« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

Méthodes de campagne : l’affichage public

, 4 décembre 2007

Vu 2086 fois | 1 commentaire(s) | Noté 4.5/5 par 02 votant(s)

L’affichage libre est stratégique pour qui n’est pas au pouvoir. Il n’y a que lui pour annoncer des réunion publiques, ou simplement afficher l’existence d’une candidature.

Lorsque l’on participe à une campagne électorale, les panneaux d’affichage libre sont le premier élément de la communication que l’on va utiliser. Avant l’ouverture de la campagne officielle, il n’y a que ces panneaux pour annoncer les réunions publiques, ou pour afficher simplement l’existence du ou de la candidate.

J’ai vite compris que l’affichage libre était stratégique pour ceux qui ne sont pas au pouvoir. En effet, que ce soit au gouvernement, au Parlement, au conseil général ou à la mairie, ceux qui sont déjà élus disposent de quantités de moyens d’être visibles dans les média ou les publications, là ou l’opposition n’a aucune visibilité - et je ne parle pas des candidats qui ne sont encore élus à rien. En supprimant panneaux par panneaux, sans les remplacer, les affichages libres (comme le fait la mairie de Saint-Laurent du Var depuis 1 an), c’est autant de visibilité qui est retirée à tout ce qui ne fait pas partie de la majorité municipale.

Pire, le format des panneaux contribue également à réduire la possibilité d’affichage. En effet, pour ma commune, il est impossible de mettre une affiche sans recouvrir celle qui est en dessous. Il n’est pas possible de la mettre à côté. La guerre de l’affichage est donc encouragée entre les partis politiques, les associations et les organisateurs de spectacles. Les partis politiques s’annihilent entre eux, les associations ne communiquent pas, les spectacles sont moins annoncés que dans toutes les autres villes puisque recouverts plus souvent.

Ce n’est évidement pas très important, il y a tant de choses à faire. C’est juste la liberté d’expression qui est réduite. L’été dernier en allant à la Grande Motte, j’y ai observé des affichages publics à TOUS les feux rouges. Assurément un maire qui assume l’expression libre.

Je vous présente ci dessous la démarche de la ville de Livry-Gargan. Trois panneaux, clairs et distincts, entretenus pour que cela reste propre. Un seul mot, bravo.

A lire : les textes de loi relatifs à l’affichage public, cités sur le blog de Fabien.

CedricA (version initiale de ce billet)

Noté 4.5/5 (02 votants)

La réponse de Doppelganger

Posté le 8 janvier 2008, à 10h 31mn 44s
Dévelloper l’affichage public

Il faudrait plus d’espaces d’affichage de ce type et cela dans chaque ville.Trois panneaux c’est bien mais pas suffisant.Il faudrait même mettre en place des panneaux d’expression libre, où tout le monde pourrait écrire, afficher ou dessiner ce qu’il veut.Afin de faire se rencontrer les gens et les idées et décloisonner les villes.

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour