FRANCE DEMOCRATE

Accueil > Dossier > Municipales : les sondages donnent au MoDem l’espoir d’un mieux par rapport (...)

Municipales : les sondages donnent au MoDem l’espoir d’un mieux par rapport aux législatives

lundi 3 mars 2008, par FrédéricLN

Les sondages dans les grandes villes se suivent et étayent l’un après l’autre le pessimisme de François Bayrou pour qui ces élections sont "difficiles". Et pourtant… beaucoup sont, d’un mois sur l’autre, à la hausse, à l’inverse de ce que le MoDem a connu aux législatives. Un rebond semble possible.

Au plan national, le CSA voit le MoDem légèrement à la hausse, à 8% les 19-20 février, contre 7% dans deux mesures fin janvier et début février [1].

À Paris, le CSA mesurait, du 19 au 21 février, 9% d’intentions de vote pour les listes de Marielle de Sarnez ; contre 9% un mois plus tôt, et 7% fin novembre [2].

C’était 8% selon TNS Sofres les 8-9 février [3].

Mise à jour, 3 mars 23h : je ne croyais pas si bien dire avec le frémissement : Ipsos voit maintenant les listes Sarnez à 11%.

À Lyon, les listes de "dernière minute" d’Éric Lafond obtiendraient pourtant 8% selon Ipsos [4], le même chiffre que celui donné par TNS Sofres un mois plus tôt pour les listes que devait conduire Christophe Geourjon [5].

À Marseille, le maire UMP Jean-Claude Gaudin estime que le MoDem "grignote" son retard. Dans deux enquêtes des 22-23 février, les listes de Jean-Luc Bennahmias recueillent 7% selon TNS Sofres [6], 9% selon l’IFOP (PDF). Contre 6% selon Ipsos du 7 au 9 février [7].

À Toulouse, Ipsos accorde 7% aux listes de Jean-Luc Forget [8], contre 8% selon TNS Sofres une quinzaine plus tôt [9].

À Lille, Jacques Richir obtiendrait 7% selon le CSA (26-27 février), contre 9% selon Ipsos les 15 au 18 février [10]. Également 7% selon l’IFOP (PDF) les 18-19 février, contre 8% les 18-19 janvier [11]. Les trois instituts situent à 1% la liste dissidente d’Etienne Forest.

À Strasbourg, CSA attribue 5% à Chantal Cutajar les 12-13 février [12].

À Nice, TNS Sofres mesure Hervé Caël à 2,5% seulement contre 4% en novembre dernier [13].

À Nantes, Ipsos attribue 9% à Benoît Blineau [14].

À Amiens, TNS Sofres a intégré en février la présence d’une liste MoDem (qui ne figurait pas dans son sondage de décembre) et lui attribue 7% [15].

Tout ça n’est pas folichon mais… ça nous change de la marche triomphale de l’UMP en mai-juin dernier, qui avait vu les intentions de vote MoDem divisées par deux en cinq semaines. Encore quelques jours pour convaincre pour de bon !


[1809, 812 et 810 interviewés respectivement, détails à l’adresse indiquée

[2auprès de 813, 802 et 808 habitants, détails à l’adresse indiquée

[3Sondage auprès de 700 personnes, précisions à l’adresse indiquée

[4Sondage réalisé les 22 et 23 février auprès de 802 personnes, fiche technique à l’adresse indiquée

[5Sondage réalisé sur 700 personnes les 25-26 janvier, voir adresse indiquée

[6Sondage réalisé auprès de 700 personnes, voir adresse indiquée

[7Sondage auprès de 803 personnes, fiche technique à l’adresse indiquée

[8Sondage réalisé du 14 au 16 février auprès de 602 personnes, fiche technique à l’adresse indiquée

[9Sondage réalisé du 31 janvier au 2 février auprès de 600 personnes, voir adresse indiquée

[10Ipsos : sondage auprès de 600 personnes, fiche technique à l’adresse indiquée ; CSA : auprès de 811 personnes, fiche technique à l’adresse indiquée

[11Sondages auprès de 604 et 603 personnes respectivement, détail dans le PDF

[12801 personnes sondées, détails à l’adresse indiquée

[13Sondage réalisé les 22 et 23 février auprès de 600 personnes

[14Sondage réalisé du 22 au 25 février auprès de 603 personnes, fiche technique à l’adresse indiquée

[1525 et 26 février. 600 personnes interrogées. Source en PDF.

Messages