FRANCE DEMOCRATE

Accueil > Perspective > Municipales : dans tout le pays, le Mouvement est déclenché

Municipales : dans tout le pays, le Mouvement est déclenché

mardi 25 mars 2008, par Olivier Berardi

J’estime que le Mouvement Démocrate, fort de son programme et de sa stratégie, a réussi à desserrer la tenaille des deux grands partis. L’important n’est pas de regarder l’ampleur de cette dynamique, mais le fait que le mouvement soit déclenché et qu’il ne s’arrêtera pas, non que nous le décidions ou le maîtrisions mais parce que le corps électoral le souhaite. À nous de traduire ses attentes et de lui proposer une offre politique qui dépassera l’aire de notre mouvement.

Continuons nos efforts et soyons fiers du travail accompli et des résultats obtenus, malgré nos maladresses, et les railleries, les attaques et les guets-apens en tout genre que nous subissons.

À la question "le Mouvement Démocrate a-t-il le bon programme pour gouverner ?" La réponse est OUI.

Nous défendons un programme qui affirme la nécessité de la liberté économique et la liberté d’entreprendre dans un marché réellement concurrentiel régulé par des instances et des autorités internationales.

Nous portons (et notre légitimité est historique) un idéal Européen, comme la nécessité absolue de notre développement et comme acteur de l’équilibre du monde.

Nous voulons aussi une société où la justice ne soit pas un vain mot, où la justice sociale, la répartition des richesses soit effective, que la solidarité, la fraternité soit le ciment de notre "vivre libre et ensemble".

Nous défendons et valorisons la personne humaine contre toutes les formes d’humiliation, de dégradation, d’aliénation, des travailleurs salariés et autres conditions et statuts, qu’engendrent les nouvelles organisations et distribution du travail du management et du capitalisme financier mondialisé.

Nous défendrons le droit et l’accès à l’éducation, aux pratiques culturelles, à la formation en préservant l’égalité des chances, pour tous.

Nous exigeons le respect absolu et urgent de la biodiversité, de notre environnement naturel qui doit être le facteur prioritaire de notre développement. Nous voulons que cette social-économie soit responsable d’une croissance "sobre" et non destructrice du patrimoine naturel.

A la question "le Mouvement Démocrate a-t-il la bonne stratégie politique ?" La réponse est OUI.

Depuis le congrès de janvier 2006, l’UDF a affirmé sa volonté d’autonomie et d’indépendance par rapport à l’UMP. Depuis les 1er et 2 décembre 2007, par la création du Mouvement Démocrate et par les campagnes électorales (présidentielle, législatives, municipales, cantonales) que nous avons menées, le Mouvement n’a pas cessé de construire cette indépendance, du moins à travers près de 400 candidatures face aux deux partis (UMP/PS) qui veulent confisquer le débat politique en France, avec la complicité des grands médias.

Cette ambition est un vrai changement des réflexes, de l’air du temps et des mentalités. Compte tenu du blocage de notre société, de la confusion du système politique français, ne nous alarmons pas que cette proposition ne puisse être perçue comme claire et compréhensible par tous.

Malgré le handicap des scrutins successifs, malgré l’avalanche de la désinformation en passant par le rouleau compresseur de la moquerie, cette stratégie du Mouvement Démocrate réussit et est déjà gagnante.

Depuis la présidentielle de 2007, le Modem a su bousculer le milieu politique, et il est en train de parvenir à desserrer la tenaille du jeu politique traditionnel et des alliances conventionnelles.

Que ce soit à droite :

Après l’appel de François Fillon, entre les deux tours, pour un accord global avec le Modem, où après les municipales que ce soit Alain Juppé, Jean-Louis Borloo, puis Jean-Pierre Raffarin ont “tendu la main“ au Modem. Ce dernier considère aimablement que “François Bayrou ayant disparu et sorti du jeu politique“, le souci de Nicolas Sarkozy n’est pas la gouvernance flottante de l’UMP, mais que “nous avons un problème avec le centre. Il nous faut un pôle du centre fort… Les victoires de l’UMP dans l’avenir ne se feront pas contre le centre“. (sur LCI, 18 mars).

L’alliance entre les anciens UDF du Nouveau Centre et l’UMP, m’apparaît comme une façade qui se lézarde de plus en plus, avec les listes NC concurrentes de celles de l’UMP à Caen, Paris XVIIIème, Saint-Chamond, Castres, Vitry ou la Roche-sur-Yon.

Que ce soit à gauche :

Deux tendances continuent de s’affronter au Parti Socialiste, et cela a été manifesté très clairement lors de ces élections. D’un côté, Ségolène Royal souhaite un rapprochement avec le Mouvement : "Si je n’avais pas levé le tabou sur le MoDem, expliquait l’ancienne candidate le 13 mars dans la Drôme, plein de socialistes localement n’auraient pas osé. Je leur ai donné le feu vert, ça les a déculpabilisés." De l’autre, François Hollande et Bertrand Delanoë - qui me semble s’être servi du Modem pour mieux s’opposer à Ségolène Royal dans la conquête du PS - n’en veulent pas.

Résultats : nombre d’alliances dans de grandes villes.

Le début de détachement des courants "sociaux-démocrates" au PS, chez une partie des Verts, annonce une grande redistribution des forces politiques de notre pays, qu’attend depuis longtemps l’ensemble du corps électoral.

Nous devons être fiers que cela advienne grâce à la pugnacité et la persévérance de François Bayrou et de l’ensemble des hommes et des femmes qui portent l’alternative démocrate.

Le Mouvement démocrate est le catalyseur et le laboratoire de cette dynamique, il est le seul parti crédible aujourd’hui pour la porter : soyons à la hauteur de cette responsabilité pour constituer le pôle attracteur des forces politiques, pour un nouveau contrat de gouvernement local et national.



rédigé le 21 mars 2008

Messages

  • Pour avoir été candidat suppléant sur une cantonale sans aide de Paris , sans aide des instances départementales , sans base idéologique , je ne peux être d’accord avec cette vision angélique de notre mouvement. Le MODEM est face à un gouffre. Bayrou doit se réveiller et donner à notre mouvement un programme et un appareil.