« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

» PACA

Les HLM, lieux à investir

, 23 décembre 2007

Vu 2662 fois | 4 commentaire(s) | Noté 3.8/5 par 05 votant(s)

Pendant la campagne présidentielle, je suis allé distribuer des tracts au Point du Jour, quartier HLM. J’ai été révolté par l’état des parties communes des bâtiments de ces HLM : portes cassées, interphones explosés, boîtes aux lettres détruites, égouts qui débordent dans la cour avec les odeurs correspondantes,…

…Détritus variés dans les jardins d’enfants et partout dans les massifs ou les recoins, végétation totalement à l’abandon, escaliers et rampes qui n’ont pas dû être repeintes depuis la livraison des bâtiments…

Lorsque l’on en parle à ceux qui sont aux affaires, la réponse est systématiquement la même "ils cassent tout, et quant on refait, c’est saccagé immédiatement". Peut-être, mais je pense que c’est un peu court comme réponse.

Tout d’abord, lorsque j’ai habité 3 ans dans des HLM, au Vallon des Fleurs à Nice, j’ai pu apprécier la totale incompétence des responsables et le profond mépris de l’OPAM pour les habitants.

Un jour que je discutais avec la femme de ménage de ma tour, elle m’expliquait que cela faisait plusieurs jours qu’elle faisait le ménage à l’eau, car il n’y avait plus de produits ménagers. Allez motiver le personnel après ça.

Je pourrais vous parler des boites aux lettres qui sont remplacées par des neuves, mais dont on ne donne pas les clés aux habitants ; des volets cassés au rez de chaussée qui n’ont jamais été réparés en 3 ans ; d’un digicode installé alors que les interphones sont cassés, et qui finit avec le code 1234 gravé au-dessus sur le mur ; de cafards de 5 cm qui courent dans l’appartement en remontant probablement par les bouches d’aération depuis les locaux à poubelles rarement nettoyés et encore moins désinsectisés ; d’un ascenseur sur le demi palier rendant la tour inaccessible aux personnes à mobilité réduite, si tant est qu’il n’est pas en panne...

Toutes ces petites nuisances, dans un HLM réputé pourtant tranquille de Nice, sans "familles à problèmes" ni difficultés de voisinage particulières, sans dégradations notables par les habitants.

De mon point de vue, lorsque l’on rassemble dans un même lieu, des gens à faible pouvoir d’achat, pouvant pour certains avoir des problème sociaux, dont une grosse partie sont étrangers, et dont l’emploi est souvent précaire, il faut s’attendre à avoir à gérer cette population autrement. La gestion de leur lieu de vie ne peut pas être la même que pour le reste de la population. En rassemblant au même endroit une forte densité de gens fragiles, la collectivité doit investir pour les protéger plus que pour les autres citoyens. Dans une population avec un plus grand nombre de problèmes que la moyenne (précarité, chômage, endettement, transport...), il est logique qu’il y a ait plus de problèmes à résoudre.

Pourtant l’office HLM se comporte comme il le ferait avec des propriétaires d’une zone pavillonnaire. Les personnels ne sont pas mieux formés, les solutions techniques ne tiennent pas compte des contraintes spécifiques, l’entretien est inférieur alors qu’il devrait être supérieur...

Il devrait y avoir des concierges en charge des relations humaines et de la plantation de fleurs, les parties communes devraient être remises en état continuellement pour ne pas laisser s’installer une perte des valeurs et du respect de l’environnement. Les habitants devraient être associés aux projets de réhabilitation, avec éventuellement une rémunération pour ceux qui participent.

Ce site devrait être une vraie zone d’investissement humain, que ce soit à l’endroit des habitants, mais aussi des acteurs sociaux qui sont demandeurs d’une visibilité dans le temps. Mettre comme projet que la collectivité assume son rôle et en paye le prix, dans le temps, dans le long terme.

La réponse du maire de Saint-Laurent-du-Var, Henri Revel est le projet de démolition d’une partie de ces logements. Pourquoi pas, mais qu’est-ce qui est proposé comme alternative ? Les habitants auront-ils leur mot à dire ? Et en attendant, on laisse pourrir les bâtiments, le moral des habitants et la moindre chance de responsabiliser ces "citoyens" à l’abandon ?


Publié le 21 novembre sur "Citoyens prenez le pouvoir"

Les étudiants boursiers vivant en couple pouvaient prétendre à un logement en HLM, sous-loué par le CROUS

Aujourd’hui Azur Habitat

Le maire était un membre de droit de l’OPAM, mais il l’a quitté afin que ne puisse pas lui être reproché les décisions qui y sont prises.

Noté 3.8/5 (05 votants)

La réponse de Dianae

Posté le 24 décembre 2007, à 12h 31mn 05s
Les HLM, lieux à investir

Il y a une chose que je ne comprends pas : pourquoi les gens ne se mobilisent-ils pas pour défendre eux-mêmes leurs intérêts ? Ne peuvent-ils pas organiser une "journée nettoyage" où ils nettoieraient eux-mêmes les partie communes ? Pourquoi tout attendre d’en-haut ? La misère n’est pas une excuse, il y eu d’autres temps où on pouvait être très modeste tout étant propre et digne (mes grands-parents étaient des prolétaires sans éducation vivant dans un quartier très populaire où les rues étaient propres car chacun nettoyait devant chez soi ). Il faut certes arrêter le discours méprisant de certains mais sans pour autant tout justifier sous couvert de victimisation sociale.

La réponse de Cédric Augustin

Posté le 25 décembre 2007, à 18h 47mn 37s
Les HLM, lieux à investir

Beaucoup de locataires qui ne choisissent pas leur logement ont tendance à se considérer de passage, et donc n’investissent pas dans leur environnement comme le font ceux qui ont choisi leur logement et qui savent qu’ils resteront plusieurs années. Parce que ces endroits ne sont pas accueillants, tous rêvent de partir ailleurs Je l’ai brièvement suggéré dans cet article, mais il faut une dynamique de coordination et de responsabilisation, d’où l’idée de concierge et de projet sur le long terme, afin de se projeter dans le temps et surtout la continuité. Avec le temps il devrait être possible de créer des comités de quartier qui ne soient pas seulement contre l’office HLM ou la mairie, mais "pour" le cadre de vie. Mais ce sont des investissements beaucoup plus longs qu’un mandat de maire, avec une population difficile de surcroît. Qui va le faire ?

Posté le 26 décembre 2007, à 10h 30mn 26s
Les HLM, lieux à investir

D’accord avec vous, mais je remarque cette mentalité aussi chez les classes moyennes "supérieures" : ils attendent tout des autres, ils râleront, pesteront mais n’oseront rien dire aux intéressés ou ne prendront pas le temps de le faire. Ils n’ont qu’un seul mot en bouche "y a qu’à". Je constate cela aussi dans mon pays, la Grèce, où les gens étaient pourtant culturellement tout sauf passifs : avec l’amélioration du confort de vie et l’indivualisme croissant depuis une quinzaine d’années, les gens agissent de moins en moins et se comportent comme des consommateurs. En France les concierges étaient un élément important de la vie en collectivité par le suivi matériel et humain qu’ils/elles assuraient mais cela ne serait plus suffisant aujourd’hui car ce qui a changé c’est la mentalité des gens eux-mêmes. Les derniers à réagir sont les représentants des anciennes générations, qui s’investissement encore dans des structures genre "conseil syndical", quelques rares jeunes qui ont le sens du collectif et sont prêts à sacrifier un peu de leur temps de loisir télé pour ça ou des gens qui veulent contrôler ce pour quoi ils paient (mentalité "consommateur" mais agissant). Il y a du boulot pour ré-éduquer les gens dans le sens du collectif...

Posté le 26 décembre 2007, à 10h 16mn 34s
Les HLM, lieux à investir

J’ajouterais que quand mon mari a pris lui-même l’initiative de nettoyer seul les parties comunes de notre cave, encombrées par les affaires abandonnées depuis 8 mois par d’anciens locataires du propriétaire du dessus (dans un immeuble parisien habité que par des classes moyennes), les gens n’ont rien trouvé d’autre à lui dire que "c’est pas à vous de le faire" ! Belle mentalité !

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour