« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

Élections 2008 : le MoDem bouscule le jeu politicien établi

, 14 mars 2008

Vu 1412 fois | 1 commentaire(s) | Noté 4.9/5 par 07 votant(s)

La position du MoDem entre les deux tours des élections locales a suscité des critiques, des doutes ou des incompréhensions : en choisissant des partenaires de bords différents selon les endroits et les projets, nous donnons à certains l’impression d’être opportunistes. Ce qui est sûr, c’est que nous changeons et perturbons les règles d’alliances tranquilles, des petits arrangements habituels et autres soumissions aux partis dominants. Nous provoquons la rupture dans le jeu politicien établi.

C’est donc à nous qu’il revient d’expliquer et de faire preuve de pédagogie. Face au conservatisme et à la paresse intellectuelle qui préfère ranger les hommes et les idées dans des cases et des étiquettes, nous devons le faire sans cesse, et le plus largement possible. J’apporte modestement aujourd’hui une touche à cette oeuvre de pédagogie politique, à travers quelques commentaires que je souhaite exprimer en cette fin de l’entre-deux tours.

Les élections de mars 2008 sont des élections locales. Les citoyens votent pour des équipes et des projets locaux, lesquels, par nature et par expérience, transcendent les frontières partisanes et les querelles nationales. C’est le sens de cette élection ; c’est le sens qu’épouse le MoDem !

A ceux qui jugent "opportuniste" notre démarche pragmatique, je voudrais rappeler que, lors des scrutins nationaux, présidentielles et législatives de 2007, le Mouvement Démocrate n’a donné aucune consigne de vote au second tour. Notre liberté de ton et notre indépendance nous ont coûté un certain nombre de sièges de députés. Les vrais opportunistes, eux, ont fait d’autres choix.

Et que dire de ces grands partis qui, tantôt l’un, tantôt l’autre, au gré des sondages d’opinion, veulent faire croire aux Français qu’ils sont appelés à voter pour ou contre le Président de la République et l’action du Gouvernement, plutôt que pour des élections locales ? N’est-ce pas de l’opportunisme, cela ?

Le Mouvement Démocrate est un parti libre et indépendant. Cela est nouveau et cela dérange. Mais il y a une chose encore plus inhabituelle, qui perturbe peut-être davantage encore : c’est la réhabilitation de la noblesse d’esprit et de comportement que le Mouvement Démocrate souhaite donner au politique. Nous sommes un parti neuf, dont l’immense majorité des adhérents s’engage en politique pour la première fois.

Certains de nos candidats se tournent vers ceux des autres partis avec une attitude de respect, une démarche de proposition et un esprit de partenaire. Dans tous les partis traditionnels, nous trouvons des hommes et des femmes de qualité avec lesquels, au plan local, nous pouvons nous entendre et avoir envie de travailler. Mais avec d’autres personnes de ces mêmes partis, nous nous trouvons aussi confrontés au mépris, au dédain, aux pressions, au chantage. Nous voyons autour de nous des professionnels "à vie" de la politique, obsédés par l’accaparation et la concentration du pouvoir.

Bien sûr, tout n’est pas parfait chez nous non plus. Mais nous avons cette flamme, cet idéal, ce projet, ces valeurs qui nous rassemblent. Nous avons fondé le Mouvement Démocrate, et nous entendons le construire, le présenter à nos concitoyens, et exister à leurs côtés.

Noté 4.9/5 (07 votants)

La réponse de Etoile66

Posté le 15 mars 2008, à 20h 04mn 31s
Élections 2008 : le MoDem bouscule le jeu politicien établi

Je partage votre analyse. L’aventure ne fait que C O M M E N C E R !!!

»

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour