« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

En lien

Le Mouvement Démocrate : un projet de civilisation

, 22 décembre 2007

Vu 4074 fois | 8 commentaire(s) | Noté 3.8/5 par 06 votant(s)

Le projet du Mouvement Démocrate va bien au-delà d’un programme politique, économique et social ; bien au-delà des catalogues de mesures habituellement présentés par les partis politiques. C’est plus qu’un projet de société : c’est un projet de civilisation.

Une "civilisation" lie des sociétés d’hommes qui se construisent sur des valeurs et une culture commune et dans un objectif commun, une même vision du progrès, dans la projection qu’elles se font de l’avenir en commun. Alors que le mot "société" désigne d’une manière générale un groupe de personnes ayant une forme de vie commune.

Paul Valéry nous a avertis : « Nous autres, civilisations, nous savons désormais que nous sommes mortelles ». La civilisation actuelle connaît les premiers signes de sa mortalité, notamment au travers du défi écologique. Mais bien au-delà de cette mortalité physique, elle souffre également de signes de mortalité morale et spirituelle, de perte d’humanité.

Le Projet Démocrate est un projet de civilisation car il repose sur des valeurs, résumées dans une "charte des valeurs", sur une culture humaniste, sur une idée du progrès de l’homme et de l’humanité, enfin sur une éthique, un comportement politique et moral, résumé dans une "charte éthique". Il vise un idéal humaniste, un monde de justice croissante, basé sur la confiance dans le respect de la démocratie et de la république.

Certains détracteurs qualifient le projet démocrate d’utopie, car ils sont convaincus que l’homme est intrinsèquement mauvais, et ne peut être motivé par des valeurs humaines. Selon eux, seuls l’appât du gain, la recherche du pouvoir personnel et du plaisir (physique) peuvent motiver projets et actions. Ils sont cyniques et politiquement suivent les principes de Machiavel décrits dans « Le Prince » :
- 1 La seule motivation doit être le pouvoir
- 2 Il faut s’affranchir de toute morale pour exercer le pouvoir
- 3 L’homme, le peuple comme le Prince, est naturellement mauvais ; il regarde son propre intérêt avant celui d’autrui.

"Utopie" ? Et pourquoi pas ? Une "utopie", c’est un régime politique idéal, qui gouvernerait les hommes parfaitement, une société parfaite (sans injustice par exemple, comme la Callipolis de Socrate) ou encore une communauté d’individus vivant heureux et en harmonie (l’Abbaye de Thélème, dans Gargantua, de Rabelais, en 1534). Le terme a été dévoyé pour désigner une réalité difficilement admissible, un projet irrationnel. Comme si envisager une société idéale, comme un objectif, était incompatible avec le réel.

Il se trouve que cette utopie démocrate nous permet de viser un cap, un projet de civilisation, plutôt que de naviguer à vue sur des mesures à court terme et sans enracinement dans des valeurs. Il se trouve que cette utopie démocrate s’inscrit dans notre monde, qu’elle fait face aux réalités de la mondialisation et de l’économie capitaliste. Et dans ce contexte globalisé, européen et mondial, elle nous permet de reconnaître des priorités nouvelles pour nos actions personnelles, celles des entreprises et de l’État. L’amélioration concrète de nos conditions de vie passe par une représentation objective du monde que nous souhaitons.

Le modèle de civilisation démocrate s’oppose donc à un autre modèle de civilisation, celui du néo-capitalisme. Le modèle néo-capitaliste est basé sur des valeurs matérialistes, la recherche du profit, la valeur de l’argent, sur le règne de l’image, du paraître, au détriment des valeurs humaines et spirituelles. Dans ce modèle règne la loi du plus fort. La mondialisation multiplie son pouvoir en cassant celui des Républiques nationales. Ainsi peut-il générer des inégalités croissantes dans chacune des sociétés de la planète. Il ne sait pas venir à bout de la pauvreté dans le monde, ni prévenir le désastre écologique planétaire : il sert les intérêts matériels et particuliers à court terme au détriment de l’intérêt général à long terme. Il ne paraît pas non plus rendre les gens plus heureux, sinon par une éphémère satisfaction que permet l’argent, le pouvoir d’achat. Ainsi, la domination du monde par ce modèle conduit cette civilisation à sa propre destruction.

Bien sûr, les partisans de ce modèle, les partis politiques qui lui ouvrent la voie, ne clament pas qu’ils recherchent les inégalités croissantes et la loi du plus fort - mais elles sont implicites dans les valeurs matérialistes qu’ils vantent. Ils aiment se proclamer tenants de la Démocratie et de la République, bien qu’ils n’en respectent pas des principes fondamentaux. Leur stratégie politique est basée sur la séduction, le pouvoir des médias, la soumission aux sondages, une forme de populisme, la conservation du pouvoir par les puissants tout en entretenant la passivité des masses, en les divertissant par les jeux, les programmes télévisés, en les faisant rêver par l’entretien d’événements people, le star system, l’espérance de gains où chacun a sa chance (loterie et loto), … et l’illusion que le salut est dans l’action effrénée, quel que soit son aboutissement, du moment que « ça bouge ». C’est la société du « zapping » perpétuel.

Un autre modèle de civilisation a tenté de s’imposer au XXème siècle. Son échec a été matérialisé par la chute du mur de Berlin en 1989, et la Perestroïka en URSS. Ce modèle, le socialo-communisme, passait par l’appropriation des terres et biens de production par l’État, la centralisation extrême du pouvoir et la redistribution des revenus. Il a appauvri la population, déresponsabilisé les citoyens, concentré le pouvoir pour une oligarchie dictatoriale.

Il n’y a plus aujourd’hui que deux modèles de civilisation qui s’affrontent sur notre planète. Leur concurrence alimentera le combat politique des prochaines décennies, pas seulement en France mais également chez nos voisins européens comme aux Etats-Unis et même dans le reste du monde, remplaçant le traditionnel clivage "gauche-droite".
- D’un côté le modèle néo-capitaliste basé sur des valeurs matérialistes, la loi du plus fort, qui génère des inégalités croissantes,
- De l’autre le modèle démocrate et humaniste, fondé sur les valeurs humaines et spirituelles, visant une justice croissante et un développement humain.


À suivre

Noté 3.8/5 (06 votants)

La réponse de Stef91

Posté le 24 décembre 2007, à 14h 08mn 04s
Le Mouvement Démocrate : un projet de civilisation

J’ai relayé votre bel article sur mon blog. Merci beaucoup ! Et vive le Modem, et François Bayrou !

»

La réponse de Etoile66

Posté le 23 décembre 2007, à 21h 31mn 57s
Le Mouvement Démocrate : un projet de civilisation

Merci de ces réflexions qui vont s’imposer de plus en plus. Car il est porté par les Démocrates en France et en Europe. Formuler les différents points de de projet démocrate est l’objet du groupe de travail qui a commencé ses travaux sur : www.projetdemocrate.eu

Il nous faut décliner cette vision politique en argumentaire pouvant être compris de toutes les couches socio-professionnelles de notre pays et affuter le positionnement dans la discussion avec les partis de l’ancien clivage gauche/droite qui ne manqueront pas de l’attaquer. Ces attaques ne seront que bénéfiques car elles contribuent à affiner et conforter cette vision.

Marianne - le magazine - publie cette semaine un grand dossier sur les évènements déclencheurs de Révolutions. Très intéressant de se remémorer ces évènements historiques...

La réponse de BGCJ

Posté le 23 décembre 2007, à 00h 13mn 30s
Le Mouvement Démocrate : un projet de civilisation


- Il y a les grands principes ou visions certes si nécessaires et puis il y a la réalité quotidienne. Les utopies ont fait beaucoup de mal au XIXème et surtout au XXème siècle. Encore une fois, il y a donc des finalités nécessaires et il y a les projets réalisables. Votre réflexion intéressante sur le fond est peu audible aujourd’hui. F.BAYROU roule d’abord pour conquérir la présidence en 2012.

La réponse de Philippe Menestret

Posté le 23 décembre 2007, à 07h 38mn 30s
Le Mouvement Démocrate : un projet de civilisation

Il y a une vie pour le MoDem hors de François Bayrou, à mon avis. Et, je l’espère pour nous, pour lui.

La réponse de phil1968

Posté le 22 décembre 2007, à 13h 00mn 01s
Le Mouvement Démocrate : un projet de Civilisation

Je pense qu’il faut travailler sur la base programmatique développée dans cet article. Il faut y mettre du muscle et du sang maintenant.

La réponse de elaia

Posté le 3 janvier 2008, à 18h 05mn 03s
Le Mouvement Démocrate : un projet de Civilisation

Du muscle, effectivement, et c’est à cela, à mon avis, qu’il est temps de passer. Le modèle de civilisation que nous voulons, les gens commencent à le comprendre, et François Bayrou le définit très clairement dans ses interventions. Reste à montrer comment on y arrive. Car je récuse complètement l’idée d’utopie : nous sommes là pour agir dans le monde comme il va, avec les gens tels qu’ils sontl. Si nous nous donnons l’image de doux rêveurs, nous ne ferons que conforter, par réaction, le cynisme ordinaire où s’enfonce l’opinion et qui la conduit à tout accepter.

Avoir un cap, oui, même s’il est lointain et peut-être inaccessible ; mais pas pour rester à contempler rêveusement l’horizon, pour se mettre à la manoeuvre, chacun à son poste, et faire avancer le navire. Et définir, point par point, secteur par secteur, le projet politique, économique et social dont dépend, nécessairement, la réalisation du modèle de civilisation qui le dépasse effectivement.

C’est à cela, surtout, que devrait servir Internet. Je vois, en haut de cette page, une belle liste d’onglets roses, qui font un vrai programme d’action. Mais, dans le contenu des pages de ce site comme sur les blogs, le dernier onglet a tendance, souvent, à phagocyter tout le reste et il semble que le seul sujet qui intéresse le MoDem, c’est le MoDem.

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 3 janvier 2008, à 21h 15mn 39s
ailleurs qu’au Modem

Je partage (à moitié) votre sentiment. À moitié seulement car, quand on crée un parti, il faut consacrer assez d’énergie à lui donner des fondations solides. C’est comme une association, une entreprise… Si elle n’est pas solide, si elle n’est pas à l’image du monde que nous voulons construire, tous nos discours sur le "projet démocrate" sonneront creux.

À moitié tout de même, pour ce qui concerne France démocrate, son contenu actuel, à 80% Modem, ne correspond pas à mon projet éditorial initial. Mais c’est un fonctionnement en boucle : "le Modem" est un sujet sur lequel l’’info est rare dans la presse (alors que l’info abonde sur les retraites, l’Iran, le temps de travail ou la sécurité urbaine) - donc cela attire des visiteurs, des contributeurs, cela crée une boule de neige sur le sujet modem.

Quand des articles ici abordent d’autres sujets, ils ont très peu de lecteurs. Après tout, il y a plein d’autres endroits où les publier avec plus d’audience (agoravox, etc.).

Comment peut-on éventuellement sortir de la situation actuelle et couvrir le champ "démocrate" au sens large, celui des onglets roses et verts en haut de page ? Ce pourrait être possible si la boule de neige… grossit. Si la communauté de contributeurs est assez grande pour couvrir de nombreux sujets, de nombreuses perspectives.

J’espère que même dans ce cas, FD restera ce qu’il est généralement sur le Modem, un support d’information et parfois de création (plus que d’expression d’opinions, ce qui est déjà très abondant sur la toile).

Et pour ce qui est de concevoir un projet politique de façon collaborative, il faut naturellement des outils dédiés comme celui qu’a initié Danièle. FD n’est pas un support adapté.

Merci pour cette occasion de le dire !

(voir aussi mes 4 questions)

» 4 questions pour l’avenir de France democrate

La réponse de elaia

Posté le 3 janvier 2008, à 23h 27mn 48s
ailleurs qu’au Modem

Naturellement, ce ne serait pas un support adapté, et ma réaction n’était pas du tout une mise en cause de FD, que je trouve magnifiquement conçu ; plutôt une invitation, pour les contributeurs, à se concentrer un peu plus sur les thèmes organiser, proposer, créer, sans trop entrer dans les détails. Parce que, franchement, le jeu du "plus démocrate que moi tu meurs" ou du "qui c’est-y qui représente le mieux les états d’âme de l’adhérent de base ?" qui envahit toutes les rubriques de tous les sites modem commence à fatiguer un peu. Quant au site de Daniele, je n’ai pas encore pu le voir (j’attends que la porte s’ouvre) mais ce qui est dit ici m’a effectivement donné l’envie de m’y inscrire. Bonne année à France Démocrate !

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour