« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

En lien

18 têtes de liste répondent à Transparency International

Prévenir les risques de corruption dans les grandes villes

, 4 février 2008

Vu 2431 fois | 3 commentaire(s) | Noté 5.0/5 par 03 votant(s)

Transparency International France a adressé 7 questions aux têtes de liste municipales dans les 38 villes françaises de plus de 100 000 habitants.

Son site compte à ce jour 18 réponses validées. Le parti le plus représenté parmi ces têtes de liste est le MoDem (5 réponses).

Les répondants approuvent, bien entendu, la quasi-totalité des propositions de TI :
- Tout élu condamné en première instance pour corruption devrait démissionner immédiatement de ses fonctions ;
- Tout élu condamné pour corruption par une décision judiciaire définitive ne devrait plus se représenter à l’avenir ;
- La déclaration de patrimoine du maire devrait être anuelle et étendue aux avantages en nature liés à la fonction.
- Tous conflits d’intérêts, notamment en matière d’urbanisme, devraient être déclarés au Conseil municipal et explicités dans ses PV de séance.

Tous les répondants demanderaient également aux entreprises candidates aux marchés publics les plus importants de signer le "pacte de transparence" proposé par TI-France.

Les têtes de liste répondantes approuvent aussi le "système d’alerte éthique" (whistleblowers) proposé par Transparency International France, qui observe : "L’article 40 du code de procédure pénal oblige déjà les fonctionnaires à informer le Procureur de la République de toute infraction dont ils prennent connaissance dans l’exercice de leur activité. Leur protection contre d’éventuelles représailles mériterait toutefois d’être renforcée au vu de ce qui vient d’être accordé par le législateur aux salariés du secteur privé (loi du 13 novembre 2007)."

Aux présidentielles 2007, 7 candidats dont François Bayrou avaient répondu aux questions de Transparency International. François Bayrou a approuvé la quasi-totalité des propositions de TI, contrairement à Nicolas Sarkozy, qui s’est en particulier opposé à rendre annuelle la déclaration de patrimoine. Voir le tableau comparatif des réponses (PDF).

Les 18 premiers répondants

- Aix-en-Provence : François-Xavier de Peretti (MoDem) ;
- Angers : Jean-Marc Guimon (MNR-FN) ;
- Argenteuil : Christophe Hénocq (MoDem) ;
- Boulogne-Billancourt : Marie-Hélène Vouette (PS) ;
- Brest : Laurent Prunier (UMP)
- Caen : Brigitte Le Brethon (UMP) et Luc Duncombe (Nouveau Centre) ;
- Dijon : François-Xavier Dugourd (UMP) ;
- Grenoble : Maryvonne Boileau (écologistes)
- Lille : Jacques Richir (MoDem) ;
- Metz : Emmanuel Lebeau (metz2008.com) ;
- Montpellier : Alain Jamet (FN) ;
- Nice : Hervé Caël (MoDem) ;
- Nîmes : Sylvain Pastor (Verts)
- Orléans : Jean-Lin Lacapelle (FN) ;
- Saint-Étienne : Nadim Ghodbane (La liste citoyenne) ;
- Toulouse : Jean-Luc Forget (MoDem) ;
- Villeurbanne : Jean-Paul Bret (PS).

Noté 5.0/5 (03 votants)

La réponse de Benoit Charvet

Posté le 4 février 2008, à 11h 58mn 42s
18 têtes de liste répondent à Transparency International

Je tiens à rappeler qu’à Nîmes, il y a Philippe Berta ; tête de liste MODEM qui propose un pacte avec Transparency International :

Extrait de son site http://etre-ensemble.fr

Lors d’une rencontre avec la presse qui a eu lieu à NÎMES ce jeudi 20 Décembre, Philippe BERTA, tête de la liste "ÊTRE ENSEMBLE" du Mouvement Démocrate aux municipales de NÎMES, a annoncé adhérer au Pacte TRANSPARENCE INTERNATIONAL FRANCE qui a pour objet de "contribuer à la bonne gouvernance, publique et privée, en agissant contre la corruption, le blanchiment et les formes diverses de la délinquance financière dans les sphères publique et privée".

C’est, à NÎMES, une démarche qui semble être devenue nécessaire si on en croit la presse locale et les "affaires" qui vont même jusqu’à voir d’entredéchirer les principaux acteurs de l’éxécutif nîmois.

Un bol d’air pur…., enfin !

La réponse de ericp27

Posté le 4 février 2008, à 23h 25mn 22s
18 têtes de liste répondent à Transparency International

Le tableau d’analyse (pdf) est très parlant et très bien fait. Il suggère pour moi une question : j’aimerais comprendre pourquoi Mr Bayrou est, à la fois contre le cumul des mandats et pour la non limitation des mandats successifs ??? comme d’ailleurs :JM Le Pen, S Royal, N Sarkozy. Il me semblait que son idée majeure était de faire de la politique autrement...

»

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 4 février 2008, à 23h 38mn 10s
il faudrait lui poser la question ...

... mais je peux donner mon avis là-dessus : la limitation des mandats électifs successifs est à mon avis une fausse bonne idée.

La seule "pression" sur l’élu pour qu’il remplisse bien sa mission, est celle de l’échéance électorale suivante. L’élu qui se sait non rééligible est incité à 1) taper au maximum dans la caisse, 2) bétonner sa succession en la vendant à celui qui auditera le moins son mandat.

L’exemple le plus remarquable est celui du Mexique, dont le Président n’est pas rééligible. Résultat : deux tiers de siècle sans alternance politique, et un degré de prévarication très élevé à cette époque.

Il y a aussi une raison de principe : pourquoi interdire aux électeurs de voter pour une personne qui a ses droits civiques ?

Le vrai pb à mon avis, c’est le cumul des mandats. Quand on se présente à un mandat, on devrait démissionner, avant l’élection, de ceux que l’on détient déjà. (démission conditionnelle bien entendu, elle s’applique si les électeurs vous donnent le nouveau mandat que vous demandez).

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour