« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

En lien

Donner moyen à chaque adhérent d’en contacter d’autres !

La demande n°1 d’adhérents valdoisiens concernant les statuts

, 21 novembre 2007

Vu 3142 fois | 0 commentaire(s) | Noté 5.0/5 par 01 votant(s)

"Envoyer à chaque adhérent une invitation à contacter un correspondant local, dont on lui donne les coordonnées complètes"

C’est l’une des recommandations de l’atelier "Organisation et animation du Mouvement démocrate" qui s’est tenu lors de la Journée départementale, samedi 6 octobre.

Cette Journée départementale était organisée à Eaubonne ; tous les adhérents Démocrates y avaient été conviés - environ 35 personnes présentes. Plusieurs ateliers se déroulaient en parallèle, dont un sur l’organisation et les statuts.

J’ai eu le plaisir d’animer cet atelier, dont le compte-rendu est joint. J’ai été frappé par le caractère concret, social plutôt que juridique, des attentes et propositions de ces adhérents - alors que mon intention était plutôt de déboucher sur des dispositions statutaires.

En fin de réunion, nous avons élaboré et approuvé, à l’unanimité des sept participants, la synthèse suivante. Ses 7 propositions concrètes ont été approuvées, une par une, en réunion plénière.


"Adhérents du Val d’Oise, nous avons réussi depuis juin…
- à prendre contact avec le Mouvement
- à échanger des idées
- pour certains, à se rencontrer et entrer dans un Mouvement.

Nous souhaitons que les statuts du Mouvement démocrate nous permettent…
- d’être ensemble avec nos idées et expériences différentes
- de faire des choix, des synthèses, des propositions concrètes.

Le Mouvement doit devenir actif.

Nous appelons les responsables nationaux et locaux à :
- Demander systématiquement à chaque adhérent si ses coordonnées peuvent être rendues publiques pour les adhérents (via un annuaire internet p.ex.)
- Inclure parmi les devoirs du détenteur local de la liste des adhérents (responsable ou correspondant ou référent …), de prendre un rendez-vous personnel et physique avec chaque adhérent .
- Envoyer à chaque adhérent une invitation à contacter un correspondant local, dont on lui donne les coordonnées complètes : téléphone, courrier postal et mail
.
- Diffuser fréquemment de l’information par mail, par exemple via listes de discussion.
- "Binômer" internautes et non-internautes : que chaque personne qui va rarement sur internet ait dans le groupe local un "binôme" chargé de lui faire passer par téléphone toutes les informations importantes.
- Faire la publicité des réunions locales du Mouvement - qu’elles soient donc ouvertes aux non-adhérents. C’est par la convivialité et l’accueil dans nos réunions que nous donnerons envie de nous rejoindre.
- ’À 10 personnes, on peut travailler’ : mettre en relation les adhérents de communes petites et moyennes proches, pour que se constituent effectivement des groupes actifs."


J’y ajoute mes impressions.

Vu du point de vue de ces militants, l’enjeu central est ailleurs que dans les questions débattues dans l’appareil (découpage territorial, confédération ou non, poids de tel type de gens dans les instances, niveau des investitures…) - toutes ces questions d’appareil, les participants les ont reconnues comme importantes (en les lisant la liste que j’avais préparée), importantes mais secondes.

L’enjeu est ici : un adhérent est en mesure d’agir et de peser, d’être partie prenante du Mouvement, … donc de rester demain, s’il est en contact physique avec d’autres.

Comment faire en pratique dans les statuts, l’organisation, pour que demain il ait ce contact ?

Jusqu’à maintenant, l’organisation et les statuts ne le permettent que dans les rares endroits où des responsables locaux en ont le temps et y ont intérêt (et ils y ont objectivement intérêt… s’ils sont marginalisés dans les réseaux de pouvoir municipaux ou départementaux).

Ce contact existe aussi pour les fans-fans d’internet, mais ils n’arrivent guère à rencontrer que d’autres fans d’internet ; ou bien ils trouvent l’adresse mail de responsables locaux qui leur répondront… ou pas.

Une fois qu’un contact physique est établi entre adhérents, que le réseau se constitue, ce réseau est en mesure d’agir ; de surmonter les barrières statutaires si hélas il en apparaît de contre-productives ; de construire de l’organisation là où les statuts l’auraient oubliée.

Bref, le réseau s’auto-développe et s’auto-répare … si on l’initie, si on permet aux gens de se rencontrer, de nouer des liens.


Publication initiale sur bayrouargenteuil.free.fr.

Compte-rendu complet avec exposé de la méthode

proposition adoptée à l’unanimité en réunion plénière

Noté 5.0/5 (01 votants)

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour