« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

En lien

Marielle de Sarnez : "Servir"

, 2 décembre 2007

Vu 2125 fois | 1 commentaire(s) | Noté 5.0/5 par 04 votant(s)

"Je vous propose d’aller à la rencontre des Français, de les respecter et de les aimer. Nous sommes là pour les servir, pour construire avec eux un chemin d’espoir." C’est la conclusion de Marielle de Sarnez, très applaudie par les 4000 congressistes fondateurs du MoDem, au long de son intervention ce dimanche midi à Villepinte.

"J’ai été très très heureuse du chemin politique que nous avons choisi de faire ensemble, très heureuse de l’humanité et de la générosité que vous avez montrées. En quelque mots, ’nous sommes démocrates’ parce que nous croyons que la première clé pour faire avancer nous un peuple, c’est de lui dire la vérité.

La France est endettée au-delà du possible : rien ne peut se faire sans que cette question ne soit réglée. Demandons que l’interdiction d’un budget en déficit de fonctionnement soit dans la prochaine réforme de la Constitution !

Nous sommes pour la réforme, mais elle ne doit jamais être vécue comme une injustice. On ne peut pas parler des fonctionnaires seulement en termes de suppressions de postes. Il y a besoin d’une approche humaine !

Pour les retraites, il y a 8 années de différence d’espérance de vie selon le boulot qu’on a fait, la justice, c’est de prendre en compte cette inégalité.

Démocrates, nous savons que les réformes doivent se faire en rassemblant et non en opposant. Nous avons besoin de refonder un dialogue social de bonne foi et sans arrière-pensées, une vraie démocratie sociale.

Le point de croissance supplémentaire, ce n’est pas avec les dents qu’il faut le chercher, c’est avec une bonne politique économique…, et je suis un peu perdue entre l’hyper-protectionnisme d’Henri Guaino et l’ultra-libéralisme de Jacques Attali.

La rengaine du ’travailler plus pour gagner plus’ n’est pas la solution miracle.

Un texte de 26 pages pour expliquer comment on fait des heures supplémentaires, est complété par un texte de 25 pages pour expliquer le premier, comment voulez-vous que les PME s’y retrouvent ?

Et on oublie ceux qui ne bénéficient pas d’heures supplémentaires, les millions de nos concitoyens qui rêveraient de faire 35 heures ! ce n’est pas le salarié qui choisit de faire des heures supplémentaires, c’est le carnet de commandes !

La création de deux emplois nouveaux sans charges par entreprise aurait créé de l’emploi et donc de la croissance.

Droite et gauche ont échoué de la même façon depuis 20 ans, et l’exemple le plus évident ce sont nos banlieues : la République française a échoué, il est temps de le reconnaître. Le plus important est de dire que ces Français ne sont pas de seconde zone, ont les mêmes droits et les mêmes devoirs.

Nous sommes démocrates et nous croyons à l’indépendance de la France nous refusons l’alignement de la France sur les Etats-Unis. Il n’y a pas d’Europe politique sans indépendance. Nous voulons, non le commandement intégré de l’OTAN, mais une défense européenne. Les valeurs européennes sont la seule réponse possible à la mondialisation.

Parce que nous sommes démocrates, nous croyons que le continuent africain a une histoire ; que, contrairement à ce que le Président de la République française a affirmé à Dakar, que les hommes et les femmes de ce continent sont entrés depuis bien longtemps dans l’histoire et ont une place à nos côtés.

Il y a un an jour pour jour, sur une place de village des Pyrénées, nous commencions la campagne présidentielle. Je vous propose de continuer, d’aller à la rencontre des Français, de les respecter et de les aimer. Nous sommes là pour les servir, pour construire avec eux un chemin d’espoir."


Notes partielles et non vérifiées sur la bande son. Seul le prononcé et les sites officiels peuvent faire foi.

Noté 5.0/5 (04 votants)

La réponse de Frédéric Lefebvre-Naré

Posté le 2 décembre 2007, à 19h 00mn 54s
un commentaire supprimé

Un commentaire supprimé (anonyme, je ne peux prévenir l’auteur) sur la base des règles de la néthique :

"Attention à votre niveau de langage, vous communiquez avec des gens du monde entier. Soyez prudent avec l’argot et les expressions locales. (…) • Les commentaires injurieux ou agressifs n’ont pas leur place (…)".

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour