« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

Rapport sur le journal d’un fou

Communication et congrès, Imprévu et éruptif, Pascal et Steve

, 2 décembre 2007

Vu 2457 fois | 2 commentaire(s) | Noté 3.6/5 par 017 votant(s)

Note manuscrite ( ?) trouvée dans les poches du malade (cas typique de loghorrée académique aigue avec symptôme de graphomanie -rarissime depuis le début du siècle)

« Internet, méls, blogs and co - votre pain quotidien, amis lecteurs sur écran (que dis-je, le sang qui coule dans vos nerfs et irrigue vos nuits)- est un média éruptif », disait récemment au café de l’Imprévu ou du Prévisible, je ne me souviens pas, le responsable politique français qui en a sans doute saisi le premier ou le plus intensément l’impact de sa survenue en matière de communication publique et, plus globalement, de fonctionnement de la démocratie représentative telle qu’on la pratique sous nos latitudes.

Ainsi entendait-il expliquer à ses jeunes élèves indisciplinées, leur prônant l’indulgence, les résistances, les irritations cutanées ou les incompréhensions de quelques personnes âgées de son entourage aux productions de la blogosphère et à la circulation normalisée de sms-vidéos-clips-intramails-bluetooth-motion-wifi dont ils vivent la circumnavigation tels des tyrannosaures maussades sous l’averse ou une horde d’australopithèques décongelés découvrant avec stupeur et l’œil stupide l’usage de la pierre polie ou du profil Facebook.

Amis du lien, ô vous incarnation postmoderne de Narcisse (le premier à avoir imaginé la communication par surface réfléchissante) et du héros antique Lucky Luke (il commentait plus vite que son ombre), je viens de retrouver dans les combles de mon cabinet de curiosités, sous une panière d’ammonites extrêmement phalloïdes, un fossile de machine à écrire Underwood. Puis, pris de spasmes régressifs, secoué de frissons réactionnaires avancés, je me suis cramponné en hurlant à la lune à un reliquaire contenant un fragment de papier bible, une boulette de papier journal et un marque-page. »

Le reste, illisible.

Internement d’office au Steve Job’s Hospital, pavillon des incurables.

A son arrivée, le malade marmonnait des phrases entendues ou glanées, des bribes de dialogues, dont il paraissait ne pas avoir saisi l’enchaînement logique ou la convergence idiomatique, probablement glanées ça et là dans la journée précédant son hospitalisation.

« Nous sommes en résistance contre l’idée que le citoyen ne soit pas autre chose qu’une cible de communication. »

« Est-ce qu’un média démocrate peut intéresser autrement qu’en parlant du MoDem ? »

« Je n’ai pas peut être pas tout saisi... est ce pour faire un "Agoravox "démocrato-centriste" avec de l’orangina dedans ? »

« Toujours pas de programme en ligne sur le site http://www.congres-udf-modem.fr/ ... c’est fou ! On arrive à faire venir les militants sans leur dire pour quoi et quand ! »

Le reste, incompréhensible.

L’homme se cramponnait en bavant à un exemplaire des « Pensées » ( ?) d’un certain « Pascal » - un membre de son entourage probablement affecté par la même pathologie » - portant la mention « Auteurs Classiques Collection René Vaubourdolle » sans aucune mention de website d’origine.

A été mis sous perfusion et branché sur modem intégré.

Résistant au traitement, continue à hurler haut et fort.

Je soussigné, professeur Http, diplômé de la Faculté FLNQD, le diagnostic de mon éminent confrère : le malade est gogol.

PS : Cher ami, une curiosité dans les phases délirantes aigues : d’où peut-il sortir cette phrase qu’il semble avoir lue ou entendue : « La politique est aujourd’hui un jeu pour nantis », sans lien apparent avec le reste de son discours ? Et ses gémissements où l’on peut discerner les mots « secte » ou l’expression « onanisme juvénile » ?

Mes amitiés à votre épouse. Espère vous retrouver sur Refesonslemonde.blog ou, en non-virtuel, au Rotary ou au Café du Commerce, à votre convenance.

Noté 3.6/5 (017 votants)

La réponse de ArnaudH

Posté le 2 décembre 2007, à 10h 57mn 48s
Rapport sur le journal d’un fou

"Est-ce qu’un média démocrate peut intéresser autrement qu’en parlant du MoDem ?" Je crois que tu viens de démontrer que oui (bon mis à part la bonne dizaine de références et clins d’oeils, lol, mais bon, faut démarrer en faisant du teasing !) Magnifique billet, merci !

La réponse de Carlos

Posté le 2 décembre 2007, à 22h 48mn 04s
Rapport sur le journal d’un fou

Au vu de certains topics du bistrot, je sais que ça existe, y compris sur FA, y en a certains qui font la gueule. Enfin la il y a les MP, et puis j’ai enlevé mon adresse de mon profil depuis un moment dejà...on ne sait jamais. C’est sur que pour trouver les motivations, il faut pas chercher une explication rationnelle... J’ai pas de Scanner hélas, mais c’est vraiment une drôle d’écriture, genre la personne fait ses lettres majuscules à l’ancienne, alors ça + les timbres...ça fait très "maniaque". La personne si tu lis mon premier post affirme être "la mère de la cousine de la fille de Sandrine Escabô" et s’appeler "Cunégonde" avec le même nom. J’ai oublié un dernier détail, l’expéditeur s’est amusé à écrire à l’intérieur de l’enveloppe elle-même "salut !" et en dessous "haha" C’est peut être un jeu de piste...surement que si je faisais appel à Columbo, il me trouverait le ou la responsable en deux temps trois mouvements. Ca veut rien dire justement... ça peut bien être un mec qui a voulu se faire passer pour une femme.Un indice, si l’enveloppe est faite avec de la peau humaine séchée, tu as bien à faire à un psychopathe. Tant qu’on ne souhaite pas TA mort tu peux pas porter plainte soi-disant. Le mieux à faire c’est de prendre 15 jours de congé et de te poster à ta fenêtre avec vue sur la boite aux lettres et d’attendre de voir ce qui se passe. Si tu vois quelqu’un qui met une lettre dans ta boite, tu le fracasses à coup de batte de baseball dans la nuque et sur la tempe(sauf si il est habillé en bleu et jaune et qu’il est sur une mobylette...ah ah !! Allez tu dégages, tu fais chier tout le monde, médiocre personnage laborieux.

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour