« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

Eric Julliard

Message au directeur de la publication, 19 avril 2010 : "Il te suffira d’indiquer en lieu et place de mon CV, et je m’en estimerai satisfait, que j’ai demandé la destruction de mon compte après avoir constaté le retrait d’un article que j’avais signé sous le titre "Pourquoi le cas Lehideux est un problème". Evidemment, je demande également que la référence à cet article-ci et aux commentaires qui l’accompagnent soient mentionnés pour l’édification du lecteur."

NDLE : les articles signés par Éric Julliard ont bien été retirés du site selon sa demande, à l’exception de ceux qui avaient un autre coauteur.

Construire en mouvement

La réponse de Danièle Douet

Posté le 5 juin 2008, à 13h 47mn 25s
Avant l’esclandre du 14 mai, il y avait la soirée du 13 mai relatée par le Canard Enchaîné

Voici ce que j’ai appris hier et qui explique le décor précédant cette scène :

"Canard Enchainé 4 Juin 2008. Un Modem de démocratie ! François Bayrou avait promis aux adhérents du modem un "parti différent". Catastrophe , certains l’ont pris au mot.

Le 13 mai, 2 militants lui ont envoyé un huissier porteur d’une "sommation interpellative".

Leur grief : Bayrou aurait établi le Réglement Intérieur du Parti tout seul dans son coin, au mépris des grands principes de démocratie et surtout des statuts du MoDem.

"On a pourtant fait une réunion publique de 7 heures (j’y étais) sur le règlement intérieur" répond le cabinet du Béarnais. Le 14 Mai, à cause de cette querelle juridique, le Conseil National a viré à la cour de récré.

"Mascarade !" a lancé un des frondeurs. "T"es qu’un clown" lui a répondu un élu. "Les enfants, calmez vous !" a tenté Lou Bayrou. Pour calmer le jeu, le Modem vient de créer un poste inédit en politique, de "médiateur des adhérents". Comme dans la téléphonie mobile ou à la Poste !

Voilà qui explique certaines choses.

"Une sommation interpellative est une sommation (acte d’huissier) par laquelle l’huissier vous somme de répondre à une question ou de fournir un renseignement ou un document ; après avoir exposé le problème, il sollicite une réponse immédiate et écrite de votre part. Cette réponse doit être notée par lui sur l’acte dont il vous remet copie sur le champ.

En plus simple : par la sommation interpellative, un huissier pose en quelque sorte une question à quelqu’un. La personne interpelée n’est pas obligée de répondre. Vous pourrez néanmoins vous prévaloir du contenu de la sommation. Attention à ce que vous allez dire. Si vous mentez ou ne répondez pas le demandeur et le juge peuvent en tirer toutes conséquences. La sommation interpellative est un acte plus "grave" que la simple mise en demeure. " Source : http://www.experatoo.com/huissier/question-droit-12770-1.htm (Merci à Brigitte pour la recherche :-).

Voilà donc ce qui a précédé la réunion du Conseil National, la veille. Avant même que celui-ci n’ait lieu, F. Bayrou a été sommé - sous menace - de prendre position par rapport à un document écrit, .... avant même que le Conseil National n’ait lieu.

C’est assez extraordinaire. Je n’aurais jamais imaginé de telles pratiques et me demande quels sont les objectifs des personnes qui sont derrière ces agissements. Et après ils se plaignent qu’on ne leur ouvre pas les bras tout grands... La confiance ne s’exige pas, elle se gagne. C’est partout pareil, dans la famille, en entreprise ou ailleurs...

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 2 juin 2008, à 11h 57mn 58s
Un commentaire signé "tamino" non publié

Comme indiqué ci-après, nous prévenons les auteurs de commentaires non publiés (cet article est en modération a priori) - quand ils laissent une adresse mail. Nous leur adressons copie du commentaire non publié pour qu’ils puissent réutiliser leur texte.

Un commentaire signé "tamino", sans adresse mail ni lien, a été proposé et non publié, car hors du sujet du billet - il m’a semblé qu’il cherchait à créer une polémique avec des arguments d’une part mal rapportés à un commentaire antérieur, d’autre part contradictoires. Nous en enverrons volontiers le texte à l’auteur s’il nous contacte par mail privé, en indiquant son IP pour confirmer qu’il est bien le commentateur. Merci d’avance !

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 2 juin 2008, à 13h 27mn 18s
Un 2ème commentaire signé "tamino" non publié

Un nouveau commentaire signé "tamino" est non publié : il comprend, selon moi, une attaque personnelle qui n’est appuyée sur aucun fait explicité.

La réponse de ClaireD

Posté le 2 juin 2008, à 10h 26mn 18s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème/Lehideux comportement !

Les faits rapportés par E.Julliard sont exacts et ne peuvent être mis en doute. Nous sommes trop nombreux à en avoir été témoins. Seulement, qui ose s’exprimer sur ce site sans peur de représailles, après ce qui s’est passé ce 14 mai, rue de l’Université ? Je suis allée à mon 1° conseil national le coeur léger, plein d’idéal, curieuse d’écouter, de participer et de débattre ,de rencontrer d’autres conseillers, avec l’esprit Modem de liberté d’expression et d’opinion.

J’irai au prochain conseil avec moins de candeur, après ce dont j’ai été témoin.

Le début de séance m’a quelque peu refroidie et je n’ai pas apprécié la méthode employée pour empêcher Taha de s’exprimer. Il me semblait qu’un Conseil National était un lieu de débat libre, une occasion privilégiée d’échanger des avis, même si certains n’épousaient pas forcément le débat de convenance désiré par le bureau politique. N’oublions pas, Taha est un conseiller national. Il a été élu par les adhérents de sa région et il aurait dû être entendu jusqu’au bout de son intervention. J’admets : il a été maladroit. On n’attaque pas billet en tête et surtout on y met les formes. Par contre, un bon président de séance(ce jour, c’était un membre du bureau exécutif !) a la mission de faire respecter l’écoute de chacun. Visiblement, cela arrangeait certains que Taha se fasse humilier et tacler en public.

Dans la cour du Modem, le comportement Lehideux : inadmissible ! Toutes ces insultes à l’encontre d’un conseiller national, le tutoiement injurieux, le "Coco",rebaptisant vulgairement Taha, et j’en passe, sont indignes d’un démocrate, élu public, porteur des valeurs du Modem. Farid Taha aurait-il fait les frais d’une leçon de conduite et de soumission exigée pour l’avenir, pour faire exemple ?

Nous devons avoir un VRAI conseil national, y avoir la liberté de nous y exprimer sans crainte d’y être muselés, cadrés ou formatés. Depuis un an, nous persévérons, nous, les adhérents de la base, malgré tous les déboires et difficultés organisationnels, le manque d’info, les flous d’avenir. Que le bureau politique fasse confiance à ses adhérents et qu’il s’appuie sur eux. Beaucoup de "nouveaux" observent et ne veulent pas tomber dans une UDF qu’ils croyaient révolue. La pensée unique ne doit pas exister, surtout pas pour le Mouvement Démocrate qui ne sera riche que par l’acceptation de la diversité des idées, l’application des vraies valeurs démocrates et le respect de chacun.

La réponse de Danièle Douet

Posté le 2 juin 2008, à 13h 43mn 23s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème/Lehideux comportement !

Claire, sur beaucoup de points, je vous donne raison :

Il me semblait qu’un Conseil National était un lieu de débat libre, une occasion privilégiée d’échanger des avis, même si certains n’épousaient pas forcément le débat de convenance désiré par le bureau politique.

N’oublions pas, Taha est un conseiller national. Il a été élu par les adhérents de sa région et il aurait dû être entendu jusqu’au bout de son intervention.

Sur la première partie, je vous donne raison. Il faut absolument que le Conseil National soit un lieu de respect mutuel où toutes les opinions devraient pouvoir s’exprimer démocratiquement dans la mesure où l’intervenant ne mobilise pas la parole pour un temps qui va au détriment de la possibilité d’expression d’autres. Quant à sa représentation des adhérents de sa région, je fais juste remarquer que ce conseiller national, comme d’autres dans d’autres département, a été "élu" sur une seule liste sans alternative.

J’admets : il a été maladroit. On n’attaque pas billet en tête et surtout on y met les formes. Par contre, un bon président de séance(ce jour, c’était un membre du bureau exécutif !) a la mission de faire respecter l’écoute de chacun.

Absolument d’accord. La question qui se pose est de savoir si le "président de séance" était formé pour maîtriser ce genre d’intervention émotionnellement chargée.

Dans la cour du Modem, le comportement Lehideux : inadmissible ! Toutes ces insultes à l’encontre d’un conseiller national, le tutoiement injurieux, le "Coco",rebaptisant vulgairement Taha, et j’en passe, sont indignes d’un démocrate, élu public, porteur des valeurs du Modem.

Absolument d’accord.

Cependant, on ne peut sortir un évènement de son contexte sans en avoir une interprétation partiale.

Ni de ce qui s’est passé dans différentes rencontres auxquelles vous n’avez peut-être pas assisté. Ni de tous les écrits de F.T. sur son blog et ailleurs. Certains recèlent une violence ouverte et non déguisée. Et comme dit un proverbe : "Qui sème le vent, récolte la tempête".

Ceci n’excuse absolument pas les dérapages d’autres personnes que vous citez.

Pour ma part, j’étais présente le 8 mai et de voir F. T monopoliser la parole en début de réunion dès l’introduction de F. Bayrou et insister pour parler, aller à la tribune pour lui saisir le micro des mains, était un spectacle assez irréaliste et infantile qui m’a beaucoup interrogée sur ses racines...

Je n’ai pas non plus apprécié que les amis de Farid distribuent à l’entrée de la salle de réunion leurs thèses photocopiées avec sur la première page le logo officiel du MoDem, de sorte que ceux qui y entraient pouvaient penser qu’il s’agissait d’un document émanant du siège du Mouvement Démocrate. Et c’est ce qu’ont cru de nombreux participants.

Ce n’est qu’en voyant sur le document le noms des responsables de ce papier qu’il était identifiable comme document non pas émanant du siège du MoDem mais d’un groupe de discussion dont les initiateurs se positionnaient clairement dès le lendemain du Congrès de Villepinte en opposition frontale à F. Bayrou.

http://www.francedemocrate.info/spip.php ?article350 http://www.francedemocrate.info/spip.php ?article376

Je vous invite d’ailleurs à lire très attentivement le site mentionné dans ces deux articles écrit par l’auteur même de l’article ci-dessus.

De même qu’on ne peut jamais juger véritablement le présent en se coupant de l’Histoire - ce qu’essaie malheureusement de faire N. Sarkozy - de même on ne peut juger d’un évènement sans avoir la vue d’ensemble de l’historique qui mène à cet évènement.

La réponse de Mayat

Posté le 3 juin 2008, à 10h 19mn 32s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème/Lehideux comportement !

Vous écrivez :... Pour ma part, j’étais présente le 8 mai et de voir F. T monopoliser la parole en début de réunion dès l’introduction de F. Bayrou et insister pour parler, aller à la tribune pour lui saisir le micro des mains, était un spectacle assez irréaliste et infantile qui m’a beaucoup interrogée sur ses racines... Qu’entendez-vous par cette intérrogation sur "ses racines" ?

La réponse de Danièle Douet

Posté le 3 juin 2008, à 17h 07mn 43s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème/Lehideux comportement !

Qu’entendez-vous par cette intérrogation sur "ses racines" ?

Ses, adjectif possessif, se réfère à la partie de la phrase qui précède, je vous la redonne donc :

"...était un spectacle assez irréaliste et infantile qui m’a beaucoup interrogée sur ses racines..."

Il s’agit ici des racines du spectacle irréaliste et infantile, la phrase est explicite. Les racines ce sont les origines ou les motivations. C’est là qu’est la question.

Je ne sais pas ce que vous supposez d’autre et espère ainsi avoir répondu à votre question.

La réponse de Mayat

Posté le 4 juin 2008, à 09h 39mn 11s
Manque de courage, madame Douet ?

Le petit détour que vous adoptez en ramenant votre réponse maladroitement au plan grammatical, manque un peu d’élégance mais ne trompe personne. Je m’attendais à lire un fond de pensée plus hardi. Cette pensée que tous ceux qui ont dépassé les règles primaires de grammaire élémentaire, aura comprise. Mais c’est votre droit le plus absolu de vous exprimer au niveau qui est le vôtre et sur ce point, je serai plutôt d’accord avec votre appréciation.

La réponse de Danièle Douet

Posté le 4 juin 2008, à 14h 10mn 42s
Manque de courage, madame Douet ?

Vous essayez ainsi du susciter des sentiments et opinions que je n’ai JAMAIS émis ni pensés.

Votre texte me semble une manoeuvre manipulatrice de premier choix et je n’accepte pas de me laisser pousser dans un tel coin argumentatif.

Si vous souffrez quelque part, c’est votre problème. Je sais ce que j’ai écrit et ce que j’ai voulu dire. Point barre. Essayez de transférer ailleurs vos problèmes psychologiques.

La réponse de Marie-Anne Kraft

Posté le 3 juin 2008, à 13h 14mn 46s
Merci à Danièle Douet de ces précisions !

Je déplore ces disputes sur ce blog, qui est public, et l’image que nous pouvons donner du MoDem au travers de ces échanges. Mais c’est sans doute l’effet recherché par les quelques personnes, minoritaires mais bruyantes, a fortiori sous pseudos, qui ont volontairement démarré cette discussion de manière provocante, appelant des réponses de militants qui ne se cachent pas eux sous les pseudos ...

Il faut distinguer la légitimité du débat sur les idées, lieu de ce forum, des réactions affectives, épidermiques, colériques, engendrées par la frustration que ses propres idées n’aient pas été retenues par le parti. Si ces personnes ne se sont pas assez senties écoutées, qu’elles fassent un billet sur ce blog, en restant correctes SVP, expliquant pourquoi et avec argumentaire synthétique de leurs idées qui n’ont pas été retenues et quelles peuvent être leurs conséquences.

Ceux qui trouvent inconvenante la manière dont B.Lehideux s’est adressé à Farid le 14 mai, occultent que ce dernier venait d’avoir lui-même un comportement inconvenant face à François Bayrou devant la presse, avec des conséquences pour notre Mouvement, déjà assez attaqué par les multiples prédateurs.

Les critiques insultantes ne sont pas bienvenues. Rappelons la charte éthique, qui en article IX précise que l’adhérent considère que le dénigrement est incompatible avec son engagement au Mouvement Démocrate.

La réponse de Eric JULLIARD

Posté le 16 juin 2008, à 23h 02mn 10s
Merci à Danièle Douet de ces précisions !

Madame Kraft, le fait que vous persistiez, contre toute évidence, à affirmer que l’insulte formulée par Monsieur Lehideux suit un esclandre de Farid Taha alors que ce n’est pas le cas demeurera pour moi un éternel mystère.

Il n’est pas nécessaire, notez bien , que vous vous efforciez de le lever.

» http://construiremouvement.free.fr

Posté le 2 juin 2008, à 14h 10mn 13s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème/Lehideux comportement !

100% en accord avec vous, ClaireD.

La réponse de ChristianB

Posté le 2 juin 2008, à 08h 34mn 15s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème et le problème ne vient-il pas de ce qu’est devenu le MoDem ?

]. Rémy Daillet-Wiedemann pose une question à François Bayrou : "Êtes-vous satisfait de votre Conseil national, et pouvez-vous comprendre que l’on souhaite un vrai Conseil national ?" La réponse de François Bayrou est immédiate : "Cher ami, dans un vrai Conseil national, pensez-vous que vous seriez élu ?".


Beaucoup de questions se posent, et chaque jour en amène d’autres. A commencer la réponse faite par francois Bayrou à Rémy D.W. Pour moi ces attitudes ne sont pas compatibles avec la position occupée. Ces façons de faire dénotent un manque de respect et la volonté de conserver un pouvoir qui échappe. Les médias ont raison, FB va se retrouver seul. Oui seul, parce qu’entre les paroles officielles (écrites et télévisées) il existe un fossé énorme. On va se gausser des propos tenus par le président de la République et l’on devrait passer sous silence les écarts de FB. Ces attitudes, ces propos se ressemblent, ils dénotent la même condescendance vis à vis de leurs concitoyens

La réponse de Paul C.

Posté le 4 juin 2008, à 21h 55mn 28s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème et le problème ne vient-il pas de ce qu’est devenu le MoDem ?

"Cher ami, dans un vrai conseil national, pensez-vous que vous seriez élu ?"

La réponse aurait pu être : "Cher Président, dans un vrai Mouvement Démocrate, pensez-vous que vous seriez président ?

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 1er juin 2008, à 21h 11mn 25s
MODERATION A PRIORI (provisoire)

Bonsoir tout le monde,

Étant donné la tonalité vive et parfois agressive de nombreux commentaires, et pour la paix de mon sommeil comme des ménages, les commentaires sur cet article sont en "modération a priori" depuis samedi 31 mai à 22h45.

Vous pouvez poster, mais les textes n’apparaîtront qu’après lecture et validation par OG ou moi-même. Comme toujours (sauf erreur ou omission) sur France démocrate, seule la forme des commentaires peut conduire à ce qu’ils soient refusés ou supprimés. Quant au fond des opinions exprimées et des faits cités, la diversité des prises de position constructives est bienvenue !

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 1er juin 2008, à 21h 07mn 36s
Un commentaire non publié

Comme indiqué ci-après, nous prévenons les auteurs de commentaires non publiés (cet article est en modération a priori) - quand ils laissent une adresse mail. Nous leur adressons copie du commentaire non publié pour qu’ils puissent réutiliser leur texte.

Un commentaire non signé, sans adresse mail ni lien, a été proposé et non publié, car il est entièrement en majuscules (Cf. point 3 de la Néthique). Il commence par "PREAMBULE : JE NE REPONDRAIS A AUCUN COMMENTAIRE". Nous en enverrons volontiers le texte à l’auteur s’il nous contacte par mail privé, en indiquant son IP pour confirmer qu’il est bien le commentateur. Merci d’avance !

La réponse de Manuel de Survie

Posté le 1er juin 2008, à 19h 05mn 57s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

A ceux qui voudraient mieux comprendre les faits relatés par Eric Julliard sur France Démocrate, je recommande la lecture du compte rendu fait sur le même site de la réunion du 8 mai.

De mémoire, il me semble que Bayrou cite ce qu’il a lu sur le blog de Farid Taha en prétendant qu’il a reçu ce message par mail. Plus loin, il mentionne ceci :

"Hier soir, je discutais avec Éric Julliard jusqu’à une heure avancée. J’ai appris une chose dans la vie. On peut relire tous mes éditos de quand j’avais 20 ans, ils sont toujours d’actualité, mais au fond de moi j’étais autogestionnaire, je croyais que les groupes humains peuvent se diriger tous seuls. J’ai appris depuis que les partis, quand ils n’ont pas de chef, meurent".

En quoi seraient-ce de bons points de départ ?

D’abord pour montrer que Bayrou, grand marginal de l’espace politique, a entretenu une espèce de proximité, à la fois imaginaire et réelle, avec ceux qui sont devenus progressivement, en douze mois, les grands marginaux de notre mouvement. Pourquoi ? Pas seulement à des fins de contrôle ou de maîtrise, comme on pourrait le croire, de façon simpliste, et comme il a fini par s’en persuader lui-même, peut-être. Pas seulement parce que l’entretien des malentendus constitutifs de notre consensus réclame un soin particulier à l’endroit de ses limites, comme on pourrait le croire avec un peu d’astuce, et comme il a peut-être fini par s’en persuader lui-même. Il y a, à mon avis, une raison plus fondamentale à cette proximité singulière, qui va au delà des affinités analogiques entre le marginal à l’échelle de l’espace politique et les marginaux à l’échelle de l’organisation. Il y a une hésitation majeure, en matière de stratégie. Mais vécue intensément, comme un conflit de tendances intimes.

Bref, Bayrou, selon moi, vient de résoudre un conflit, peut-être provisoirement. Et de faire un choix stratégique, peut-être définitif.

Bons points de départ, aussi, parce que c’est d’une relation dont nous parlons, et qu’elle a une logique assez subtile, qui dépasse les intentions du moment. Bayrou, depuis douze ans, n’a cessé de subvertir l’UDF. Tantôt en la plongeant dans l’anarchie, tantôt en lui cimentant les pieds dans des valeurs. Il a toujours eu besoin de la complicité de ceux que l’UDF, dans son effort pour se conserver, repoussait dans ses marges. Marges qui étaient aussi ses marches : les bases de manoeuvre de ses futures conquêtes. Mais mêlée à ces traits de complicité, on trouve aussi, à d’autres moments, l’intention de se subvertir mutuellement, perçue de part et d’autre, qui contribue à la tension du jeu, et qui peut le rompre.

Farid Taha, et pas mal d’autres, dont moi, sont venus, comme Alexandre, devant Diogène, qui faisait la sieste. Vous connaissez la question un peu ironique d’Alexandre : “As-tu besoin de quelque chose ? Que puis-je faire pour toi ?”. Ce que nous avons entendu le 14 mai, très distinctement, c’est la réponse de Diogène : “Ote-toi un peu de mon soleil”.

Diogène n’a pas besoin des services d’Alexandre. Il fait de la politique autrement. Il installera son tonneau à l’Elysée par la parole, en surfant sur la crise de la démocratie.

Manuel de Survie

La réponse de tulipe

Posté le 2 juin 2008, à 08h 31mn 27s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

Ensuite,Alexandre a dit :

“Eh bien, moi, si je n’étais pas Alexandre, je voudrais être Diogène.”

La réponse de Manuel de Survie

Posté le 2 juin 2008, à 14h 55mn 53s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

... comme on donne le cours du change, le taux de conversion d’une monnaie en une autre. Qui est ici de un pour un. Mais aussi, comme le gibier donne le change, en terme de chasse, en croisant sa piste avec celle d’un autre, pour échapper à la meute : l’entourage, qui croyait opportun de ricaner.

C’est la fin de l’épisode, chez Plutarque. Il ne reste plus qu’à vérifier, par ailleurs, que Diogène prétendait savoir gouverner. Je ne sais plus où je l’ai lu.

Ce qui est certain, c’est que Diogène était un Cynique. En un sens beaucoup plus radical qu’Alexandre. Orienté autrement. Sa démagogie, il ne la destinait qu’à lui-même. Il trompe son propre corps, de toutes les manières possibles. Et son âme, en mendiant auprès des statues, "pour s’habituer au refus".

On peut aussi imaginer Alexandre et Diogène cohabitant en une seule personne. Cohabiter n’est pas le mot juste. Il faudrait trouver plus discret.

» Notes sur le Mouvement Démocrate

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 1er juin 2008, à 17h 40mn 56s
Un commentaire non publié

Plusieurs commentaires sur cet article (encore modéré a priori) n’ont pas été publiés en l’état ; les raisons en ont été indiquées à chaque fois par mail aux auteurs, qui peuvent re-proposer leurs commentaires.

Un commentateur, "Manuel de Survie", n’a pas fourni d’adresse mail, ce qui ne me permet pas de lui écrire en privé. Merci à lui de le faire s’il veut récupérer son texte avec les raisons de non-publication (essentiellement : il appuie une partie de son raisonnement sur un évènement qui est, à ma connaissance, imaginaire - il semble donner comme source France démocrate, qui ne relate pas ce fait).

La réponse de Manuel de Survie

Posté le 1er juin 2008, à 21h 54mn 51s
Un commentaire non publié

Merci à Frédéric LN de m’avoir signalé mon erreur. Je n’aurais pas dû me fier à ma mémoire. Il fallait d’emblée faire la citation. Qui, à mon sens, illustre bien mieux ce que j’ai voulu dire.

» Notes sur le Mouvement Démocrate

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 1er juin 2008, à 22h 19mn 23s
Trop aimable à vous

D’autant qu’effectivement, qu’on le trouve juste ou non, votre raisonnement était indépendant du détail en question.

(PS : dans la série les initiés s’amusent : des milliards de lecteurs vont maintenant spéculer sur la nature du détail, son diamètre et sa couleur… les paris sont ouverts !)

La réponse de Hervé Torchet

Posté le 1er juin 2008, à 07h 18mn 05s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

Ce qui me frappe dans l’ensemble du texte, des échanges, de ce que j’ai pu lire ou voir ailleurs est une stratégie de groupuscule qui commence à se dessiner.

Tout d’abord, je dois dire que je comprends la frustration que certains ont éprouvée en sortant du Congrès de Villepinte. Il apportait des innovations considérables dans la gestion démocratique d’un mouvement politique, mais il avait ses défauts, notables. Sur le coup, l’émotion et la colère se sont exprimées en plusieurs occasions.

Mais ne pas accorder aux dirigeants le droit de s’améliorer, ce qu’ils ont fait, me paraît contradictoire avec l’idée même d’améliorer la démocratie.

Le contre-projet de règlement intérieur jouait dans le registre du tout ou rien. Étant donné que la majorité écrasante des adhérents ont pris leur carte du MoDem pour soutenir la démarche de François Bayrou, maintenir ce tout ou rien et croire pouvoir emporter une majorité était à mon avis irréaliste.

Et maintenir le projet sans ouverture de consensus possible (surtout si l’on s’inscrit dans une logique d’opposition dès l’origine) revenait à en faire non pas un instrument de travail et de débat, mais une plateforme d’opposition interne frontale. Dès lors, il est logique que François Bayrou l’ait pris frontalement.

De tout cela, il apparaît maintenant qu’au lieu de s’en prendre aux costauds de la politique d’aujourd’hui, aux puissants qui détiennent les médias et qui dirigent les collectivités locales, ces gens s’attaquent au faible, à notre Mouvement Démocrate, croyant pouvoir se payer sur sa maigre bête de leur prétendue pureté.

Et lorsque je lis sur le blog de Farid qu’il a un scoop, c’est que Sarkozy viendra tel jour dans une usine que l’équipe de campagne de Bayrou a refusé de visiter durant la présidentielle, sorte de revanche de lui Farid contre Bayrou, je me demande si je ne dois pas penser au pire.

Alors, comme je suis un peu rousseauiste, je préfère penser que Farid et Éric Julliard pensent pouvoir créer un vrai mouvement enfin démocratique qui saura bien se trouver un leader le moment venu. C’est véritablement la stratégie du groupuscule.

» jour-pour-jour

La réponse de Farid L

Posté le 1er juin 2008, à 13h 50mn 33s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

@ Hervé

Pourquoi conclure qu’Eric Julliard et Farid Taha seraient seuls ou formeraient un groupuscule. Quand on sait que la communication à l’endroit des adhérent(e)s est contrôlée, pour ne pas dire verrouillée, ils ont réunis un certain nombre d’éléments actifs et compétents autour d’un projet qui consistait à faire vivre les valeurs qui nous ont réunis, diversité, transparence, démocratie, etc.....

Eric Julliard nous parle de travaux menés par 550 adhérent(e)s actifs, issus des 4 coins de l’hexagone, c’est pour toi la définition d’un groupuscule ?

Pour 550 individus actifs, combien de silencieux partage leur analyse ?

Pourquoi ce dénigrement pour ce qui est le sentiment d’une bonne partie des adhérent(e)s.

Un bureau exécutif à 82 % EX-UDF, une CCC dans le même état, un médiateur ex-UDF, les organes des gestions Ex-UDF, un conseil national sous contrôle.

Où sommes nous, nous qui n’avons jamais adhéré à l’UDF, et ceux qui viennent d’autres formations co-fondatrices ?

Où sont passées les belles promesses de mai 2007 ?

C’est à ce genre de question qu’il faut répondre et cesser de stigmatiser tout ce qui n’est pas conforme aux vœux de nos instances.

@+

» http://lagazettedudemocrate.blogspo...

La réponse de Hervé Torchet

Posté le 1er juin 2008, à 16h 37mn 38s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

Je ne dis pas qu’ils forment un groupuscule, mon commentaire n’a pas pour but d’évaluer leur représentativité ni leur force, mais je dis seulement que leur stratégie ne peut avoir pour effet d’améliorer le MoDem, seulement de créer un autre parti politique à côté, qui serait par la force des choses un groupuscule.

Sur la nature ex-UDF ou non, eh bien, tu fais partie du conseil national, moi pas. Et les nouveaux adhérents sont bien majoritaires, à mon avis, dans le collège des adhérents. Et justement Farid Taha était déjà adhérent de l’UDF depuis plusieurs années. Il y a donc de tout partout.

Y a-t-il beaucoup d’adhérents de moins d’un an dans les instances dirigeantes des autres partis politiques ? Pas sûr.

Promesse ? Et celle des adhérents d’être tous des adhérents actifs ?

Mais de toutes façons, j’écris tout ça, mais je m’en fous : si Quitterie Delmas ne réagit pas au fait que nous ne sommes plus d’accord elle et moi, je m’en irai tout à fait, ce qui permettra à ceux qui veulent des places à tout prix d’en avoir encore plus.

» jour-pour-jour

La réponse de Farid L

Posté le 1er juin 2008, à 18h 29mn 47s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

"...Et les nouveaux adhérents sont bien majoritaires, à mon avis, dans le collège des adhérents...." Tu as le sens de l’humour, c’est bien.

"...Y a-t-il beaucoup d’adhérents de moins d’un an dans les instances dirigeantes des autres partis politiques ?..." Il va bien falloir arrêter un jour de nous cpmparer aux autres et enfin faire référence aux promesses faites pour nous réunir, non ?

Je me tamponne de ce qui se passe à l’UMP ou au PS, cela ne me regarde pas, ce qui m’intéresse c’est d’être dans un mouvement qui applique en son sein les règles démocratiques qu’il prône pour le reste du monde. Ces règles qui permettront d’obtenir une représentativité et la dynamique nécessaire à toute entreprise de ce genre

"....Promesse ? Et celle des adhérents d’être tous des adhérents actifs ? ..." Cela était une proposition sous forme de voeu, jamais les adhérent(e)s ne sont venus faire une telle promesse, ceux et celles qui ont pris ce genre d’engagement le tiennent encore à l’exception de ceux et celles que l’on a écoeuré.

Tu as raison de t’en foutre, c’est le meilleur parti actuellement. Avant de t’en aller j’espère que tu nous en dira un peu plus sur votre déssacord.

De toute façon, moi aussi je prend le parti de m’enfoutre.

» http://lagazettedudemocrate.blogspo...

La réponse de Eric JULLIARD

Posté le 1er juin 2008, à 22h 52mn 44s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

"Frustration", "émotion" et "colère" sont des mots du registre des émotions qui ne me semblent pas avoir cours. Que les prises de position, vues de l’extérieur et passées au tamis de l’affect de ceux qui les observent, puissent être ainsi interprétées est sans doute compréhensible. Pour autant, cela ne reflète pas la réalité.

Si je vous disais qu’à titre personnel, je me fiche du tiers comme du quart des suites qui ont été données à la proposition 4.21a, il est probable que vous ne me croiriez pas. C’est pourtant la stricte vérité. Par contre, cela ne m’est pas égal vis-à-vis des 550 personnes qui ont travaillé sur ce projet et qui nous ont fait confiance pour le porter et le faire prévaloir, ce sur quoi nous avons lamentablement échoué il faut le reconnaître.

Il n’y a pas, je l’ai déjà beaucoup dit et écrit un peu partout, le moindre microgramme d’affect dans ce que nous avons fait. Comme cela est peu courant, et que l’Humain en général apparaît ainsi fait qu’il attend que ses efforts soient couronnés de succès et auréolés de gloire, presque personne ne comprend cette position, et personne n’y croit.

L’analyse réalisée par des tiers "récepteurs" dans un modèle qui n’est pas le modèle de l’émetteur ne peut pas produire de bons résultats. Si vous acceptez l’idée, comme c’est mon cas, qu’un concept si génial soit-il ne vaut rien tant que tous ceux qui se le sont appropriés ont oublié jusqu’à son auteur, alors il est impossible que vous compreniez notre démarche - nous sommes bien d’accord : ce n’est pas parce que vous êtes idiot, c’est parce que nous raisonnons différemment -.

Je rappellerai à ce sujet une anecdote que j’ai déjà racontée quelque part. Lorsque Farid Taha et moi-même avons rencontré le Directeur de cabinet de Bayrou (mi avril), nous avons dit à ce dernier, qui s’interrogeait sur le caractère "groupusculaire" de Construire en Mouvement, qu’il lui était loisible de décider de reprendre au compte du MoDem l’entièreté du plan d’action que nous venions de lui présenter, que nous n’avions aucune prétention personnelle à ce sujet et qu’il pouvait même faire disparaître le logo CEM et nous avec si cela lui chantait.

Cela n’a rien changé, notez bien.

La réponse de Marie-Anne Kraft

Posté le 31 mai 2008, à 18h 45mn 42s
Eric Julliard et Farid Taha, deux perturbateurs sincères ou manipulés ?

J’ai personnellement assisté en direct à la scène, et également entendu le 1er esclandre que Farid a fait au début du Conseil National, ainsi qu’une conversation dans la cour en apparte entre Farid et Marielle de Sarez, alors qu’il invectivait celle-ci en dénonçant que le MoDem n’était pas démocratique, et qu’elle répondait justement qu’il y avait peu de partis où on discutait ainsi du règlement intérieur directement avec les militants. J’ai aussi remarqué l’absence d’intervention de Farid et de Eric la journée préalable du 8 mai avec François Bayrou et les militants alors que c’était l’occasion de s’exprimer, avant même le 14 mai jour du Conseil National (sauf brève intervertion de préambule entre Farid et François Bayrou, puis plus rien). Farid a volontairement et ostensiblement voulu faire un clash devant la presse et les caméras. Je reproche aussi à Farid et à Eric de s’être faits porte-parole malgré lui d’un groupe "construire en Mouvement" auquel j’ai participé, avecjournée de débats participatifs a Blanc-Mesnil le 4 juin, animés selon méthode Metaplan, vidéo-conférence avec la province, utilisation professionnelle de techniques de communication et art du Powerpoint, avec au départ apparemment de bonnes intentions, et en prime la participation de Corinne Lepage qui a encouragé l’initiative. Or le groupe de travail n’a pas donné mandat à ces deux animateurs d’invectiver ainsi François Bayrou, encore moins devant les caméras. Il s’agit selon moi d’une manipulation. Ces messieurs ont aussi visiblement un complexe de supériorité. Ma conclusion est qu’il s’agit soit d’un comportement colérique et emporté de deux individus qui se sont sentis blessés dans leur ego de ne pas se sentir assez écoutés, soit d’une manipulation orchestrée de l’extérieur pour déstabiliser le MoDem de l’intérieur. D’accord avec Daniel compte tenu des messages publiés par ces messieurs sur leurs blogs.

La réponse de Eric JULLIARD

Posté le 31 mai 2008, à 20h 16mn 46s
Eric Julliard et Farid Taha, deux perturbateurs sincères ou manipulés ?

Je vais devoir vous détromper sur plusieurs points. Mais avant cela, deux questions :

- puisque vous avez assisté personnellement à la scène, pourriez-vous raconter précisément ce qui s’est passé en vous en tenant aux seuls faits ? Cela contribuerait certainement à éclairer grandement le sujet ;

- étant présente vous-même, et constatant que nous demeurions silencieux, il vous était loisible d’intervenir le 08/05 pour présenter tout ou partie du résultat des travaux de la journée du 04/05.

J’aimerais savoir ce que vous déduisez de l’absence d’intervention de Farid et moi-même lors de la journée du 08/05. Si même les silences se doivent désormais d’être interprétés, je risque de ne plus oser ni parler, ni me taire.

Puisque vous voulez la clé de ce silence, la voici : j’ai rencontré Bayrou la veille à au soir, à son invitation. Je ne donnerai pas le détail de l’entretien ici, bien sûr, mais voici comment celui-ci s’est fini :

Alors que je pensais qu’il souhaitait me voir pour que nous discutions de la proposition 4.21a, Bayrou m’a dit qu’il allait présenter le lendemain SA proposition et m’a affirmé que le Conseil national la voterait. A quoi j’ai répondu : "Bien sûr qu’il la votera, et ce quelle que soit sa qualité". Pouvez-vous m’expliquer ce que j’avais à exposer ou défendre le lendemain dans ces conditions ?

Concernant la réunion du 08/05, vous vous souviendrez aussi de cela : peu de temps après le début de l’examen du projet, je me suis levé, je suis allé à la table où se trouvait Bayrou, je lui ai donné un papier (ce papier contenait les contributions de la Lozère, que j’avais été chargé de présenter), et je lui ai dit à voix basse : "Je ne reste pas, ce n’est pas une façon de faire". Il m’a dit : "Ah bon, vous ne pouvez pas rester ?". Je lui ai répondu : "Non. Je ne VEUX pas rester".

Voilà. Je n’ai donc pas fait d’esclandre, j’ai dit simplement à qui devait l’entendre ce que j’avais à dire.

Quant à représenter les signataires de Construire en Mouvement, je m’en suis tenu strictement aux termes du plan d’action qu’ils avaient soutenu par leur signature. J’ai donc simplement tenté de promouvoir auprès de Bayrou la proposition commune, à laquelle ont tout de même contribué la bagatelle de 550 adhérents actifs. Devant son refus catégorique et obstiné, qu’allais-je faire de plus ? Il n’y avait rien à faire, et c’est exactement ce que j’ai fait : rien.

Enfin, il me semble que "complexe de supériorité" est une affirmation injurieuse et agressive qui tombe sous le coup du point 16 de la Néthique : "• Les commentaires injurieux ou agressifs n’ont pas leur place dans les blogs, abstenez-vous des attaques personnelles."

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 31 mai 2008, à 20h 33mn 03s
visiblement

"point 16 de la Néthique :" … Certes il y a pas mal de choses désagréables sur cette page. En l’occurrence, il me semble que le "visiblement" rapporte cette appréciation au comportement détaillé dans les lignes précédentes. Pour cette raison, cette appréciation ne me semble pas différer beaucoup de la tonalité donnée par le billet commenté (son titre et sa chute), je m’abstiens de le retirer.

La réponse de Farid L

Posté le 31 mai 2008, à 18h 31mn 44s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

Pour ce qui s’est passé dans l’enceinte du conseil, j’ai assisté à la tentatvive de Farid Taha, puis à son départ, le récit correspond assez bien à ce qui s’est passé. C’est d’ailleurs cette ambiance délétère, qui m’a, en grande partie, motivé pour quitter la salle avant la fin du conseil. Pour la suite de ce qui s’est passé, rien ne nous permet de remettre en doute le travail d’Eric Julliard, les témoignages d’autres acteurs des évenements sont bien entendus bienvenus.

Qui est ce mr Lehideux, on en avait jamais entendu parlé, qu’est ce qui a motivé sa nommination à ce poste ? ce serait intérressant que quelques bonnes âmes parmi les "canal historique" (que j’apprécie beaucoup quand ils sont démocrate) nous donne quelques élément sur le bonhomme, non ?

En tous les cas l’ambiance actuelle, ses intrigues, ses rumeurs, les courtisans, les Bayroulâtres, les pestiférés, les démissions, cela commence à ressembler comme deux gouttes d’eau à l’histoire du PS des années 80/90, nous avons nos pâles copies de fabius, jospin, dray, et compagnie, tout se met en place avec une telle similitude, que c’en est affrayant, on voit où il en est maintenant et toutes les trahisons morales par lesquelles il est passé pour accéder au pouvoir, et surtout dans quel état il a mis la France.

Non le MoDem n’est pas en ordre de marche, et ce n’est pas en le répétant que ce sera une réalité. F.B ne voulait pas de courants au sein du Mouvement Démocrate, il a laissé se créer des camps retranchés et un appauvrissement de la diversité qui faisait notre atout majeur.

A bon entendeur

» http://lagazettedudemocrate.blogspo...

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 31 mai 2008, à 18h 21mn 57s
"l’avis de ceux, etc".

Je supprime le commentaire "J’aimerai entendre l’avis de ceux, etc." - une telle invitation "personnelle" est à mon avis sans objet dans un commentaire anonyme sans lien ni adresse mail, qui par ailleurs n’apporte aucun élément nouveau par rapport à l’article.

La réponse de Fotini

Posté le 31 mai 2008, à 17h 55mn 35s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

Simple militante, je pense que ce serait bien qu’il y ait effectivement confrontation des différents témoignages, peut-être d’ailleurs devant une instance un peu plus officielle plutôt que par web interposé (les rumeurs y vont bon train), afin de mettre cet incident au clair.

Il y a tout de même dans le titre de cet article une mise en cause directe et grave de monsieur Lehideux. On ne peut à mon avis laisser "pourrir" les choses, ni permettre une éventuelle instrumentalisation de cet incident.

J’aurais d’ailleurs préféré lire un article de Farid Taha, directement concerné et naturellement non objectif puisqu’il a été acteur de l’incident, mais plus clair dans ses motivations, plutôt que celui d’Eric Julliard, qui se veut objectif car tiers, mais ne peut l’être dans la mesure où il est proche de ce dernier et partage ses vues sur le MoDem. Je trouve cela gênant.

La réponse de Eric JULLIARD

Posté le 31 mai 2008, à 18h 09mn 24s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

Concevez, Madame, quand bien même suis-je effectivement proche de Farid TAHA, que je puisse ne pas prêter ma plume à une entreprise de réhabilitation, mais de manifestation de la vérité.

La transitivité "Eric JULLIARD est proche de Farid TAHA, donc Eric JULLIARD ne peut pas être objectif" me semble à cet égard excessive.

Voyons plutôt si, dans la première partie de mon article, je relate des faits ou bien si je m’efforce de les travestir. Quant à la seconde, elle exprime un point de vue, ce qui est je crois clairement précisé et ne devrait donc souffrir aucune équivoque.

La réponse de Fotini

Posté le 31 mai 2008, à 18h 53mn 09s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

Eric,

Vous savez bien que cet article n’est pas un simple exposé de faits car vous donnez d’emblée votre opinion à vos lecteurs : le titre de votre article est sans équivoque.

La nature de vos écrits dernièrement sur le blog de Farid n’est pas neutre puisqu’elle vire au dénigrement systématique de François Bayrou et du MoDem tel qu’il est sous sa présidence.

Permettez-moi donc de ne pas considérer l’écriture de cet article comme le témoignage du désir de participer à la simple "manifestation de la vérité" (comme si, d’ailleurs, cette dernière était absolue).

J’aurais au contraire trouvé plus honnête de votre part, au vu des liens qui vous lient, que vous cherchiez à réhabiliter Farid Taha ou que vous disiez d’emblée qu’il s’agit d’un témoignage parmi d’autres, sans porter de jugement définitif sur monsieur Lehideux (que je ne connais pas d’ailleurs).

Toute critique est bonne si ses intentions sont louables. Or je doute des vôtres.

La réponse de Eric JULLIARD

Posté le 31 mai 2008, à 20h 37mn 29s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

Permettez-moi de corriger ou préciser deux ou trois choses :

- il y a dans mon article un exposé des faits (première partie), dénué de toute interprétation, et qui ne fait que relever une succession d’événements. Je vous mets au défi de trouver dans cette partie une seule appréciation personnelle ;

- il y a une seconde partie, qui est une analyse personnelle assortie d’opinions. Les deux parties sont clairement délimitées et je ne crois pas qu’il y ait d’équivoque à ce propos ;

- vous décelez dans mon article des intentions cachées en vous référant à des écrits produits par ailleurs dans d’autres circonstances pour un autre lectorat. C’est votre droit, mais il est aussi possible de lire cet article uniquement pour ce qu’il est. Ainsi était-il en tout cas envisagé par son auteur, j’en témoigne ;

- je n’ai jamais eu l’intention de "réhabiliter" Farid Taha, je le répète, indépendamment des liens qui nous unissent. Mon seul propos demeure, je le redis, la manifestation de la vérité des faits, que ceux-ci soient en faveur ou en défaveur de Farid Taha ;

- je ne critique aucunement Bernard Lehideux, dont j’ignorais d’ailleurs jusqu’à l’existence avant le 14/05/2008, je me borne à exposer les faits dont il a été l’acteur. Je ne vois pas en quoi cet exposé de faits avérés constitue une attaque personnelle. Il est possible que cela soit gênant ou désagréable à lire, mais c’est un autre sujet. Les faits sont là, et c’est l’exercice qui m’importe à ce stade.

La réponse de Reg68

Posté le 1er juin 2008, à 02h 23mn 12s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

T’exagères ! Tu l’as vu comme moi sur la tribune à Villepinte !

La réponse de Eric JULLIARD

Posté le 1er juin 2008, à 09h 41mn 16s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

Désolé, à part Bayrou, je ne me souviens que de Jacqueline GOURAULT et Corinne LEPAGE, qui ont démonté un des amendements que j’ai présenté (celui sur les sièges de droit) et de Didier BARIANI qui, reprenant la parole après que j’aie présenté un autre amendement, parle d’autre chose que de l’amendement que je viens de présenter, ce qui m’a obligé à en appeler au Président de séance.

La réponse de Tietie007

Posté le 31 mai 2008, à 17h 09mn 50s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

Le Modem ne va pas réinventer la pratique politique, il est comme tous les autres partis !

» http://tietie007.over-blog.com

La réponse de Danièle Douet

Posté le 31 mai 2008, à 15h 01mn 05s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

Je viens de lire cette présentation de la part de l’ami de Farid, ce qui relativise l’objectivité du "récit".

Personnellement, j’apprécie Farid en tant qu’être humain, il est spontané, gai, avec un certain humour et intéressant.

Seulement, il ne sait pas maîtriser ses émotions et cela lui joue des tours... Et il pense - comme Eric Julliard, rédacteur de cette "laudatio" unilatérale - que tous les autres sont moins intelligents que lui.

C’est un réel problème. . Je lui souhaite par exemple de s’engager dans l’aide au sans-abris ou aux détenus, il verra d’autres facettes de l’être humain qui le rendront peut-être un peu plus modeste. . Quant à l’auteur de cet article, vu les menaces qu’il m’a envoyées par mail avec un manque d’humour patent, je ne pense pas qu’un dialogue fructueux soit possible, il est trop imbu de sa personne. Il se désigne lui-même par un.... "cerveau" sur e-soutiens. Tout un programme humain... . Il a aussi écrit sur divers blogs et sites ce qui permet de reconstituter assez bien son ressenti. Voici quelques petits extraits des deux amis qui situent leur ressenti et leurs projets :

Perso pour moi Bayrou c’est de l’histoire ancienne. Il s’est volontairement enfermé dans un schéma passéiste. Laissons le là où il est avec qui il veut et concrétisons son projet ailleurs et autrement. Farid - vendredi 23 mai 2008 à 12:19

.

Prendre du recul ? Mais c’est déjà fait, cher Pascal : nous avons pris tellement de recul que nous sommes désormais très près de la porte. De sortie, s’entend. Eric JULLIARD - dimanche 25 mai 2008 à 01:18

.

J’ai rencontré Bayrou à sa demande pendant deux heures la veille de la réunion avec les adhérents. Je manquerais à la discrétion la plus élémentaire en relatant ce que nous nous sommes dits, quand bien même Bayrou n’a pas hésité à en dire quelques mots lors de la réunion du 08/05. Ma conclusion est claire et sans appel, et je la livre sans plaisir : erreur de casting. Désolé d’être aussi brutal. Je mesure ce que cela peut comporter de prétentieux, mais une certaine pratique des hommes et des organisations m’autorise, en toute immodestie, à formuler cette appréciation. Le reste n’est plus ensuite que conjectures, car la vraie question aujourd’hui est : qui en 2012 sur un projet incarnant les valeurs démocrates et citoyennes, et quel parti pour soutenir le (la) candidat(e) ?

Je suis désolé d’avoir à dire que si aujourd’hui, je n’ai pas la réponse à cette question, j’ai une idée sur les choix à éviter.

Lors des élections présidentielles, Bayrou avait élégamment dit : "En tout cas, je sais pour qui je ne voterai pas". Moi aussi, je sais pour qui je ne voterai pas ... en 2012. Eric JULLIARD - dimanche 25 mai 2008 à 16:03

.

La politique ne sera plus comme avant parce que des citoyens comme vous (nous) ont compris qu’ils pouvait la faire bien mieux que tous ceux qui prétendent la faire autrement mais ne rêvent que d’un poste ou d’être élus. Laissons leur leurs partis classiques et créons quelque chose de nouveau. Ils risquent d’être surpris ... Farid - mercredi 28 mai 2008 à 21:28

Que les choses sont claires lorsqu’elles sont dites, n’est-ce pas ? Le tout peut se lire sur le blog de Farid : http://www.taha.fr/blog/index.php ?2008/05/23/712-grand-desespoir#co - à moins que ces phrases ne soient effacées après coup, comme l’a été l’un des posts d’Eric sur e-soutiens suite aux nombreuses protestations qu’il avait soulevées. . Messieurs, allez-y, personne ne vous empêche de "construire" un mouvement politique sans F. Bayrou... Avec l’humanisme qui découle de votre constant mépris pour ceux que vous jugez moins intelligents que vous, je suis sûre du succès de votre entreprise et vous souhaite... bonne chance... et bon vent !

La réponse de Eric JULLIARD

Posté le 31 mai 2008, à 15h 16mn 47s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

Il me semble que les attaques ad hominem, courantes sur le site e-soutiens, n’ont pas leur place ici.

Par ailleurs, j’apprécierai, si cela ne vous ennuie pas trop, de pouvoir penser par moi-même. C’’est pourquoi vos présupposés sur ce que je suis censé penser de l’intelligence des autres me paraissent non seulement audacieux mais hors de propos.

Pour ce qui est de l’aide aux sans-abris ou aux détenus, dont je ne vois pas davantage ce qu’ils viennent faire dans le débat, vous m’accorderez d’avoir une vie en dehors du Mouvement Démocrate que j’emploie à ma guise.

Merci.

» http://construiremouvement.free.fr

La réponse de Danièle Douet

Posté le 31 mai 2008, à 15h 25mn 57s
MoDem : pourquoi le cas Lehideux est un problème

Il me semble que les attaques ad hominem, courantes sur le site e-soutiens, n’ont pas leur place ici.

Et pourtant l’article sus-mentionné dont vous êtes l’auteur en est plein. Pour le reste, vos écrits divers et variés parlent tout seuls.

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 31 mai 2008, à 16h 06mn 50s
Halte au feu SVP

Bonjour, Je découvre en même temps vos trois commentaires (Eric et Danièle) - Danièle, il me semble bien que ton premier commentaire comprenait des attaques personnelles contre Eric, et je ne crois pas que son billet en comprenne.

Je suis tout à fait d’accord avec OG pour estimer que des témoignages tiers viendront utilement compléter le récit d’Eric et permettront d’avoir une autre appréciation. De même que les écrits en commentaire sur le blog de Farid contribuent à situer le point de vue d’Eric et Farid.

Mais - tout en divergeant sur telle appréciation, tel vote, etc. - pourrions-nous SVP tous nous présupposer de bonne foi, et, en l’occurrence, tous engagés pour la démocratie ?

D’autant que, s’agissant de toutes les personnes citées dans le billet et les commentaires ... c’est le cas, pour autant que je sache.

La réponse de Danièle Douet

Posté le 31 mai 2008, à 16h 33mn 37s
Halte au feu SVP

Il convient cependant de replacer le tout dans son contexte. Car les écrits divers et variés d’Eric Julliard et de Farid Taha parlent CLAIREMENT.

Et c’est ce qu’il faut savoir - selon moi - pour comprendre le comportement de Farid le 14 mai, l’esprit derrière les actes et les photos... et le contenu de cet article.

Nonobstant les menaces reçues en MP, je lis sur le blog de Farid :

... tous ceux qui sont enfin convaincus que le MoDem est mort avec Bayrou et sera enterré par ses plus fervents soutiens.

Laissons les tranquilles et dépensons notre énergie à construire ailleurs et autrement. Il n’y a pas de temps perdre.

Même sans leader nous pouvons faire avancer la cause démocrate. Pas besoin de leader pour redéfinir le pacte social et puis un leader, vu le nombre de beaux parleurs que nous avons en France, c’est ce qu’il y aura de plus facile à trouver le moment venu ... Farid - dimanche 25 mai 2008 à 21:02 http://www.taha.fr/blog/index.php ?2008/05/11/698-j-ai-rencontre-francoue-berroue

Les choses sont claires et nettes. Le reste - la prestation du 14 mai - n’est que le décorum tout autour...

La réponse de Eric JULLIARD

Posté le 31 mai 2008, à 16h 46mn 45s
Halte au feu SVP

Madame Douet, pardonnez-moi, mais vous êtes en train de perdre toute mesure, et je me vois donc contraint, à mon grand regret, de demander à Frédéric Lefebvre-Naré de bien vouloir prendre les dispositions en conséquences.

Je vous prie de produire, maintenant et ici même, les menaces dont vous auriez fait l’objet de ma part, faute de quoi vous m’en rendrez raison.

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 31 mai 2008, à 17h 46mn 22s
je préférerais récolter le tempo

@ Eric : concernant les deux derniers commentaires de Danièle, je vois mal où je devrais intervenir. Sa liberté d’appréciation est aussi entière que celle dont la fin du billet use.

Par ailleurs, il me semble bien que la fin du commentaire qui précède constitue une menace ? Elle est vraiment hors de propos, sur France démocrate en tout cas.

La réponse de Eric JULLIARD

Posté le 31 mai 2008, à 18h 21mn 14s
je préférerais récolter le tempo

Le modérateur de ce site est souverain dans son appréciation. Je l’accepte.

Cependant, lire sous sa plume que j’aurais "menacé" Madame Douet me pose un problème. Il se pourrait en effet que d’aucuns, tenant pour vraie cette affirmation sans preuve, en conçoivent à mon égard quelque prévention injustifiée.

La fin de mon billet n’était pas une menace, mais constituait une information. Je conçois cependant que cette information n’ait pas sa place sur ce site. Désolé.

Concernant Madame Douet, je me contenterai ici de ne plus répondre à aucun de ses commentaires. J’espère que le modérateur voudra bien considérer que ce n’est pas là une menace, mais une simple information.

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 31 mai 2008, à 18h 24mn 45s
fin du commentaire

e parlais bien de la fin du commentaire ci-dessus ("faute de quoi vous...", etc.), non de la fin du billet.

La réponse de didier kuhn

Posté le 31 mai 2008, à 18h 44mn 57s
quelle energie gachée

Et je ne parle pas intelligence, juste de tout ce temps perdu. Eric et Farid veulent une opposition dans le modem, attendons de voir la réaction des adhérents. S’ils ne vous suivent pas dans leur grande majorité, éduquez les... allez au travail au lieu de crier à la trahison. (Ré) éduquer les masses, c’est bien ce que tu annonces en début de tous les "mouvements " que tu lances Eric...

La réponse de Farid L

Posté le 31 mai 2008, à 20h 50mn 46s
1 an à pédaler dans le vide !

Je fais partie de ceux qui voudrait, non pas "éduquer" les adhérent(e)s mais les informer et les inviter à débattre, mais comment entrer en contact avec eux, tout est vérouillé.

Pour preuve, j’ai écrit en tant que conseiller national à Pierre Emmanuel Portheret pour lui demander de "router" un courrier aux adhérent(e)s de ma région avant le conseil national du 7/6. Courrier trés loin d’être subversif, j’y informais simplement de l’ordre du jour du dit conseil et invitais les adhérent(e)s à me faire part de leur remarques et suggestions, normal j’ai été élu au collège des adhérent(e)s et à ce titre ce n’est qu’eux que je représente, donc il me faut absolument les consulter pour être légitime dans mon expression au sein du conseil, non ?

Et bien j’attends sa réponse.

Je rappelle en passant que ce principe de "routage" avait été retenu lors du conseil du 14/05, même reformulé par Marielle de Sarnez mais cela n’apparaît pas dans la version mis en ligne.

@+

» http://lagazettedudemocrate.blogspo...

La réponse de Farid L

Posté le 2 juin 2008, à 18h 55mn 35s
1 an à pédaler dans le vide !

Le "routage" de notre courriel a été effectué, ce jour, évolution notable qu’il faut saluer et surtout pérenniser cette pratique.

@+

» http://lagazettedudemocrate.blogspo...

La réponse de Danièle Douet

Posté le 31 mai 2008, à 18h 58mn 26s
Cher Frédéric, ... "ad hominem"...

Je prends note de ce que tu écris, cependant le titre même du texte d’Eric Julliard me semble bien pourtant receler une attaque personnelle contre Bernard Lehideux, si je ne me trompe, comme le souligne fort bien Fotini. L’article porte le titre :

"Pourquoi le cas Le Hideux est un problème"

Je répondrai donc : "Pourquoi le cas Julliard est un problème" en démontrant par des faits historiques tout ce qui a précédé à cette mise en scène du 14 mai à Paris. Car ce n’est pas un fait isolé, sorti de nulle part.

Au lendemain du Congrès de Villepinte, Eric Julliard a lancé un site appelé : http://125democrates.free.fr qui se présente ainsi :

125, c’est le nombre de bulletins blancs et nuls qui ont été comptabilisés le 1er décembre 2007 à Villepinte, à l’occasion du congrès fondateur du Mouvement Démocrate, lors du vote pour l’élection du Président du mouvement.

Il se positionne clairement dans la volonté de rassembler tous ceux qui n’ont pas accepté François Bayrou ni voté pour lui. Il fait même un tour de France pour aller à leur rencontre et encourager leur opposition...

Et depuis, les actes et déclarations ont été multiples et variées. On peut par exemple lire sur le site des 125 démocrates sous sa plume :

""...tu as réduit à une dimension négligeable tes militants néo-démocrates les plus actifs et les plus fidèles, et tu t’es retiré avec tes bœufs gras UDF en un bunker d’où tu ne sortiras pas vivant."

"...Tu as déjà perdu 2012. Enfin, tu es parvenu à radicaliser les plus aimables et les mieux éduqués d’entre nous, lesquels ont disparu du paysage pour s’organiser ailleurs et autrement. Car c’est ailleurs désormais que les choses se discutent, s’argument et s’élaborent.""

Ce sont des mots très forts qui datent de décembre 2007 et qui témoignent d’un état d’esprit dont les "évènements" décrits dans l’article ci-dessus ne sont que la suite logique.

Je me demande combien de temps encore Eric Julliard écrira et dira qu’il est en dehors du MoDem - ailleurs - et continuera à vouloir y jouer un rôle malgré tout. Lorsqu’il écrit :

"Moi aussi, je sais pour qui je ne voterai pas ... en 2012. Eric JULLIARD - dimanche 25 mai 2008 à 16:03"

, je me demande ce qu’il cherche dans un Mouvement politique créé par François Bayrou et soutenu par ses adhérents.

Pense-t-il être un Messie qui mette en garde tous les adhérents du MoDem contre un terrible danger imminent ? Les militants MoDem seraient-ils tous des imbéciles incapables de discernement ?

Je cherche une logique... mais peut-être expliquera-t-il SA logique un jour ?

La réponse de Fotini

Posté le 31 mai 2008, à 19h 04mn 21s
Cher Frédéric, ... "ad hominem"...

Je ne connaissais pas ces écrits plus anciens d’Eric Julliard car je ne suis sortie des commentaires de bayrou.fr qu’il y a deux mois.

Je comprends mieux désormais l’exclamation "c’est grotesque !" de François Bayrou. Je dirais même que c’est triste tout ce gâchis.

La réponse de Eric JULLIARD

Posté le 31 mai 2008, à 20h 54mn 18s
Cher Frédéric, ... "ad hominem"...

Néthique : "17 • Vérifiez la source des informations que vous postez afin d’éviter la désinformation et les rumeurs, citez vos références."

Auriez-vous la gentillesse de préciser le lien entre Eric JULLIARD et le site que vous mentionnez ou de retirer votre affirmation ?

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 31 mai 2008, à 21h 45mn 34s
pfffffffff

Puis-je me permette de le faire pour l’auteur ? Le document en lien ci-dessous établit bien une relation entre Eric Julliard et le site "125démocrates".

Par ailleurs, le site "125 démocrates" a été cité pendant quelque temps dans la fiche auteur d’Éric Julliard sur "France démocrate" (le cache google en témoigne). Je peux attester que les fiches auteur ne sont rédigées que par les auteurs ou avec leur accord sur le contenu.

» PDF

Posté le 1er juin 2008, à 00h 08mn 48s
pfffffffff, en effet !

Je ne nierai évidemment pas cette évidence, et je n’ai pas perdu de vue que le document cité a été effectivement publié sur le site 125 Démocrates. Mais je suis désolé, là n’étaient pas mes questions :

"Au lendemain du Congrès de Villepinte, Eric Julliard a lancé un site (...)"

Est-ce moi qui ai lancé ce site ?

"Il se positionne clairement dans la volonté de rassembler tous ceux qui n’ont pas accepté François Bayrou ni voté pour lui"

Qui est "il" ? Es-ce moi ?

"On peut par exemple lire sur le site des 125 démocrates sous sa plume"

Est-ce moi qui ai écrit cet article ?

"Je me demande combien de temps encore Eric Julliard écrira et dira qu’il est en dehors du MoDem - ailleurs - et continuera à vouloir y jouer un rôle malgré tout"

Ai-je dit et écrit cela ? Ai-je prétendu jouer un rôle ?

Le fait de faire référence à un site et un sujet qui n’ont rien à voir avec l’article publié est en soi gênant. Qiue les choses soient travesties à ce point devient risible.

Mais qu’on ne vienne pas me dire que je fais un procès d’intention à l’intéressée si j’ajoute que cette manoeuvre, un peu pitoyable disons-le, a déjà été mise en oeuvre sur e-soutiens.

Reste-il encore un seul lieu sur Internet où Madame Douet ne sévisse pas et où il est possible de s’exprimer sans subir ses invectives ? N’est-ce pas suffisant que l’on ne puisse pas s’exprimer en des lieux faits pour cela sans se faire taxer d’agitateur, de "clown" ou de "salopard" ?

La pensée unique a-t-elle déjà étendu à ce point sur nous son ombre froide ?

La réponse de Danièle Douet

Posté le 31 mai 2008, à 23h 36mn 05s
Aucun problème...

Mais bien sûr...

Voici la page de Google qui le prouve

Il faudrait cesser de manipuler en faisant croire qu’Eric Julliard n’a RIEN à voir avec tout ceci...

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour