre" n’est plus représentatif, rassurant pour certains dont le manichéisme représente un confort de pensée, mais dont les contenus devraient être redéfinis en même temps que les étiquettes, rebaptisées.

Plus nous avançons sous ce gouvernement sarkozyste avec son cortège d’erreurs et de confusion, sa cour monarchique et son injure à la démocratie, son arrogance, sa favorisation du modèle américain matérialiste, capitaliste et inégalitaire, en même temps que le contexte mondial est difficile, avec ses crises alimentaires, écologiques et financières que cette politique ne sait pas gérer, plus je me dis qu’il fallait passer par cette étape pour une prise de conscience des gens, des Français mais aussi des Européens. Au moins Sarkozy aura prouvé ce qu’il vaut, que ses promesses n’engageaient que ceux qui les écoutaient, que les Français se sont trompés en le choisissant.

De l’autre côté, c’est bien parti pour que les socialistes se déchirent, embourbés à la fois dans leurs querelles de personnes, une guerre sémantique révélatrice et une impossible synthèse idéologique. Ce qui est étonnant, c’est qu’ils avouent (enfin !) la reconnaissance de l’économie de marché et osent même pour certains prôner le libéralisme (Delanoë) associé à son antinomique socialisme (alors qu’il n’a plus d’avenir), alors même qu’en ce moment s’amorce un fort contre-courant contre les dérives du capitalisme et du libéralisme économique. Ils devraient au contraire retrouver une unité idéologique en dénonçant ces dérives, en proposant une gestion différente qui pour autant ne soit pas le socialisme qui a montré son échec.

François Bayrou, de son côté, continue à creuser son sillon en proposant un nouveau chemin, qui me paraît être celui d’un ALTERMONDIALISME humaniste, démocrate et réaliste.

En effet, lors de son intervention sur France Culture datant de samedi 31 mai 2008, François Bayrou énonce clairement deux questions fondamentales :

- celle de la démocratie et du pluralisme en France : n’y-a-t-il dans notre pays que deux offres politiques ou y en a-t-il d’autres ? et dans ce cas ont-elles la possibilité de s’exprimer et d’être représentées ?

- celle du projet de société, non limité à la France : la mondialisation porte-t-elle un modèle unique, basé sur la recherche du profit individuel et générateur d’inégalités croissantes ?

Dans la charte des valeurs du Mouvement Démocrate comme dans le projet démocrate et les discours de François Bayrou, les priorités ne sont pas accordées à la recherche du profit individuel, mais au respect de l’être humain, à la justice et à la réduction des inégalités, à la préservation de la planète, des espèces dont l’homme fait partie, à l’éducation et à la diversité culturelle. Le développement économique n’en est pas pour autant renié mais doit s’inscrire dans ce contexte de nouvelles priorités, ne pas se faire au détriment des autres (de l’Afrique, de l’environnement, notamment) ne plus voir l’unique taux de croissance global du PIB comme l’indicateur absolu du progrès et des jours meilleurs.

François Bayrou propose un autre modèle de société, qui ne nie pas la mondialisation, mais qui la régule par de nouvelles règles du jeu mondiales (passant nécessairement par un renforcement de l’Europe) et puisse fonctionner sur un autre moteur que celui de la seule recherche du profit individuel, un autre carburant que l’argent et les valeurs matérialistes (passant par une prise de conscience et une responsabilisation individuelle de notre destin collectif). En ce sens, François Bayrou est altermondialiste.

Rappelons la définition de l’altermondialisme :

L’altermondialisme ou altermondialisation est un mouvement social composé d’acteurs très divers qui, face à une logique de mondialisation libérale effrénée, revendique et met en avant des valeurs comme la démocratie, la justice économique, la sauvegarde de l’environnement, les droits humains en vue d’une mondialisation maîtrisée et solidaire.

Très hétérogène et composé d’une multitude d’associations, de mouvements d’horizons divers, d’organisations non gouvernementales, l’altermondialisme se manifeste par des positions qui vont du réformisme à la rupture. Pour créer des synergies entre les différents mouvements qui le composent, il tente de développer des réseaux internationaux (Forums sociaux).

Malgré cette définition, le terme ALTERMONDIALISME évoque souvent un courant révolutionnaire utopiste et anarchiste ou d’extrême gauche inspirée du marxisme, les manifestations lors des sommets de l’OMC ou du G8, l’arrachage de plants transgéniques, etc. C’est parce qu’on retient plus médiatiquement les manifestations parfois violentes des tenants d’une stratégie de rupture que celles moins bruyantes des réformistes. L’altermondialisme n’a pas encore été construit politiquement pour proposer un projet de société réaliste en s’inscrivant dans un parti politique crédible.

Or c’est bien ce que propose le Mouvement Démocrate avec François Bayrou. De même qu’aux Etats-Unis, Barack Obama semble être porteur de ce même projet. De plus en plus de personnalités renommées (scientifiques, philosophes, politiques, journalistes) ont déjà tiré l’alarme en vue d’envisager "un autre monde" et sont aussi "altermondialistes" : Hubert Reeves, Joseph Stiglitz, Yves Paccalet, Hervé Kempf,...

La gauche et la droite sont politiquement des concepts dépassés, vidés de leur sens. Donc le centre également. Leur utilisation confortable par les élus en place qui cherchent à préserver un électorat en leur faisant croire à des repères ne pourra plus tenir bien longtemps. Il faut redonner un sens à la politique, aux partis politiques, par un contenu idéologique, non seulement affirmant une priorité à des valeurs de référence et en proposant des actions, un programme, mais surtout en définissant un projet de société.

L’UMP nous a directement proposé un programme, des réformes, sans nous décrire le projet de société, mais que l’on devine aisément comme défenseur d’une mondialisation motivée par la recherche du profit individuel, la loi du plus fort, génératrice d’inégalités croissantes.

Le PS a édicté des valeurs, accordant plus d’importance à la justice et à la solidarité, mais il lui reste à décrire le projet de société et à résoudre les profonds désaccords internes sur les choix politiques, entre libéralisme et socialisme, l’impossible synthèse, ainsi que les luttes de pouvoirs entre personnalités.

François Bayrou nous propose un autre chemin, altermondialiste humaniste démocrate et réaliste, en ayant décrit ses priorités en terme de valeur, son projet de société, sa politique. Etant désavantagé en terme de représentation parlementaire car les institutions et la loi électorale actuelles favorisent la bipolarité politique, les courants majoritaires, il lui faut surtout avoir l’écoute des Français pour exposer cette alternative, leur redonner confiance en la politique, une politique fondée sur un projet de société et non sur des luttes de personnes et des fausses promesses, avec à la clé un beau rendez-vous en 2012 !


Également publié sur agoravox et mediapart.

Noté 3.6/5 (09 votants)

La réponse de Pierre Guillery

Posté le 2 juin 2008, à 23h 04mn 44s
François Bayrou et l’altermondialisme

Je ne sais pas si François Bayrou est altermondialiste. Peut être Frédéric LN pourrait lui demander à l’occasion d’un prochain entretien - je suis sur que la réponse sera intéressante ; comme l’entretien sur France Culture. FC, la seule radio où l’on peut citer Bergson, comme a dit FB en rigolant.

Ce que j’ai compris ces derniers jours, c’est que Bayrou a parfaitement "compris" le PS - et (tactiquement) parfaitement bien visé, depuis quelques années, en pariant sur la déconfiture dudit PS, pour que se rallient à lui les déçus de ce coté là (avec en plus un bon nombre de déçus de Sarkozy depuis...).

En septembre 2006, je me souviens de Bayrou nous répondant "Royal, mais qui est ce ?" avec un grand sourire vaguement mystérieux. Je n’avais pas compris, maintenant oui. Il a bien intégré, et l’a répété sur France Culture que le système dans lequel nous vivons dicte que l’homme (ou la femme) est au centre - via l’élection présidentielle - dicte le reste. C’est tellement évident.

Alors, nous tous qui soutenons le projet, la vision de Bayrou - soutenons l’homme. Même si cette/sa vision actuelle, autour de lui, irrite nos sensibilités. Parce qu’il a raison : sans passer par l’Elysée, comment fait on pour réformer la système, vraiment ??

La réserve : comment savons nous que François Bayrou tiendra sa parole ? Qui nous dit qu’il en se pas atteint de "sarkozyte" après avoir été élu pour changer la France ? Rien. Enfin, hum, non pas rien. Je ne suis plus (trop) naïf. Bayrou m’énerve souvent. Mais je crois que son orgueil et son respect des autres, son humanité (avec ses faiblesses aussi...) nous garantissent (presque) qu’il fera ce qu’il dit le moment venu. Parce que sinon il se renie.

[Je ne croyais pas que je ferai un jour confiance à quelqu’un comme ça. Avec les réserves aussi. Mais b

on, on vieillit... ;)]

Posté le 2 juin 2008, à 17h 23mn 05s
François Bayrou et l’altermondialisme

Bonjour,

je partage en grande parti votre analyse. Par contre, il ne faut pas dénaturer ou caricaturer le libéralisme suivant B Delanoë. il est écrit dans son livre : Ce qui n’est pas acceptable, c’est de résumer le libéralisme uniquement à son aspect économique, car cela implique le désengagement de l’état et le laisser faire. Le libéralisme est un moyen d’affranchissement, une idéologie, un désir de liberté. je suis léberal parce que j’aime la liberté...( Chapitre I "de L’audace"). Pour les socialistes, laissez nous travailler...il sera éventuellement temps de critiquer le 17 novembre... Philippe Vidoni http://saintmaursolidaire.com

La réponse de Danièle Douet

Posté le 2 juin 2008, à 11h 00mn 42s
François Bayrou et l’altermondialisme

Marie-Anne, il est pour moi très clair que se dessine dans toute l’Europe et au-delà, une autre voie que celle du néoconservatisme qui a montré ses limites et que les populations refusent de plus en plus et le socialisme qui a aussi montré ses limites, idéologie définitivement archaïque après tout ce qui s’est passé en son nom en Europe.

Il n’y a que les socialistes français pour tenir encore à cette idéologie du XIXème siècle, car ils sont très loin de l’Europe de l’Est qui a "bénéficié" du "socialisme réellement existant", comme il y était défini.

J’ai vécu à quelques kilomètres de ce "bonheur imposé" et en ai vu ses ravages pendant des années...

Lors de l’ouverture du Mur, l’étendue des désastres est apparue dans toute sa splendeur... devant les yeux ébahis des socialistes qui ont osé regarder la réalité en face en se rendant sur place.

Depuis, grâce aux milliards payés par les contribuables allemands de l’Ouest, les infrastructures ont été créées - routes, télécoms, etc... - et on ne voit plus grand chose. Je me souviens de collègues partis fonder une école à la frontière polonaise en 1990. On ne pouvait pas les joindre, pas de téléphone, pas de réseaux, routes en piteux état avec des trous partout, des heures pour aller d’un point à l’autre à travers un pays comme anesthésié...

En Pologne, on peut encore voir certaines régions vivre comme dans les années 50 en France.

L’administration Bush a définitivement décrédibilisé le néoconservatisme américain, idéologie qui s’est imposée par la force dans le monde, souvent par un mirage trompeur. La triste réalité de Guantanamo, de la guerre en Irak et autres aura des répercussions beaucoup plus graves que la guerre du Viet-Nâm, tout simplement à cause des moyens de communication d’aujourd’hui.

Non, François Bayrou a senti avant beaucoup d’autres le courant qui va se répandre... en ce sens il est un précurseur visionnaire.

Toutes les critiques, internes et externes, visant à torpiller son entreprise politique pour rénover une Europe engluée dans ses archaïsmes et prisonnière de l’idéologie américaine, ne réussiront pas à tuer cette entreprise.

Tout simplement parce que partout en Europe des gens se lèvent, commencent à exprimer la même volonté. Cela se sent dans tous les pays européens... pour qui observe au-delà du microcose franco-français.

La réponse de tamino

Posté le 2 juin 2008, à 10h 25mn 38s
François Bayrou est-il altermondialiste ?

C’est une nouvelle version de la fracture sociale que vous nous décrivez là. Rien de bien nouveau depuis le printemps 2007, sauf que l’on vient de perdre un an à rédiger des textes fondateurs d’une rare médiocrité, dont certains que vous ciez ne sont même pas disponibles sur le site du mouvement, et que le débat d’idées a été nul en interne, en tout cas à la tête. Est ce que vous croyez une demi-seconde que le bureau exécutif et le CCC, tels qu’ils sont constitués aujourd’hui, peuvent suivre ce beau discours altermondialiste ?

La réponse de Marie-Anne Kraft

Posté le 2 juin 2008, à 11h 02mn 05s
réponse de l’auteur @ Tamino

Et bien permettez-moi de ne pas être du tout d’accord avec vous et de regretter que vos plaintes et critiques ne soient pas plus constructives, pour au moins faire avancer les sujets qui ne vous satisfont pas. Si vous trouvez le débat d’idées nul, faites en sorte de le lancer et d’y participer !

Cet article n’est en aucun cas une nouvelle version de la "fracture sociale", qu’il ne s’agit plus de dévoiler, reconnaître, dénoncer, cela a déjà été fait, mais de combattre par des actions réelles et coordonnées au sein d’un projet de société cohérent. Un projet alternatif, altermondialiste, qui est aussi le combat de la survie planétaire, qui ne se satisfait pas simplement de belles paroles, du qualificatif "développement durable" sans actions en profondeur et coordonnées au niveau mondial.

Quant à vos remarques sur la médiocrité des textes fondateurs, sur la perte de temps passé sur l’élaboration des textes, elles ne reflètent en effet pas du tout l’esprit démocrate et constructif que leur contenu cherche à promouvoir, ce qui explique facilement que vous les critiquiez ainsi. Si votre objectif est de saper le moral aux démocrates et d’essayer de contribuer à la déstabilisation interne que certains ont tenté de faire récemment, vous vous y prenez très mal.

La réponse de tamino

Posté le 2 juin 2008, à 11h 15mn 14s
réponse de l’auteur @ Tamino

Marie-Anne, pour ce qui est de "sapper le moral des démocrates", quelqu’un de plus haut placé que vous s’en est occupé depuis le 1er décembre, et même fort brilamment je dois dire. Pour ce qui est de porter des projets, permettez moi de vous dire que je ne vous ai guère attendue, dieu merci. Je fais juste remarquer, car vous prenez la mouyche facilement dès que quelqu’un ose^émettre un léger désaccord avec votre discours, que je n’ai évidemment rien contre ce que FB a pu exprimer sur France Culture samedi, mais qu’il se semble curieux que celles et ceux qui , au sein du MoDem - primo-adhérents, CAP 21 - sont les plus à même de pouvoir relayer un tel discours, sont réduits à la portion congrue (je dirais même incongrue) dans les instances nationales et priés de fermer leur gueule au sein du bureau exécutif. Donc, les discours bravaches, OK, mais la concrétisation de ces principes au sein de ce que l’on dirige, c’est mieux, ça donne confience et ça ne contribue pas "à sapper le moral des démocrates".

La réponse de Danièle Douet

Posté le 2 juin 2008, à 12h 16mn 53s
réponse de l’auteur @ Tamino

Cher ami, Je suis aussi ce que vous appelez "primo-adhérente" et ne partage pas votre technique d’auto-destruction interne.

Car ce n’est pas en "râlant" mais en PROPOSANT de manière constructive, sans relâche, avec détermination, que les choses bougeront.

Il en est de même partout, les derniers venus font leur preuve et on leur confie des responsabilités ensuite.

Alors n’hésitez pas à faire vos preuves, vous verrez - si vous êtes honnête - que vous arriverez à faire entendre votre voix.

La réponse de tamino

Posté le 2 juin 2008, à 13h 19mn 07s
réponse de l’auteur @ Tamino

@ Danièle Douet Vous plaisantez, je pense ? J’ai co-signé des dizaines d’amendements pour l’élaboration des statuts, des chartes, du RIN et 75% de cela a été balayé par la volonté de FB de tout régir et de traiter tous ces travaux parallèles d’"enfantillages" ! Vous êtes qui, danièle, pour conseiiler aux autres de "faire leurs preuves" ? Demandez donc à FB de faire ses preuves de grand leader de parti. Il a une certaine marge de progression, à mon avis.

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 2 juin 2008, à 13h 24mn 30s
Frédéric Lefebvre-Naré @ Tamino

Je laisse votre commentaire en ligne, cependant merci de noter que votre question " Vous êtes qui, danièle, pour conseiiler aux autres de "faire leurs preuves" ?" est parfaitement déplacée. Contrairement à vous, Danièle s’exprime avec ses nom et prénom, il est donc très facile de savoir qui elle est et ce qu’elle a fait depuis un an au sein du Mouvement démocrate.

» Danièle et le MoDem sur google

Posté le 2 juin 2008, à 14h 08mn 07s
Frédéric Lefebvre-Naré @ Tamino

@FLN Ma question n’était absolument pas déplacée. Ma remarque ne visait pas du tout la personnalité de Danièle, dont je me moque totaement, mais le simple fait qu’il me semblait juste que le MoDem n’était pas une classe d’école où une innstitutrice pouvait demander aux élèves s’ils avaient bien fait leurs devoirs. Ca fait 2 ans et plus que je me bats pour FB sur le terrain. Ca me donne le droit à une certaine exigence de comportement sans avoir à rendre des comptes sous le simple prétexte que je ne m’aplaitis devant chaque parole du chef.

La réponse de Danièle Douet

Posté le 2 juin 2008, à 14h 16mn 57s
Frédéric Lefebvre-Naré @ Tamino

Monsieur ou Madame,

Quand vous cesserez de vous cacher derrière un pseudo pour proférer vos gentillesses, on pourra prendre vos écrits un peu plus au sérieux.

Posté le 2 juin 2008, à 14h 49mn 42s
Frédéric Lefebvre-Naré @ Tamino

Madame ou Monsieur, je ne mets pas en doute le sérieux Je ne vois pas pourquoi vous utilisez le prétexte du pseudo pour douter du sérieux de mes affirmations.

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 2 juin 2008, à 15h 06mn 51s
pseudo

"Je ne vois pas pourquoi vous utilisez le prétexte du pseudo pour douter du sérieux de mes affirmations."

Les affirmations sur des tiers, ou sur l’article, tiennent indépendamment de leur signature. Les affirmations fondées sur l’expérience personnelle, du type "je le sais parce que je me bats depuis x temps" sont invérifiables quand le commentaire n’est pas signé, ou signé d’un pseudo. Il est logique que le lecteur leur accorde moins de portée, que quand le commentaire est signé.

La réponse de François Bayrou

Posté le 2 juin 2008, à 16h 54mn 12s
pseudo

OK ; Je signerai désormais "François Bayrou".

Posté le 3 juin 2008, à 14h 11mn 25s
Primo-adhérent

Bonjour, en effet il n’est jamais inutile d’être poli. Bonjour donc, je suis ce que vous appelez un primo adhérent, Udf d’avant ce millénaire puis nouvel UDF et enfin Démocrate. Je suis un ardent défenseur du Dialogue, pratique codifiée et rigoureuse qui assure que la parole de chacun sera entendue par tous. Le petit délire humoristique que vous vous autorisez en signant François BAYROU détruit toute la crédibilité que vous souhaitiez mettre dans vos arguments en ne souhaitant pas apparaitre au grand jour. En clair, votre point de vue n’est celui de personne, juste celui de n’importe qui et bienheureu celui qui peux situer dans l’espace votre angle de vision d’un sujet pourtant diablement important pour notre mouvement. Démocratement

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour