« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

En lien

Les nouveaux adhérents MoDem face aux anciennes pratiques UDF

, 5 février 2008

Vu 3234 fois | 9 commentaire(s) | Noté 3.1/5 par 015 votant(s)

Nous avons vécu une première élection interne très laborieuse. Elle a fait resurgir une opposition latente depuis le lancement du Mouvement Démocrate, entre deux camps qui se sont observés, qui se sont méfiés, qui se défient à présent. Les UDF et MoDem sont-ils compatibles ?

Les UDF du « canal historique », engagés au centre depuis des années, étaient évidemment à tous les postes de l’appareil fondateur et donc aux instances dites « provisoires » du Mouvement Démocrate. François Bayrou leur a proposé un nouveau contrat, beaucoup plus amitieux que par le passé et qui a d’ailleurs tout de suite trouvé un écho spectaculaire auprès de dizaines de milliers de personnes qui attendaient de s’engager à leur tour, ou pour certains qui attendaient de s’engager ailleurs que dans leur parti d’origine. Les anciens UDF ont-ils pensé que ces renforts extraordinaires leur seraient très semblables et les aideraient mieux encore à capitaliser, en vue de nouvelles échéances électorales, le score très prometteur de la présidentielle 2007 ? Peut-être. Les nouveaux MoDem ont-ils pensé que les gens qu’ils rejoignaient correspondaient parfaitement aux valeurs portées par François Bayrou pour cette campagne présidentielle et pour l’avenir de notre pays ? Probablement.

Sauf que…

Sauf que de l’autre côté, tous ces nouveaux adhérents ne se sont pas engagés subitement pour n’être que des suiveurs, que des observateurs discrets et des exécutants au service de la réussite politique de quelques-uns. Ils ne se sont pas engagés sur un coup de tête, comme on s’inscrit à un club de fitness par bonne résolution. Ils n’ont pas fait le pas de s’engager en politique ou de changer de parti par hasard, ils ont attendus des années avant de trouver dans un parti la promesse forte d’une politique autrement, d’une politique proprement et d’une politique fortement au service des concitoyens.

Or beaucoup d’UDF historiques sont quand même fortement empreints des pratiques politiciennes du passé. Le jeu politicien y est prépondérant, ce jeu qui consiste à tout tenter pour exister et bien sûr gagner des places. Les négociations secrètes, l’influence du pouvoir et des réseaux, l’exploitation d’avantages exclusifs, quitte à être déloyaux, quitte à s’arranger avec les règles, valent aussi bien pour les combats politiques externes que, nous venons de le vérifier, lors d’une élection interne. « C’est la politique ! » vous diront certains, sauf que ce n’est pas pour cette politique-là que ce sont engagés la plupart des nouveaux adhérents.

Si vous dénoncez ces méthodes vous serez d’ailleurs facilement qualifiés de « bisounours » qui ne connaissent rien à la politique. Mais pour les nouveaux adhérents, la politique c’est la construction d’un projet fort, d’un projet nouveau pour les concitoyens. C’est la proposition d’idées nouvelles, la défense de valeurs en péril. Alors bien sûr il faut pouvoir la mettre en œuvre, cette politique, et donc gagner des élections. Mais aux négociations secrètes, les nouveaux préfèrent la transparence et le rassemblement le plus ouvert, le plus large autour des idées et des valeurs. A l’influence du pouvoir et des réseaux, ils préfèrent l’adhésion naturelle et volontaire. À l’exploitation d’avantages exclusifs, ils préfèrent le jeu égal et démocratique qui lui seul permet de déterminer la légitimité du pouvoir. Ils refusent d’être déloyaux et sont très attachés au respect des règles, donc très exigeants sur la droiture en politique.

Pour cela, ils ont d’ailleurs un potentiel considérable : généralement hauts diplômés, pour beaucoup aux responsabilités dans leur profession, ils ont un enthousiasme et une volonté très forte de mettre leur expérience et leurs compétences pour améliorer le sort de nos concitoyens, pour les protéger du chaos écologique, économique et social qui s’annonce et dont ils ont pleinement conscience. Ce pourrait être une force extraordinaire pour le mouvement.

Or elle apparaît, de plus en plus, comme une menace redoutable pour ceux qui étaient là avant, les anciens UDF.

Toutefois, de nombreux adhérents UDF de 2006 ou 2007 ont adhéré à la ligne de François Bayrou et non à celle de Valéry Giscard d’Estaing, de François Léotard, de Santini, De Robien ou Morin. Ceux-là se reconnaissent parfaitement dans les idées et les valeurs nouvelles du MoDem. Et puis il y a ceux qui sont là depuis plus longtemps encore, depuis le CDS même, et qui s’identifient plus aux valeurs démocrates qu’à un positionnement de centre droit.

Alors sommes-nous compatibles ?

Sont-ils compatibles ces MoDem, nouveaux adhérents ou anciens centristes, et les ex-UDF attachés à une identité et à des pratiques du passé ? Sont-ils compatibles, d’un côté ces gens prêts à discuter d’idées ou de solutions communes à nos problématiques avec les Verts ou le PS et de l’autre ceux qui se refusent farouchement à échanger avec l’ennemi d’hier, le « péril rose ou rouge », considérant toujours comme possible la seule et traditionnelle alliance avec la droite ? Sont-ils compatibles, d’un côté ces gens prêts à ouvrir le débat sur tous les tabous - l’homosexualité, l’euthanasie, l’IVG, le cannabis, etc… - et de l’autre des gens qui se l’interdisent eu égard à une culture « chrétienne catholique » ? Sont-ils compatibles ceux qui veulent changer le monde pour mieux l’adapter et le protéger, et ceux qui ne veulent surtout pas passer pour des « révolutionnaires », préférant s’inscrire dans la continuité d’une politique qui nous a pourtant conduit à l’ère très inquiétante dans laquelle nous sommes entrés ? Allons-nous continuer à vivre longtemps un fonctionnement chaotique fait de critiques et de dénigrements permanents et très désagréables pour tout le monde, fait de stratagèmes et de coups bas intolérables, fait d’opportunismes politiciens diminuant fortement l’efficacité politique de notre action ?

Il en va, je crois, de notre épanouissement à tous, de notre honnêteté à l’égard de nos concitoyens électeurs et de notre capacité à, justement, développer notre électorat pour réaliser notre projet.


Voir aussi sur le même sujet l’article d’Olivier Berardi.

Noté 3.1/5 (015 votants)

La réponse de regine marre

Posté le 7 février 2008, à 22h 37mn 09s
Les nouveaux adhérents MoDem face aux anciennes pratiques UDF

Vous en êtes encore là ? alors que nous ne formons plus qu’une seule et même famille !!

La réponse de chr !s

Posté le 6 février 2008, à 00h 57mn 06s
Les nouveaux adhérents MoDem face aux anciennes pratiques UDF

Le vivier électoral en a ras le bol d’aller pointer pour toucher leurs civilités Rendez les personnes que vous rencontrez plus responsable de leur citoyenneté. .

La réponse de MIP

Posté le 5 février 2008, à 23h 32mn 52s
Les nouveaux adhérents MoDem face aux anciennes pratiques UDF

J’ai adhéré à l’UDF en 2000 et pourtant je conçois discuter avec les Verts ou le PS sans crier au péril gauchiste, et pourtant je suis ouverte sur ce que vous appelez des sujets tabous, et pourtant je veux moi aussi changer le monde pour mieux l’adapter et le protéger.

Arrêtons d’opposer UDF canal historique et nouveaux MoDem, ça ne tient pas longtemps et ça n’intéresse que nous ! En attendant, que faisons nous pour changer la vie de nos concitoyens (car c’est quand même pour cela qu’on s’est engagé !) ?

La réponse de Antonin

Posté le 6 février 2008, à 00h 04mn 13s
Les nouveaux adhérents MoDem face aux anciennes pratiques UDF

Entièrement d’accord avec MIP et je suis sensé être un nouvel adhérent. Mais je ne me sens plus nouvel adhérent car j’ai participé à forger le parti durant ces 8 derniers mois. J’ai l’impression que cet article ressucite une sémantique du début du MoDem. Une véritable régression !

On peut d’ailleurs trouver la source d’inspiration de ce fantasme dans nos imaginaires marquée par l’idéologie Marxiste et la lutte des classes. Tout ce contre quoi l’on ce bat. Cette opposition guerrière incessante qui consiste à voir des opprimés partout, même quand il y en a pas, et forger une conscience de classe alors que nos intérêts sont individuels.

Les responsables qui souhaitent conserver leur pouvoir en utilisant des méthodes d’un autre temps ou qui décide de leur alliance de manière autocratique s’appuyant sur un passé révolu, il en existe dans le parti. Mais on ne peut fustiger la raison de leurs agissements en raison de leur origine politique car de nombreux millitants anciennement UDF ont démontré les valeurs contraires. C’est à dire, celle énoncées par Bayrou à l’époque de l’UDF et voté à 97%.

C’est un sujet qui aurait demander une analyse de fond, et non pas de la simple caricature.

» La rose orange

La réponse de yann 35

Posté le 6 février 2008, à 11h 05mn 16s
Les nouveaux adhérents MoDem face aux anciennes pratiques UDF

Cet article a déjà été débattu sur d’autres forums. Le titre est volontairement provocateur et la réaction attendue est justement "mais vous dites n’importe quoi, je suis ex-UDF et je me reconnais parfaitement dans le MoDem !", car il fallait traduire "les UDF" par "les UDF du canal historique qui se revendiquent toujours UDF". J’ai quand même eu un commentaire IRL (In Real Life) d’un ex-adhérent UDF qui s’est "reconnu à toutes les lignes", mais il n’y a pas eu de renvendication sur Internet du portrait pas si caricaturals de certains. En tout cas je pense qu’il fallait ouvrir le débat car certains ressentent dans certaines régions une opposition farouche d’anciens contre les nouveaux. Enfin sur Démocratie Directe plus d’un tiers d’adhérents considèrent pour le moment que ces ex-UDF et les MoDem, incluant d’autres ex-UDF, ne sont pas compatibles. Espérons que dans quelques temps la question ne se pose plus, soit parce que certains se seront "ouverts" au MoDem, soit parce qu’ils l’auront quitté.

» Sondage sur Démocratie Directe

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 6 février 2008, à 14h 34mn 56s
débat

Effectivement l’article est débattu ailleurs (j’avais donné le lien sous le cartouche auteur).

Mais je profite de ce débat ici pour donner mon point de vue ! Le sujet vaut la peine d’être soulevé parce que (je suis en désaccord là-dessus avec MIP) la confrontation n’est pas dépassée. Nous le subissons à Argenteuil, la grande majorité (90%) des adhérents, dont des anciens UDF ! comme moi-même, ayant vu sa dynamique minée par les manoeuvres de deux ou trois personnes qui ont maintenant tombé le masque (terme qu’une personne concernée a repris à son compte !) en rejoignant qui l’UMP, qui le PS, pour une place mieux assurée.

En revanche, je suis en désaccord avec l’avant-dernier paragraphe, qui tente, à mon avis, de monter une opposition factice entre UDF et MoDem sur les valeurs et le projet. C’est tellement faux que le Nouveau centre (plus ancien, donc, que l’UDF), a repris sur son site la quasi-totalité du programme présidentiel de François Bayrou. Par exemple, je n’ai constaté sur Argenteuil aucune divergence d’opinions politiques entre la majorité "modem", la personne qui part chez l’UMP et celle qui part chez le PS. La seule différence porte sur la stratégie - et ces personnes sont les premières à le souligner. L’une dit "il faut venir me chercher, pas question pour moi d’être confronté à un vote des adhérents", l’autre "vous brassez du vent, c’est moi qui serait au Conseil municipal" ; l’une dit "pas question de voir revenir une alliance socialo-communiste", l’autre "pas question de risquer d’être associé au maire sortant UMP" ; mais aucune divergence de fond à ce jour…

Le défi du MoDem est précisément de mettre en mouvement ensemble les personnes qui partagent ses valeurs et sa vision de la société française, de la politique dont nous avons besoin. En position de faiblesse, il passe à la centrifugeuse et il suffit d’être un poil plus droitophile ou gauchophile pour actionner le siège éjectable…

Mais c’est des démocrates que la France a besoin (quelle que soit leur génération MRP-CD-CDP-CDS-UDF-FD-MoDem !), de démocrates rassemblés et convaincants, plus que de la gauche ou de la droite !

La réponse de Etoile66

Posté le 6 février 2008, à 21h 54mn 30s
Absolument d’accord avec Frédéric !

Frédéric, je suis en phase avec tout ce que tu as écrit et tenais à le souligner...

Mais que c’est dur sur le terrain de voir ces gens renier leurs amis politiques juste pour sauver leur siège ou en obtenir enfin un !!!

Où sont les Français dans tout cela ?

La réponse de Marie53

Posté le 7 février 2008, à 12h 03mn 08s
Des politiciens accrochés aux branches !

Tout à fait d’accord également avec cette analyse. Je tiens cependant à enfoncer le clou : ce ne sont pas les UDF et les Démocrates qui ont des divergences idéologiques, bien qu’on ait vu, ici ou là, quelques personnes se demander si François Bayrou n’était pas "tombé sur la tête". Et, après tout, c’est leur droit le plus strict, à condition qu’elles aillent vers des partis plus conformes à leurs idées ! Une élue UDF de mon département m’a dit que n’étant pas en accord avec nous, elle allait rejoindre le Nouveau Centre. Elle est respectable car elle assume ses choix. Ce qui me gêne, c’est que certains élus restent et passent leur temps à critiquer le Mouvement Démocrate et François Bayrou, dans la presse nationale et locale(Hier dans Ouest-France édition de la Mayenne, par exemple). Ils ont des "privilèges" qu’ils veulent absolument garder, ce sont des sénateurs qui ont été élus par la droite et qui entendent bien rester dans leur tour d’ivoire. Et pour pouvoir continuer leurs manoeuvres politiciennes, ils tiennent les adhérents à l’écart, donnent des leçons à tous ceux qui se dressent sur leur chemin, distribuent les mauvais points... Ils offrent une image caricaturale, et il est urgent de les mettre en face des choix nécessaires ! Le Mouvement Démocrate n’existera que s’il est cohérent ! C’est à François Bayrou de redonner le cap, fermement, et j’espère qu’il le fera dès que la fièvre des élections sera tombée. Cordialement, Marie

Posté le 10 février 2008, à 15h 14mn 31s
Des politiciens accrochés aux branches !

dans le 59 une cadre de l’udf(en particulier membre du bureau national)déclara en 2007 qu’elle ne serait pas candidate du modem aux législatives contre borloo afin d’être reconduite en 2008 comme conseillère municipale dans la commune où ce même borloo fait la pluie et le beau temps !pour rester sur la liste de l’ump elle a quitté le modem et rejoint le nouveau centre !depuis quelques années plusieurs udf sont partis au nouveau centre afin de"suivre"borloo:un ancien conseiller régional(devenu maire de cette commune),une sénatrice(devenue secrétaire d’état),un député européen(devenu conseiller municipal)...

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour