« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

» UMP

Non à la politisation des élections municipales

Les listes UMP seront censées "prolonger dans [leurs] communes les réformes menées au niveau national"

, 12 janvier 2008

Vu 3038 fois | 10 commentaire(s) | Noté 4.1/5 par 014 votant(s)

Contre la stratégie du Président de la République, du gouvernement, de l’UMP, qui souhaitent politiser les élections municipales, ayons le courage d’avancer une position politique claire : "à élection locale, débat local".


- A élection locale débat local
- Pour l’avenir des bassins de vie
- Pas de politique partisane
- Pour la paix de nos cités et de nos territoires
- Pas de politique nationale qui divise !

L’UMP, à son conseil national de ce 12 janvier 2008, s’apprête à effectuer une manœuvre sans précédent .

Le tour consiste à imposer aux listes locales une Charte d’engagement en 10 points, ruisselante de bons sentiments et bonnes intentions.

Florilège :

qui sera contre
- « que la commune soit un lieu de vie et de prospérité »
- « que la commune doit être géré d’une manière irréprochable et avec intégrité »

Qui refuserait que sa commune
- « améliore constamment le cadre de vie »
- « place la fraternité au cœur du projet municipal. »

On imagine aisément qu’un candidat maire présentant un programme contraire finisse ses jours dans un établissement spécialisé.

De qui se moque–t-on ?

Mais cela n’est pas tout. Entre la partie réservée aux croyances “parce que nous croyons“ et celle consacrée aux engagements, un texte articulant l’ensemble nous précise :

« Parce que nous voulons prolonger dans nos communes les réformes menées au niveau national et ainsi répondre à la soif de changement de nos concitoyens… »

Pour toutes les équipes du Mouvement Démocrates qui se sont lancées dans des partenariats locaux, ou qui l’envisagent, avec des listes où figurent des membres de l’UMP, nous devons profiter de la fenêtre de tir médiatique pour :

- Refuser de signer cette charte
- Dissuader les candidats issus de ce parti de recevoir des ministres du gouvernement dans leur ville
- Nous abstenir de figurer dans les rassemblements organisés avec des vedettes UMP du gouvernement ou de ce parti
- Dénoncer par un communiqué dans la presse locale, dans les médias cette façon d’agir.

Quel étrange président avons-nous là, qui non content d’être Président de la République et premier ministre, veut aussi gouverner nos mairies, où s’arrêtera t-il… ?

Il faut que le Mouvement Démocrate déjoue cet amalgame qui a pour but, entre autres, de déconsidérer et disqualifier notre mouvement aux yeux de l’opinion publique.

Nous n’avons plus vocation à servir d’asphalte au rouleau compresseur de l’UMP, ni à nous faire écraser dans l’étau du bipartisme.

Nous devons affirmer notre soutien à la liste municipale de notre choix et publiciser notre défiance quant à ce gouvernement et au projet de ce président, si cela est nécessaire.

Nous ne sommes pas dans la majorité présidentielle.

Nous avons à jouer notre partition, et faire entendre notre musique singulière, qui est faite de nuance, de complexité, et d’engagement constructif auprès et pour les populations.

L’ensemble de nos adhérents, de nos électeurs et une grande partie du corps électoral nous en sauront gré !

Noté 4.1/5 (014 votants)

La réponse de tahar, coeur de lyon

Posté le 16 janvier 2008, à 00h 27mn 54s
Non à la politisation des élections municipales

En lisant et relisant votre article, je note quelques incohérences que l’on retrouve aujourd’hui sur le terrain. D’un côté, vous sigmatisez l’attitude de ’UMP qui après avoir mis la main sur les institutions politiques, les médias, destabilisez les partis politiques en pratiquant l’ouverture débauchage en direction du centre et de la gauche tente aujourd’hui de faire une opa non amicale sur les communes de France et en même temps vous ne proposez pas grand chose pour contrer cette offenensive de l’ump. L’idée de faire du local pour le local est un argument adopté par tous les candidats. Ce qui m’inquiète, c’est qu’en réalité il n’y a aucune réaction à cette offensive et je dirai même que la la plupart pour ne pas osé dire la majorité des candidats investis par le MoDem se sont déjà engagés à signer des accords de desistement en faveur de l’UMP et dans beaucoup de cas , il n’y aura même pas de liste autonome au premier tour. Alors pourquoi crier au loup et dans le même temps lui ouvrir grand les portes.

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 16 janvier 2008, à 06h 42mn 44s
désistement

"houhou" : " la plupart pour ne pas osé dire la majorité des candidats investis par le MoDem se sont déjà engagés à signer des accords de desistement en faveur de l’UMP"

Où avez-vous trouvé un truc pareil ? cette phrase relève, à ma connaissance, de la désinformation.

La réponse de houhou

Posté le 16 janvier 2008, à 13h 21mn 18s
désistement

Rendez vous au lendemain du premier tour des municpales, on en reparlera amicalement et sans faux semblant et je me ferai un plasir de faire mon méa-culpa et présenter des excuses officielles à l’ensemble des militants du Modem si j’ai eu tord. Le problème , c’est qi’on réagit toujours avec un temps de retard. ragardez, ce qui s’est passé avec Lagarde. avan t les législatives, il avait été chargé des investitures du MoDem dans sa région. Une fois élu, il passe au NC et on apprend aujourd’hui qu’il avait veillé à ne pas géner les candidats UMP.

A Lyon avec Mercier on est dans la même situation et l’acteur principal ne s’en cache nullement

Tahar, coeur de Lyon

» Modem en ligne de mire

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 16 janvier 2008, à 18h 23mn 36s
excuses officielles

Je constate déjà que vous n’apportez aucun élément de fait permettant d’étayer votre affirmation sur une "majorité" de négociations en cours avec l’UMP. Cette affirmation n’était pas présentée comme une prévision, mais comme un fait avéré. C’était donc bien de la désinformation.

La réponse de Etoile66

Posté le 14 janvier 2008, à 10h 18mn 38s
Elections municipales - l’impératif, ce sont les PROPOSITIONS CONCRETES !

Après avoir lu votre "papier", je n’ai qu’un seul voeu pour notre Mouvement Démocrate :

Que ces élections municipales soient un terreau sur lequel poussent les PROPOSITIONS CONCRETES du Mouvement Démocrate, au plus près du terrain et des habitants de notre pays. Ce devrait être un patch-work de propositions concrètes en solution efficace aux immenses problèmes que rencontrent les habitants des territoires - et des villes.

Car c’est uniquement à leur écoute que l’on peut se forger une opinion et une réflexion sur ce qu’il convient de faire - et c’est en planchant avec des personnes spécialistes et habituées à la réflexion que nous arriverons à formuler des propositions qui se traduiront en offre politique solide pour notre pays.

Nous avons lancé cette vaste entreprise de formulation des idées et propositions MoDem, www.projetdemocrate.eu . Après lecture de votre article, je viens d’y créer une rubrique "Recueil des propositions MoDem issues du terrain pendant les municipales" qui recueillera les idées pertinentes et originales issues de cette réflexion au plus près de nos concitoyens.

Car c’est d’eux, c’est de leurs enfants et de leur avenir qu’il s’agit.

»

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 14 janvier 2008, à 09h 36mn 47s
(Réponse postée le 14 janvier et signée Luc Mantello)

La politique c’est aussi l’espoir et c’est déjà fabuleux d’y croire de nouveau, le Mouvement démocrate n’est pas que Bayrou, c’est lui qui l’a imaginer, mais c’est surtout des dizaines de milliers de militants sincères qui refusent le schéma neoconservateur ou socialiste.

Il y a aujourd’hui et enfin une vraie alternative, une maison a construire ensemble qui s’inspire de et respecte nos valeurs, liberté, égalité, fraternité et laïcité, importance de la culture et de la connaissance, capitalisme raisonné et impératif de la juste redistribution, et prend en compte l’avenir l’économie durable.

Donc conclusion pas de compromis, nous avons des accords, ceux du 10 décembre : SORTIR DE LA LOGIQUE DES PARTIS, le président Bayrou nous a montrer le chemin, à nous de savoir la route qu’il faut prendre en conviction.

Luc Mantello

PS : édité par l’administrateur, le nom du lien a été rectifié.

» Républicains Radicaux

La réponse de mpa73

Posté le 13 janvier 2008, à 16h 07mn 51s
Non à la politisation des élections municipales

Merci pour cet article Olivier. Le mouvement démocrate joue, avec les municipales, une partie bien périlleuse. Ces élections arrivent alors que le mouvement est encore en création et peuvent nous apporter le meilleur comme le pire. En tout cas, nous nous devons effectivement d’avoir un positionnement très clair et affirmer que nous ne soutenons en aucun cas le gouvernement et la politique de M. Sarkozy, même dans le cas où localement des alliances sont conclues avec des candidat ump pour les municipales.

Posté le 12 janvier 2008, à 17h 12mn 42s
Non à la politisation des élections municipales

Je peux comprendre ce que vous voulez dire par ce titre, mais il faut avouer que votre expression est si mal choisie que c’en est risible. Si on dépolitise les élections politiques, alors où va-t-on ? Ne faudrait-il pas dénationaliser l’élection de Miss France, tant qu’on y est ?

Posté le 13 janvier 2008, à 10h 45mn 55s
Non à la politisation des élections municipales

Bien sur, cher ami, si l’on est partisan de la bipolarisation, il faut imperativement politiser les élections municipales.Et reconnaitre qu’on suit aveuglément les consignes des deux grands partis.

La réponse de Logosthène

Posté le 13 janvier 2008, à 10h 57mn 51s
Restons pertinents

Ce qui qui est risible c’est ce genre de jugement de valeur qui disqualifie le propos d’autrui. Le mot politisation est sans aucun doute employé dans son sens péjoratif. Ainsi, cher répondant, vous avez manqué le point à débattre. Il ne s’agit pas de se priver de considérer politiquement des élections politiques, mais de refuser d’introduire un débat de politique nationale partisane dans des débats politiques locaux. Car ces derniers visent des problèmes urbains ou ruraux dépassant les clivages et les stratégies partisans. Enfin, sachez que l’on ne vote pas nécessairement aux élections locales comme aux élections nationales. Il existe des écarts évidents entre ces types de résultats. Pour conclure, restons rationnels et de bonne foi, ne transformons pas le propos des adversaires pour mieux faire valoir le sien.

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour