FRANCE DEMOCRATE

Accueil > Reportage > La "fédération internet" du MoDem secouée mais intacte

La "fédération internet" du MoDem secouée mais intacte

Débat sur les statuts au Congrès fondateur de Villepinte

samedi 1er décembre 2007, par FrédéricLN

Le projet de statuts du Mouvement Démocrate prévoient une organisation en "Mouvements départementaux" ou "thématiques", ainsi qu’une "fédération internet". Bizarrerie de vocabulaire ? Ce sera pourtant le résultat final des débats.

Sur les 80 amendements proposés au Congrès, le 47ème proposait de revenir au terme de "fédération départementale" au lieu de "Mouvement départemental". Il a été soumis au vote et rejeté, mais avec environ 200 voix pour sur les quelque 3000 congressistes.

"J’ai toujours été gêné par le mot fédération", a alors témoigné François Bayrou : "car il devrait signifier association d’entités différentes, et dans les partis il signifie démembrement de l’organisation nationale".

Une heure de débats plus tard, ou à peu près, l’amendement 66 propose la suppression de la fédération internet.

Bruno Voyer, porteur de cet amendement : "les seuls adhérents doivent être départementaux. Sinon des adhérents prendront position sur internet en-dehors de tout moyen de contrôle !"

Position frappante : créer une fédération ne serait-il pas, justement, un moyen de contrôle ? Pour l’orateur, manifestement, seule une fédération départementale peut l’être.

Cédric Augustin intervient au micro : que les statuts aient prévu des "fédérations thématiques ou spécialisées, c’est extrêmement important. Plutôt qu’une fédération internet, ce doit être une fédération thématique comme les autres."

François Bayrou : "je voudrais défendre amicalement le point de vue inverse. Chacun peut avoir des réactions quelquefois épidermiques à l’égard de l’évolution des temps. L’évolution des temps, le changement des pratiques sociales, sont le cadre dans lequel un mouvement politique vit.

Internet a des inconvénients ? des avantages ? moi je dis, ça a sa logique propre. Une logique de rencontre, c’est vrai, non physique, non géographique. Je comprendrais ton amendement, Bruno, s’il s’agissait de substituer la fédération internet aux fédérations géographiques.

Internet est une modalité de travail en commun. Ce sera un des cadres du succès d’un mouvement comme le nôtre. C’est pourquoi je pense très nécessaire qu’en incitant les adhérents à sortir de l’isolement, un Mouvement comme le nôtre soit capable d’indiquer qu’il a compris ce qui se passait sur internet, et est prêt à le prendre comme principe de développement, et non à le rejeter comme si c’était un danger.

Montrons notre compréhension de cette formidable et fantastique, très riche, très éruptive, très importante évolution des temps."

Et après que Bruno Voyer ait redemandé un strict contrôle de ce qui se dit sur internet, François Bayrou remarque :

"Pour une fois, le mot fédération est juste pour internet : c’est l’agrégation de choses différentes, ce mot va nous servir à montrer la différence par rapport aux mouvements départementaux. Je suis assez content de l’avoir trouvé !

Je mets aux voix, en m’apprêtant à voter contre. Où est ma carte de vote ?…

L’amendement est rejeté, mais il y a une forte minorité : ça montre aux internautes que leurs codes font un peu trop ’tribu’, qu’il faut un effort de compréhension réciproque !"

Messages