FRANCE DEMOCRATE

Accueil > Reportage > Convention des élus : vers "le cap de Bonne-Espérance"

Convention des élus : vers "le cap de Bonne-Espérance"

Retour sur la Convention des élus et candidats du MoDem aux dernières élections municipales, samedi 26 avril 2008 à la Maison de la Chimie (Paris 7e)

samedi 26 avril 2008, par OG

Comme François Bayrou l’avait prévu, les élus (conseillers généraux, maires, adjoints et conseillers municipaux) et les candidats du Mouvement démocrate se sont réunis ce samedi pour faire le point sur les dernières élections municipales.

Ainsi, dès 10h du matin, François Bayrou est arrivé sous les acclamations des élus et des candidats. La salle est pleine à craquer, il faut rester debout ou être assis par terre face à la tribune où siègent les élus nationaux et européens du mouvement.

Sans mon ordinateur portable, je n’ai pas pu rendre compte des propos tenus par les différents intervenants. Je me permets donc de reprendre le compte-rendu disponible sur le site officiel du mouvement. Néanmoins, vous trouverez ma vidéo de François Bayrou avant l’ouverture de la Convention, ainsi que le traditionel photomontage (ci-dessus) de mes différentes prises.

Le compte-rendu de la journée sur le site officiel du mouvement :

François Bayrou a présenté le Mouvement démocrate comme le seul "défenseur du pluralisme" en France samedi matin, à l’ouverture de la Convention des élus démocrates. "Il n’y a plus désormais qu’un mouvement politique qui soit le défenseur du pluralisme en France, et c’est ici qu’il se trouve". Rappelant la moyenne de 15,9% réalisée par les 350 listes autonomes du Modem au premier tour des municipales dans les villes de plus de 10.000 habitants, "véritable exploit". "Nous avons eu du mal entre les deux tours, et sans doute ai-je une part de responsabilité, à faire entendre la voix de la raison, là où ne s’exprimait que la voix de la passion et de l’affrontement". Il a aussi estimé que « les deux prochaines élections, européennes et régionales, offrent une place au MoDem, en tout cas si l’on ne change pas le mode de scrutin, car on nous annonce des manoeuvres supplémentaires pour rendre notre tâche politique encore plus difficile ». M. Bayrou faisait allusion à la volonté exprimée par le Premier ministre François Fillon de modifier le mode de scrutin régional. « Il n’est "pas possible qu’un pays comme le nôtre ne soit placé que devant deux projets, ceux de l’UMP et du PS ! C’est comme si on voulait perpétuellement écrire l’avenir en noir et blanc". Il faut au moins un troisième projet, plus équilibré, plus créatif, plus novateur. "Nous avons passé le Cap Horn", a assuré le sénateur-maire d’Arras, Jean-Marie Vanlerengerghe. "Nous avons devant nous une mer beaucoup plus calme, on voit pointer le cap de Bonne-Espérance".

Photos : France démocrate

Messages