« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

En lien

Régions démocrates, "régions en mouvement"

Franz Vasseur présente les listes "en mouvement" au scrutin interne du MoDem

, 27 décembre 2007

Vu 4652 fois | 2 commentaire(s) | Noté 3.0/5 par 010 votant(s)

180 conseillers nationaux Démocrates seront élus en janvier, par listes régionales : dans la moitié environ des régions, il devrait y avoir des listes "en mouvement". Interview de l’un de leurs initiateurs, Franz Vasseur.

FrédéricLN : Je reçois il y a un quart d’heure un mail d’un adhérent, qui m’invite à soutenir les listes democratiedurable.org… De quoi s’agit-il ?

Franz Vasseur : Cet e-mail retarde un petit peu ! Notre étiquette nationale est "Régions en mouvement" (regions-en-mouvement.fr).

Notre plate-forme est la suite d’un manifeste "Démocratie durable" que j’ai proposé, avec des contributeurs comme Laure Leforestier de Normandie et Farid Taha de Picardie. Une démocratie durable, c’est une démocratie qui fonctionne bien, représentative, équilibrée, et efficace dans la durée.

Avec Jean-Eric Branaa et d’autres, nous avons eu cette idée de "Régions en mouvement", plate-forme déclinée "Alsace en mouvement", "Bretagne en mouvement", "PACA en mouvement", "Ile de France en mouvement" etc.

Dans la profession de foi, deux tiers sont communs à toutes les régions, le derniers tiers est proposé par les adhérents de chaque région concernée sur les problématiques propres à la région.

Sur regions-en-mouvement.fr, tu peux découvrir la plate-forme commune à toutes ces listes. Elle est fondée sur trois principes : représenter la diversité des adhérents, favoriser un équilibre des pouvoirs intelligent et efficace, être une force de proposition constructive. Ce sont les trois missions statutaires du Conseil National.

"Notre" étiquette, mais qui c’est, "nous" ?

Nous, c’est certains membres des Démocrates en Mouvement (avec qui on a travaillé sur les statuts au Congrès, voir www.dmouv.org, Laure Leforestier, Eric Julliard, Jean-Eric Branaa, Farid Taha, etc.), c’est Génération Démocrate (Sébastien Perros), c’est l’Europe au MoDem (Pascal Hureau),… Il y a aussi Antonio Duarte (Responsable du Pôle projet pour les Municipales de Paris), et pas mal d’adhérents sur environ quinze régions, que nous coordonnons avec Jean-Eric Branaa, qui s’est occupé de la constitution des listes. Maintenant, Jean-Eric s’occupe surtout de l’Ile-de-France avec son équipe. Et je m’occupe de la coordination des régions avec Eric Julliard.

Le principe : avant toute chose, chaque région se gère seule avec un responsable à chaque fois. On veut qu’il y ait autonomie de chaque région : on se borne à proposer des idées, et à coordonner des listes se constituent en toute autonomie. C’est le principe de subsidiarité : on n’intervient que sur demande.

Une quinzaine de régions ont un responsable qui monte une équipe, on demande qu’elle soit la plus représentative possible.

Représentative… ?

Des gens de toutes origines politiques. Sans exclusive.

Ton pronostic, c’est que vous ayez des listes complètes dans combien de régions ?

16 ou 17, ce serait très bien. A 10, on aura déjà rempli le contrat.

Quels canaux avez-vous pour toucher les adhérents ?

Généralement, les responsables régionaux sont des gens qui sont dans les fédérations. Certaines fédérations ont désigné par le vote leurs candidats "Régions en Mouvement" : en Picardie, ce devrait être le cas. Dans d’autres régions, ça se fait autrement. Par exemple en Ile-de-France, je ne crois pas qu’il y ait une liste officielle constituée par un vote des adhérents, on aura une liste "Ile-de-France en Mouvement" qui sera une parmi d’autres.

Quelles personnes peux-tu déjà citer, parmi les têtes de liste ?

Ce sera bientôt en ligne sur le site. Tout n’est pas fait ! Et les derniers jours sont les plus périlleux. Mais d’ores et déjà : Jean-Eric Branaa sur Paris, Philippe Vignon en Languedoc-Rousillon, Christine Bodey-Gérard en Rhône-Alpes, Sandra Cappi en Pays de Loire, Farid Taha en Picardie, Laure Leforestier en Haute-Normandie, Franck Lelièvre en Basse-Normandie…

Qu’est-ce qui permettra aux adhérents de se rendre compte si les élus "Régions en Mouvement" tiennent leurs engagements ?

Avant chaque Conseil National, on va proposer une réunion des "Régions en Mouvement" pour échanger sur l’actualité, afin d’avoir une position un peu cohérente ; au Conseil on participera de façon intelligente et mesurée : on est plutôt légitimistes ; après le Conseil on fera un compte-rendu public sur nos actions, qui sera aussi envoyé à ceux qui veulent.

L’autre engagement qu’on prend, c’est qu’on permettra l’exercice du droit de saisine : sur le site de Régions en Mouvement, il y aura une page où les adhérents pourront poser des questions, et on relaiera ces saisines. Bien sûr, si cette fonction est créée sur mouvementdemocrate.fr, ce ne sera pas nécessaire, mais on sera le relais et l’écho des demandes de saisine. Notamment pour ceux qui n’ont pas internet.

Beaucoup d’adhérents du MoDem, et François Bayrou lui-même, veulent que le Mouvement vive dans le cadre de ses instances régulières, et non dans celui de courants concurrents qui s’organiseraient, auraient leur vie propre. Qu’est-ce qui différencie Régions en Mouvement d’un "courant" comment en connaissent le PS ou les Verts ?

Qu’est-ce qu’un courant ? Je ne connais pas la définition des courants du PS ! J’ai l’impression que ce sont plutôt des courants autour de personnes concurrentes, non ? Ce n’est pas le cas au MoDem où il n’y a qu’un seul leader d’envergure nationale. Donc non, ce n’est absolument pas un courant.

Nous, c’est simplement pour faire vivre les instances du Mouvement Démocrate. L’objectif principal, c’est de faire se rencontrer les gens de régions à région. Et déjà de département à département au sein d’une région.

Est-ce que tu penses que cette connection manque dans le fonctionnement habituel du MoDem ?

Si on n’avait pas fait la coordination Régions en Mouvement, je ne sais pas comment il y aurait eu des listes pour les élections. Le mode de scrutin arrêté par les statuts - c’est-à-dire des listes régionales - fait que la plupart des adhérents ne voyaient pas comment faire pour se présenter ! Aller à sa fédération départementale, oui, mais il faut se mettre en contact avec les autres départements pour constituer une liste au niveau de la région.

Nous voulons faire se rencontrer des gens autour de valeurs communes, qui ne sont rien d’autre que le programme de François Bayrou décliné dans les régions.

Avez-vous, en faisant cela, rencontré d’autres dynamiques, d’autres gens qui préparaient des listes avec des objectifs comparables ?

Quitterie Delmas participe à la préparation de listes qui s’appellent "3R". Son objectif est proche de l’un des nôtres, sur la démocratie interne. C’est très bien qu’il y ait ces autres listes !

Alors que ce sont les mêmes objectifs ?

La profession de foi 3R est très axée sur le règlement intérieur du Mouvement Démocrate, ce qui pour nous est bien, mais pas suffisant. Le Conseil National, Parlement du Mouvement démocrate, a trois missions :
- effectivement l’équilibre des pouvoirs et le règlement intérieur - on est très proches de 3R sur cet axe-là ;
- ce qu’on ajoute, c’est la représentation de la diversité des adhérents et de faire en sorte que chacun soit reconnu et puisse agir efficacement ;
- et c’est d’être une force de proposition dans le contenu politique, pour chaque échéance électorale.

Et puis notre support, ce sont les régions, et pas que Paris et l’Ile-de-France. La France ne se résume pas à Paris, bien au contraire.

Comment être une force de proposition dans le contenu politique, si vous êtes simplement sur le programme de François Bayrou ?

En transformant les idées présentées à la présidentielle pour les appliquer à l’échelle régionale et locale, de façon concrète et pragmatique. Par exemple, on propose de mettre en place une boîte à outils de mesures où les candidats aux municipales pourront piocher, pour les adapter dans leur propre programme. Voilà ce que nous appelons "être force de proposition".

Le manifeste Régions en Mouvement est assez court pour être lu intégralement, mais tout de même, si tu devais donner "la raison essentielle de soutenir les listes Régions en Mouvement ", ce serait quoi ?

Représenter la diversité des adhérents, favoriser un équilibre des pouvoirs intelligent et efficace, être une force de proposition constructive : ces trois axes-là doivent aller ensemble pour que le Conseil National remplisse sa mission.

entretien réalisé le 26 décembre après-midi par téléphone, complété ensuite par échange de mails

Texte modifié le 28 décembre à la demande de Franz Vasseur, pour corriger une imprécision

Noté 3.0/5 (010 votants)

La réponse de Militant Modem

Posté le 9 janvier 2008, à 10h 41mn 08s
"régions en mouvement" risque de casser l’élan du MoDem

Je n’aime pas du tout les propos non rassembleur de ce "régions en mouvement". Ils ont un discour qui propose un courant au sein du MOUVEMENT DEMOCRATE.

Posté le 28 décembre 2007, à 13h 50mn 37s
en mouvement les jeunes !

Pour une représentation du MoDem à l’ université !! :

http://assasdemocrates.unblog.fr

Les étudiants se bougent ... aidons les ! :)

» universités

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour