« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

OG

Cliquez ici pour me contacter.

Dominique de Villepin, si loin et si proche de François Bayrou

Intervention de l’ancien Premier ministre à l’Université Paris-Dauphine, mardi 6 mai 2008

, 7 mai 2008

Vu 4962 fois | 9 commentaire(s) | Noté 4.5/5 par 024 votant(s)

L’ancien Premier ministre était l’invité des étudiants de l’université Paris-Dauphine, mardi 6 mai 2008. France Démocrate y était !

Etonnant Dominique de Villepin ! Mardi 6 mai 2008, jour anniversaire de l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République (la date n’avait pas été choisie au hasard par l’association des étudiants "Dauphine Discussion Débat"), l’ancien Premier ministre n’a pas ménagé sa peine pour dire tout le mal qu’il pensait de la politique générale menée par l’actuel chef de l’Etat et son gouvernement. Même en usant de formes polies, Dominique de Villepin a martelé des convictions qu’on lui connaissait, mais aussi et surtout il a défendu des thèmes proches, voire identiques à ceux de François Bayrou. On avait déjà relevé des similitudes entre les deux hommes. Or, à la suite de ce débat, force est de constater qu’entre eux, les points de convergence sur le plan politique n’ont fait que se renforcer : indépendance des médias, refus de faire entrer la France dans l’OTAN, ouverture politique sur la base des idées et non des trahisons, etc.

- Les relations internationales

Dès son entrée dans la salle "Raymond Aron" de l’Université Paris-Dauphine, Dominique de Villepin donne le ton de son intervention. Remerciant d’avoir été invité, l’ancien Premier ministre rappelle que cette salle où il s’exprime avait été naguère une salle de l’OTAN ; il fait le voeu que celle-ci restera la salle "Raymond Aron" et ne redevienne pas ce qu’elle avait été autrefois. La centaine d’étudiants présents sont conquis dès le départ et applaudissent cette charge en faveur de l’indépendance de la France.

Pour Dominique de Villepin, l’OTAN est un outil totalement américain ; la France, si elle rejoint l’OTAN, n’y gagnera que "quelques étoiles" pour un ou deux officiers qui feront plaisir aux Américains. La France perdra surtout sa crédibilité à travers le monde. L’ancien Premier ministre prône une diplomatie française audacieuse et indépendante, qui se veut "l’interprète des pays sans voix" comme elle l’a toujours été en s’ouvrant depuis 1945 aux pays de l’est, du sud et de l’Afrique. Il note également que depuis qu’il est entré en diplomatie en 1981, les rapports Nord-Sud se sont progressivement dégradés pour ne plus aujourd’hui exister. Or le monde a changé, le "logo Sud" a du succès et la France doit basculer dans ce nouveau monde d’où émergent de nouveaux acteurs.

Il rappelle aussi que la France a empêché en 2003 que les Etats-Unis usent de la force militaire avec l’aval des Nations unies. Tout en raillant la fausseté de la politique "concrète" des réalistes, il promeut un multilatéralisme efficace, fait d’imagination et d’audace, pour une meilleure gouvernance mondiale. La France doit selon lui repenser totalement sa coopération à l’égard de l’Afrique, "réservoir d’humanité et de sagesse ancestrales" pour le monde. Quand à la Chine, il faut que les esprits soient apaisés avant de lancer les Jeux Olympiques. Les Chinois doivent donc faire des gestes importants pour la paix, sinon "les sportifs, les spectateurs et les annonceurs" troubleront légitimement les jeux chinois.

Enfin, Dominique de Villepin juge mal parti le projet "d’Union Méditerranéenne" de Nicolas Sarkozy, car rien n’a été fait au préalable pour donner aux pays méditerranéens "l’envie de vivre ensemble". L’ancien diplomate relève trois crises prioritaires à régler avant de lancer tout projet d’union régionale : le Sahara occidental, Chypre et le conflit israélo-palestinien. La diplomatie française doit régler ces crises avec des solutions et beaucoup de "volonté politique".

- L’Europe

On prête à Dominique de Villepin des intentions de se présenter aux élections européennes de 2009. L’ancien Premier ministre ne répond pas à cela, mais préfère donner sa vision de l’Europe. Employant un ton de quasi-colère, il déplore une Europe invisible face aux crises internationales. Il refuse que celle-ci en vienne "à s’excuser d’exister" et à chercher "le parapluie de l’OTAN." Dominique de Villepin veut un président de l’Union européenne élu au suffrage universel direct, cela par tous les citoyens européens. Seul un président élu pourrait imposer une unité au niveau de la diplomatie européenne et crédibilisé ainsi la voix de l’Europe face aux événements mondiaux. En résumé, "un président européen pour faire parler une conscience européenne."

- Les primaires démocrates aux Etats-Unis

Dominique de Villepin regrette que les deux candidats aux primaires démocrates "s’épuisent dans un jeu de quilles" et que cela fasse le jeu du candidat républicain. Mais dans un monde multipolaire dans lequel émergent des pays du sud, la victoire d’un "Noir américain" (Barack Obama) serait "un signe audacieux et formidable" pour les Etats-Unis et le monde entier.

- Les réformes

Dominique de Villepin estime que l’action politique ne se légitime pas à coups de sondages, mais par des résultats positifs pour le pays. Or, un an après l’arrivée de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, ce n’est pas le cas. Réformes brouillonnes, cafouillage gouvernementale, multiplication d’annonces de réformes tous azimut... L’ancien Premier ministre revient sur les 15 milliards d’euros débloqués en faveur des revenus aisés : un investissement digne du "Monopoly" où l’on a plutôt mis l’argent dans "la rue de la Paix" au lieu d’en mettre ailleurs là où il le fallait.

Dominique de Villepin souhaite que le gouvernement ne lance pas "55 réformes en même temps", au risque de faire "55 millions de mécontents". Il propose 3 ou 4 grandes réformes vitales pour le pays et faites dans un esprit de rassemblement des Français et de leurs élus. A l’inverse de François Bayrou, Dominique de Villepin n’attache pas d’importance ou d’urgence à la réforme des institutions. D’après lui, les réformes économiques et sociales sont primordiales.

D’après lui encore, des réformes sans résultats entameront la crédibilité démocratique, soulèvera encore plus la méfiance et fera le lit du populisme.

- Le pouvoir d’achat

Dominique de Villepin estime qu’il y a eu un "malentendu" sur cette question : on a trop promis aux Français et ils sont devenus logiquement impatients. Comme François Bayrou qui ne souhaitait pas formuler monts et merveilles aux Français durant la présidentielle de 2007, l’ancien Premier ministre affirme que les promesses du type pouvoir d’achat auraient dû être minimisées au profit de la mise en place de réformes justes et nécessaires. Au final, si François Bayou estime aujourd’hui "qu’on a pris les Français pour des gogos", Dominique de Villepin n’est pas loin de rejoindre son analyse.

- L’échec du CPE

Mea culpa de Dominique de Villepin sur cette réforme avortée. Il tire des leçons de ce cuisant souvenir. Néanmoins, il estime que sa démarche revenait à proposer un gain d’expérience pour les jeunes avant leur entrée sur le marché du travail. Le CPE avait cette vocation à les aider dans leur insertion. Dominique de Villepin préférait ainsi, à l’époque, donner trois offres d’emploi par jour aux jeunes plutôt que de ne rien leur proposer. Dominique de Villepin regrette-t-il au fond vraiment l’initiative du CPE ?

- L’ouverture politique

Chez Dominique de Villepin, la méthode pour mener de bonnes réformes passe obligatoirement par "le rassemblement". Néanmoins, le rassemblement s’entend par cette union nationale des bonnes volontés et des idées comme le proposait François Bayrou durant la campagne présidentielle. L’ancien Premier ministre dénie cette ouverture politique à Nicolas Sarkozy : ce dernier a débauché inutilement des personnalités de gauche qui se sont ainsi reniées.

En même temps, l’ancien Premier ministre revendique sa liberté de critiquer, trouvant bien volontiers de "l’empathie" avec des personnalités de gauche comme Dominique Strauss-Kahn ou Manuel Valls (les questions posées ont bizarrement éludé le rapprochement Villepin-Bayrou au profit d’un rapport Villepin-Parti socialiste !). Dominique de Villepin regrette ainsi que "l’esprit des partis" obnubile les élus de l’UMP, qui finissent par développer une idéologie stérile et alignée sur la pensée du chef de l’Etat. Un "esprit de cour" que se plaît à dénoncer l’ancien Premier ministre.

- Les médias

Dominique de Villepin attaque avec vigueur les médias français. Rebondissant sur l’illusion des promesses concernant le pouvoir d’achat, l’ancien Premier ministre estime que "la campagne présidentielle a été capturée par les médias" qui "avaient clairement fait le choix d’un candidat", ici Nicolas Sarkozy. Dominique de Villepin déplore ainsi que ces médias soient "aux mains des industriels" et ne souhaite plus qu’on lise "les unes des journaux comme on lit des bulletins officiels." Dénonçant avec véhémence cette collusion des médias avec les puissances de l’argent, comme le fit également François Bayrou durant la campagne présidentielle, Dominique de Villepin compare la mainmise des médias français par le pouvoir politique à celle de l’administration Bush sur les médias américains durant l’invasion de l’Irak en 2003.

A ce titre, Dominique de Villepin invite les journalistes à mieux fouiller sur ce qui se cache derrière des formules qui relèvent de la communication présidentielle : la fameuse "transparence" de Nicolas Sarkozy n’est rien de plus "qu’un maquillage de quelque chose", lance-t-il à la salle. Pour lui, la presse écrite reste pauvre et ne fait que répéter ce que lui dit le pouvoir. En conséquence, il ne s’étonne pas de la voir en crise, mais regrette que l’éducation du citoyen, l’esprit civique et démocratique pâtissent des collusions des médias et de leur médiocrité générale.

- La définition de la politique

L’ancien Premier ministre estime que la politique, "c’est le lieu et le moyen d’accompagner un peuple pour le destin qu’il s’est choisi." Et en faisant de la politique, on doit continuellement se questionner pour ce destin. L’histoire n’est jamais écrite à l’avance et l’homme politique doit veiller à tirer les leçons des expériences passées. Gouverner un pays, un peuple ne relève donc pas d’une présidence personnalisée, mais avant tout "d’une écriture collective" de l’histoire.

Dominique de Villepin constate ainsi que les dirigeants actuels ne se posent pas suffisamment de questions, ne tirent pas les leçons du passé et demeurent dans un aveuglement dangereux pour le pays. Critiquant directement Nicolas Sarkozy, Dominique de Villepin juge que cet aveuglement est inévitable si "l’on aime vivre dans les palais nationaux, en se roulant dans la soie."

En conclusion, Dominique de Villepin relève que les Français sont des "conquérants", présents partout dans le monde. Mais paradoxalement, ces mêmes Français ont peur du monde et se replient trop souvent sur leur pré carré. Il invite donc les jeunes, les étudiants à partir découvrir ce monde, cette planète qui évolue et qui bouge pour qu’ils s’enrichissent et en reviennent grandis pour le bien de leur pays.

Photos : OG/France démocrate

Noté 4.5/5 (024 votants)

La réponse de talleyrand

Posté le 13 mai 2008, à 12h 09mn 16s
Dominique de Villepin, si loin et si proche de François Bayrou

l’article est interessant, l’analyse juste à mon sens un rapporchment Bayrou De Villepin à plus de sens un rapprochement avce les gaulliste historique ainsi le renouveau de la vraie droite républicaine française serait possible, allez faire un tour sur mon blog si vous le voulez bien postdomination.unblog.fr

La réponse de KAMMERER Pascal

Posté le 9 mai 2008, à 10h 07mn 22s
Dominique de Villepin, si loin et si proche de François Bayrou

Excellent article. J’en partage l’analyse depuis longtemps. Je pense même que Bayrou a aussi attiré à lui une partie de ceux qui étaient à l’UMP et qui se sont refusés à Sarkozy.

» Par-Ys.net

Posté le 8 mai 2008, à 21h 42mn 06s
Dominique de Villepin, si loin et si proche de François Bayrou

A QUAND UNE RENCONTRE ENTRE M. VILLEPIN ET M. BAYROU ?

TANT DE CHOSES LES RASSEMBLES ! Aprés bien des départs au Modem Pourquoi ne pas encourager l’entrée de M. VILLEPIN ?

Qu’en pensez-vous ? Et pourquoi pas en bonne place 2nd derrière BAYROU sur la liste des Européennes ? Même s’il garde un statut d’homme libre non étiqueté Modem...

La réponse de Fotini

Posté le 8 mai 2008, à 16h 42mn 00s
Dominique de Villepin, si loin et si proche de François Bayrou

Tout cela est beau dans le texte, mais je n’oublierai jamais la façon dont il s’est rabaissé en posant, hilare, comme son meilleur pote, aux côtés de Nicolas Sarkozy le llendemain de sa victoire et en saluant de manière enthousiaste le fait que NS avait raflé la mise en siffonant les voix du FN. Sur la même photo il y avait Raffarin et on avait l’impression d’être dans un mauvais remake des "tontons flingueurs", ces hommes se comportant comme ceux d’un clan.

En plus, le fait qu’à aucun moment il ne parle de François Bayrou alors qu’il reprend des thèmes de sa campagne (sauf, et c’est significatif, celui de la réforme des institutions !) est bien le signe qu’il fait partie d’une élite qui ne veut surtout rien changer sur le fond.

Oui, il est plus respectable que NS, il est cultivé, mais je trouve qu’il manque aussi de dignité. Pourquoi faire ainsi des courbettes à NS alors qu’il y avait l’affaire Clearstream en filigrane ? C’est une différence de taille avec François Bayrou, non ?

Mais les Français ont la mémoire courte et tout et bon à prendre dans l’opposition au "mal absolu" qu’est Nicolas Sarkozy, même l’immobilisme chiraquien ?? Et si on regardait la situation actuelle en faisant abstraction de Nicolas Sarkozy ?

La réponse de Dimitri

Posté le 8 mai 2008, à 08h 18mn 28s
Dominique de Villepin, si loin et si proche de François Bayrou

Merci pour le résumé.

Posté le 7 mai 2008, à 22h 32mn 37s
Dominique de Villepin, le seul Homme d’Etat

De l’analyse, de la réflexion, de la prestance, de la hauteur...Dominique de Villepin "fait" président. Monsieur le Premier Ministre d’un Président de la République maltraité aujourd’hui par son successeur qui fut membre de son gouvernement, la France a besoin de vous. La France a soif de grandeur, de reconnaissance, de sang-froid. Ne croyez pas les mauvaises sirènes qui aboient à nos oreilles. Vous êtes le seul à pouvoir sauver la France, comme le Général de Gaulle,il y aura 50 ans le 13 mai prochain. Beaucoup de français vous attendent.

La réponse de Marianne

Posté le 7 mai 2008, à 16h 24mn 48s
Dominique de Villepin, si loin et si proche de François Bayrou

Dominique de Villepin, reviens !

Posté le 7 mai 2008, à 15h 38mn 56s
Dominique de Villepin, si loin et si proche de François Bayrou

Bravo ! très bon résumé qui a le mérite d’être exhaustif ! Pour plus d’information sur les organisateurs du débat, l’association Dauphine Discussion Débat en partenariat avec Mazars, vous pouvez vous rendre sur le site www.dauphinedebat.com.

» Dauphine Discussion Débat

La réponse de Luc

Posté le 9 mai 2008, à 20h 49mn 07s
Dominique de Villepin, si loin et si proche de François Bayrou

Fotini dit trés bien ce que je pense aussi. Si Mr de Villepin est trés Sincère et courageux pourquoi ne clame-t-il plus fort et plus nettement ce qu’il pense !!

Il a une bonne occasion de montrer que ce n’est pas un planqué et un opportuniste : Mr Sarkosy vient récemment de "lapider" moralement et minablement Chirac. Mr de Villepin va-t-il répliquer vertement et en tirer des conséquence ou faire semblant de n’avoir rien entendu ?

J’avoue que je préfère les hommes et femmes politiques qui, à condition qu’ils ou elles ne soient pas extrémistes, ontlle courage de leurs opinions. Il y en a trés peu ,c’est avec eux que des accords je l’espère ont de l’avenir.

De fait le Sarkosysme, de manière surréaliste, a mis au pinacle le baratin, que vienne vite les actes qui prouvent seuls que l’on est de bonne volonté.

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour