FRANCE DEMOCRATE

Accueil > Reportage > Conférence de presse de François Bayrou : une motion sera soumise au vote des (...)

Conférence de presse de François Bayrou : une motion sera soumise au vote des adhérents

lundi 14 avril 2008, par FrédéricLN

J’assiste à la conférence de presse de François Bayrou au siège du MoDem ce lundi après-midi. Il réagit aux manoeuvres centristo-élyséennes, notamment celles évoquées récemment dans Le Monde. Voici mes notes de son intervention et de ses réponses aux questions des journalistes.

(…) UMP et PS peuvent se tromper tous les deux.

Un pays moderne ne peut n’avoir le choix qu’entre deux options, ça n’existe d’ailleurs dans aucun pays du monde.

De ce combat pour le pluralisme, d’autres partis profiteront, et ce sera un bien !

Le projet porté par Nicolas Sarkozy se révèle dans son erreur de jugement et dans sa mystification. La France va dans le mur.

Quatre exemples qui exigent que nous présentions une alternative :
- La politique choisie de finances publiques, qui a laissé croire que l’équilibre se trouverait par la distribution d’argent facile. Politique de légèreté. Cette politique pseudo-keynésienne déboucherai sur un accident budgétaire sans précédent.
- Les fausses promesses de campagne nous font craindre la crise sociale. On a promis qu’on rendrait aux Français 68 milliards d’euros, l’augmentation du pouvoir d’achat, des droits sociaux supplémentaires… l’adition de ces promesses était intenable ! ON a appliqué la vieille loi qu’on appliquait dans les Hauts-de-Seine : les promesses n’engagent quez ceux qui les reçoivent. Cette crise sociale est le fond de l’humeur de notre pays.
- Nous sommes en désaccord avec ce que Nicolas Sarkozy a choisi de faire de la fonction présidentielle. Pour nous, le Président de la République est l’homme de la Nation, non d’un parti ou d’un clan, qui préside lui-même le comité qui organise la majorité ! Le pays a besoin d’un Président au-dessus des contingences des partis.
- Faire rentrer la France dans la structure intégrée de l’OTAN. Différents, nous étions la quille du bateau, les garants de l’indépendance de l’Europe. Les alliés les plus intimes des États-Unis n’avaient aucune capacité d’influer dans les moment cruciaux… la volonté d’exister ne se sollicite pas !

Il est d’importance nationale que les Français, quand ils constateront l’échec de la majorité, ne soient pas contraints de se tourner vers le Parti socialiste tel qu’il est aujourd’hui. Qu’une alternative démocratique soit construite et présentée aux Français.

Ce projet ne pourra être porté et défendu que par un parti politique assuré de lui-même, où les élus sont en phase avec les adhérents et les militants.

C’est pourquoi je conduirai sans faiblir la contre-attaque contre les manœuvres. J’en appelle aux adhérents. C’est l’heure de la grande clarification. Votre détermination fera échec à toutes les manœuvres.

Je vais soumettre au suffrage des adhérents un texte d’orientation qui ne laissera aucune place à l’ambiguïté, et j’invite tout dirigeant qui ne serait pas d’accord à soumettre sa propre motion. Nous fixerons le 14 mai les conditions de cette consultation en même temps que le calendrier des élections de nos instances locales. Je n’accepterai ni la déstabilisation, ni le bazar.

Il faut faire confiance à nos adhérents pour fixer le cap, les règles et le destin de notre Mouvement.


Voir en ligne : Texte complet de l’intervention sur mouvementdemocrate.fr



Complément : quelques réponses aux questions de journalistes

Le courant démocrate, qui est au centre, n’existe que s’il est indépendant.

Pouvoir conclure des partenariats avec les uns ou les autres, ce qui est parfaitement la culture de nos militants, nos élus le font dans les communautés de communes, mais dans les frontières d’une commune, c’est un crime ! Je défends la possibilité de faire évoluer la vie politique française. Ce qui fait le fond - non - ce qui fait le cadre politique de la motion que je proposerai.

Le fond, c’est, pour porter tout ce la, un projet politique différent. [Développement sur ce projet]

En cas d’échec de votre motion, démissionneriez-vous ?

Si je n’avais pas la confiance des adhérents, je n’accepterai pas d’exercer mes fonctions.

Et si vous l’emportez, y aurait-il des exclusions ?

Chacun devra choisir s’il est en accord avec le vote des adhérents ou estime devoir choisir un autre chemin.

Question sur la cause des départs

Je pense que c’est dû à la difficulté de la situation, de proposer un chemin nouveau. De Gaulle a fait élire 120 députés en 1951, un an après il n’en restait plus un seul. Peut-être était-ce dû un peu à lui ! Mais quand vous voulez un monde nouveau, changer les choses, c’est difficile, la seule question à se poser est : est-ce que c’est nécessaire ? Selon moi, c’est nécessaire.

Je ferai tout pour que le Bureau de l’UDF ait une délibération claire et tranchée.

Cap21 conserve une existence politique propre…

Corinne Lepage connaît mon sentiment là-dessus.

Ça fera partie des orientations que je proposerai : je suis contre les partis à courants. Un parti à courants mobilise les énergies pour la lutte interne des uns contre les autres. Je m’engagerai personnellement sur ce point. J’en ai dirigé un, et j’en garde un souvenir mitigé.

Qu’on essaye de priver un mouvement politique majeur des moyens de son existence, je vois cela sans aucune indulgence. Ce n’est pas parce qu’ils échoueront, que je ne l’aurai pas marqué sur leur ardoise.

Je ne crains aucune procédure démocratique, mais je combattrai les manœuvres et les pièges, et vous verrez que les militants et adhérents les combattront avec moi, je crois, de manière assez drastique.

Michel Mercier m’a dit qu’il était absolument opposé à toute idée d’organisation de la majorité, et n’avait aucune intention de se laisser enfermer dans ce genre de structure, et je l crois.

Les critiques de Mme Lepage sur la démocratie interne : vous pensez à de la démocratie participative ?

Ça s’appelle démocratie ! Il y aura le temps qu’il faudra, des textes, et des votes.

Vous comprenez les critiques, l’exigence de démocratie ?

Je comprends l’exigence, je ne partage pas les critiques.

Patrick Roger, Le Monde : Sur la blogosphère, depuis les dernières municipales, beaucoup expriment du ras-le-bol, certains adhérents disent "on ne suit plus, on arrête"… Vous appelez à soumettre une motion : vous adressez vous à ceux là pour leur dire "revenez" ?

Je suis sûr qu’ils répondront présents. La blogosphère est un monde très éruptif, un jour ça explose de mécontentement, un jour ça explose d’amour, il faut apprendre à prendre ce monde violent avec distance. Le monde des militants traditionnels, des réunions de section, doit accepter les modes d’expression internet, le monde internet doit accepter la sensibilité des adhérents traditionnels. Je m’engagerai pour que les uns comprennent les autres.

J’ai vu que le Parti socialiste a beaucoup d’interrogations sur les "adhérents internet", j’essaye au contraire de leur accorder une grande importance, c’est une des formes que va prendre l’engagement citoyen dans l’avenir.

Combien le MoDem compte-t-il d’adhérents ?

De l’ordre de 60000, quand on disait 60000, c’était largement sous-estimé… on verra dans les semaines qui viennent.

Nathalie Raulin, Libération : le groupe Union centriste représente une partie des revenus du MoDem…

Nous n’avons pas beaucoup d’argent mais sommes en situation de vivre de façon équilibrée. L’essentiel du financement provient des 530 candidats aux élections législatives… présidentielles, un peu moins de 3 millions d’euros sur un budget de 4 millions et quelques.

OGM : que votera le groupe centriste ?

Je peux vous expliquer ma position à moi sur les OGM. Je suis d’accord sur les OIGM producteurs d’antibiotiques, sur les OGM en zone désertique, sur la recherche… mais la vérité c’est que 98% des OGM sur le sol français sont :
- des cultures rendues résistantes au Round-Up, pour qu’on passe du Round-Up et que plus rien d’autre ne passe ;
- des organismes végétaux qu’on a rendu productrices d’insecticides.
Pour moi, ni l’un ni l’autre ne constituent des progrès pour l’agriculture, et pour l’humanité. Je suis pour qu’on développe les études épidémiologiques sur les conséquences à long terme, je connais des biologistes qui pensent qu c’est grave.

Sur les émeutes de la faim

On est dans une période de perte d’équilibre de l’humanité en matière de nourriture… [passage sur l’action internationale en faveur de régions qui ne peuvent assurer leur autonomie alimentaire]

Sur les élections italiennes

(…) Je regarde le Parti démocrate comme un espoir pour l’Europe.

Messages

  • Merci Fréderic pour ce compte rendu en temps quasi réel.
    François Bayrou a raison de dire que la blogosphère est éruptive. Cela renvois à un billet de l’hérétique pour relativiser le bruit autour du départ de sénateurs.

    Voir en ligne : http://www.cedric-augustin.eu

  • Mille mercis Frédéric. On continue ! Malgré le boulot... Moi aussi j’en ai par-dessus la tête... mais le MoDem est pour moi essentiel !

    Merci surtout pour les réponses aux questions des journalistes qui n’apparaissent pas sur le site officiel.

  • Toujours pro Frédéric. C’est énorme ce compte-rendu en quasi "direct live"
    Bravo et merci.
    Geneviève

  • Merci beaucoup pour ce travail excellent. C’était du grand Bayrou ! J’apprécie particulièrement la fin de la conférence de presse que je n’ai pas eue sur LCI !
    Cordialement,
    Marie

  • Bravo pour ce compte-rendu et merci.
    A présent : sur le fond, je suis personnellement vraiment soulagé que François Bayrou soit enfin sorti de son mutisme. Il a une fois de plus montré ses capacités de réflexions et d’analyses. Il a bien su comprendre et interpréter le message que 19 % des électeurs lui ont adressé en mai 2007. Mais il sait tenir compte de l’incroyable fossé qui sépare quelques "cadres" du MoDem de la volonté militante des adhérents . Les premiers sont en place "par défaut" : il fallait bien des relais départementaux pour le mouvement......Les anciens sont donc restés et squattent les postes à responsabilité. Mais les adhérents qui ont suivi F. Bayrou et qui croit en ce changement de "moeurs" politiques qu’il préconise sont frustrés. Merci F. Bayrou de leur redonner la parole. Bravo pour ce courage politique.

  • Bonjour à tous,
    Je partage parfaitement l’analyse de François Bayrou et pour ma part il était temps qu’il sorte du bois et pose le point sur la table. Néanmoins, il y a certains points qu’il devra éclaircir aux militants. Je pense notamment en terme d’organisation interne au Mouvement et au tango qui ne porte pas de nom auquel nous avons assisté au cours de ces dernières municipales. Devons nous indéfinément tantôt basculer vers le projets de la droite et ses satellites tantôt vers celui de la Gauche et ses satellites ou enfin et une bonne fois pour toute, marquer notre différence totale avec ces partis et porter un véritable projet démocrate pour la France et les Français, qui fera que ce seront les autres qui se joindront à notre table démocratique. Je pense enfin, que si nous voulons sauver le MoDem des griffes des sarkozystes et des partisants du bipartisme, sans parler des opportunistes et des éternels affamés de soupe UMPiste, nous devrons choisir notre camp et apporter notre soutien le moment venu aux seuls défenseurs du véritable MoDem, tel que nous tentons de le construire depuis des mois : un MoDem fort, indépendant, Libre de tout clivage politique, prêt à servir la France dans l’intérêt général, faisant abstraction de tout intérêt personnel. C’est à dire un MoDem au antipodes de ce que nous vivons depuis des décennies.
    Trois ères sont passées :
    - l’ère Gaulliste, courte dans le temps mais grande par la dimention historique.
    - L’ère Giscardiste qui a donnée un sens au centrisme et à l’UDF qui en découla.
    - L’ère Mittérrandiste, qui à vu la naissance des années friques et du début de la débauche politique. Les affaires, les secrets d’états et j’en passe.
    - L’ère Chiraciste, avec le confortement dans l’ésprit des affaires d’état et leurs lots de secrets. Des affaires tout court. Le début de l’appauvrissement du français moyen, un pauvre encore plus pauvre, chutte ralentie par les années Jospin avec un semblant de dose social.
    Enfin l’ère Sarkozyste, qui s’annonce la pire de toutes ces 50 dernières années. Démentélement des acquis sociaux, que des générations d’hommes et de femmes, à force de combats ont réussis à obtenir. Retour de l’Etat souverain, qui a l’oeil sur tout et partout. Retour de la précarité sous le slogan, travailler plus pour gagner plus. L’effet mirage en somme. Parce que les gens travaillent plus et c’est toujours les poignées de capitalistes, qui sur le prix de la sueur des citoyens qui se lèvent tôt, engrange encore davantage de bénéfices.
    Donc une ère nouvelle doit naître, celle où le citoyen, du moins sont intérêt, doit être posé au centre de la politique, que ce citoyen puisse s’exprimer et être entendu démocratiquement par le développement et la mise en pratique de la démocratie citoyenne, participative que les Royalistes ont tenté d’insufler au court des dernières législatives, sans y parvenir, par ce que leur intérêts personnels ou de personnes prédominaient sur notre intérêt à tous.
    En résumé, si François Bayrou prétend à nouveau à notre confiance, nous devons être capable de la lui donner, à condition que le scénario que nous vivons depuis la création du MoDem, ne se reproduise plus jamais.
    Amitiès Démocr@tes
    Oloronais

    Voir en ligne : Point de vue démocrate

  • Merci Fred pour cette excellente restitution (j’y étais donc je peux en témoigner !). C’était du Grand Bayrou comme on l’aime, ferme et "viril", combatif, résistant. Je crois que plus on l’attaque et plus les coups sont bas, plus il se renforce et a la "gnaque". Il a eu raison de faire cette conférence de presse. Il faut que les Français prennent conscience de ces attaques orchestrées en haut-lieu et de la vrai raison des défections des élus, et de surcroît à nouveau du décalage entre ce qu’on attend de la fonction présidentielle et la manière dont l’exerce Nicolas Sarkozy. Il a également raison de proposer une validation démocratique auprès de adhérents de la stratégie du MoDem, pour clairement la légitimer et couper court à ces fausses accusations de manque de démocratie interne.

    Ces basses manoeuvres, dévoilées, servent François Bayrou en préparant son lit présidentiel pour 2012 !

    Tu vois Fred, ce n’est pas le moment d’arrêter les publications de France Démocrate, surtout si Bayrou les lit ! Si tu veux précisons les éditoriaux, réservons l’exclusivité pour éviter la redondance avec AgoraVox ou blogs perso, partageons nous le travail de modération et de validation des articles ... Mais continuons à faire vivre ce site fédérateur de militants démocrates !

  • Voici un lien sur un article qui rend bien compte, faits à l¹appui, de
    l¹acharnement en cours sur Bayrou et le MoDem et le bombardement orchestré
    d¹information pour travestir la réalité, le faire passer pour le
    gourou-martyr-paranoïaque
    Voir en particulier les observations concernant l¹autocensure de la presse
    et des médias. Et les articles désinformateurs et partisans comme celui de
    JM Colombani dans Challenges

    Certains journalistes commencent aussi à prendre concience de la situation,
    voir absolument le billet de Pierre-Luc Séguillon (rédacteur en chef de TF1
    et aujourd¹hui chroniqueur de LCI) sur son blog : "Bayrou touché mais pas coulé"