« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

En lien

Pour une politique plus honnête, plus en rapport avec la réalité

, 10 février 2008

Vu 1650 fois | 0 commentaire(s) | Noté 4.0/5 par 04 votant(s)

Comme tête de liste MoDem à Argenteuil, j’ai eu le plaisir de présenter avant-hier sur la radio locale IDFM l’essentiel de notre projet. Et d’évoquer les valeurs que porte François Bayrou et qui ont suscité mon engagement, et l’engagement de la "nouvelle génération politique" qui constitue le Mouvement démocrate. Voici cette partie de l’interview.

Christophe Hénocq, vous êtes à la tête d’une équipe qui s’est rapidement constituée, puisque le MoDem est tout récent ?

Ce qui me frappe, c’est la somme de compétences que nous avons pu rassembler, largement supérieure à celles de nos concurrents ! De très fortes compétences en droit public, en finances publiques, en aménagement, et aussi dans les domaines des entreprises, des écomatériaux, du social et de la santé…

C’est aussi une équipe qui a l’habitude, depuis qu’elle s’est formée, de travailler en commun, de façon très participative, c’est notre marque de fabrique et … c’est le gage d’une meilleure réussite pour une équipe municipale !

"Une nouvelle génération politique se met en place à une vitesse que je n’avais pas imaginée"

J’ai été conseiller municipal à Courbevoie de 1989 à 95. Je faisais déjà de la "politique autrement", je n’étais pas là pour faire la promotion de la municipalité. J’étais à l’écoute des Courbevoisiens … J’étais aussi à l’écoute de l’opposition ! Je soutenais, et je continue à soutenir, qu’une question a toujours plein de facettes. La réalité est complexe ; si on vous dit que c’est simple, c’est qu’on vous ment ou qu’on vous manipule.

Vous vouliez une politique plus consensuelle ?

Plus consensuelle et surtout plus honnête, plus en rapport avec la réalité.

C’est vrai pour moi et pour plein d’autres membres du Mouvement démocrate, les 50 000 personnes qui sont venues se rallier de façon spontanée à ce Mouvement. Beaucoup n’ont jamais fait de politique, ils ne veulent pas d’esprit partisan, mais travailler de manière concrète. D’autres viennent d’autres partis, ils en ont été déçus, ils ne veulent plus des appareils et des positions figées.

Quand François Bayrou a lancé le Mouvement au Zénith, il a annoncé "une nouvelle génération politique". Je suis frappé de la voir se mettre en place à une vitesse que je n’avais pas imaginé. Aux élections internes pour le Conseil National du Modem, j’ai vu émerger des figures nouvelles, qui portent nos valeurs humanistes et concrètes, et qui constituent une relève.

Où est la cohérence quand François Bayrou est contre les alliances de certains candidats MoDem, et en même temps soutient Alain Juppé à Bordeaux et le ministre Xavier Darcos à Périgueux !

Rapportez-vous aux 7 principes que François Bayrou a défini lors du lancement du Mouvement, au Zénith. Le Mouvement démocrate a vocation à provoquer de larges rassemblements, sur des thèmes qui vont bien au-delà des clivages politiques, et aussi localement, sur des bilans, des personnalités et des projets locaux.

François Bayrou a été le premier à parler d’ouverture, c’est un concept qui est repris par l’ensemble de l’échiquier politique…

Raymond Barre, en 1988, parlait déjà d’ouverture, et je le soutenais. Il annonçait une décomposition et une recomposition du paysage politique. La décomposition, on en a vu les effets le 21 avril 2002, la recomposition a pris du temps. François Bayrou, par sa campagne présidentielle, lui a donné un formidable coup d’accélérateur.

Sur la façon de gérer une ville, nous sommes au-delà des étiquettes, nous considérons d’abord l’intérêt des citoyens, peu importe que le candidat soit socialiste ou autre…

La démocratie participative, ça suppose le respect des habitants

Vous êtes pour une charte éthique de l’achat public, en vertu de laquelle les candidats aux marchés publics doivent s’engager à ne faire aucun versement de complaisance, à prendre des mesures pour assurer la transparence des règlements…

Oui et il n’y a pas que cela, il y a la transparence pour la population !

Est-ce qu’on n’est pas dans l’utopie ?

Pas du tout ! Il y a eu des projets de loi pour élire directement les communautés d’agglomération au suffrage universel. J’aimerais bien un jour que cela se réalise ! Il y a la consultation des citoyens, avant de prendre les décisions sur les grands projets plutôt qu’après. Et il y a le fait de dire des choses qui correspondent à la réalité. Je me souviens d’avoir entendu Monsieur Métézeau [premier adjoint UMP au maire] dire lors de la présentation du budget 2008 : "avant, on disait qu’Argenteuil s’endettait trop, maintenant on dit qu’Argenteuil ne se désendette pas assez vite". Voilà qui ne correspond pas à la réalité : Argenteuil a continué à s’endetter.

Vous êtes pour une démocratie participative ?

Bien entendu. Ça n’empêche pas de savoir trancher - nous on sait le faire, au MoDem !

Ça suppose le respect des habitants, tout simplement. On ne peut pas prendre les décisions dans un coin, avec quelques promoteurs, et venir expliquer aux habitants directement concernés, qu’on va les expulser de leur logement ! Il faut travailler en amont sur des solutions qui soient acceptables pour tous.

Vous êtes le seul candidat du Val d’Oise signataire des engagements proposés par Transparency International…

Je suis l’un des 18 premiers, sur la France entière, à les avoir signés, sachant que la majorité de ceux qui l’ont signés aujourd’hui sont du MoDem. Je trouve même qu’il y a davantage que cela de mesures à prendre pour empêcher toute corruption.


L’intégrale de l’interview, avec les grands axes de notre projet pour Argenteuil, est ici.

Noté 4.0/5 (04 votants)

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour