« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

Méphistophélès répond à Jean-Louis Bourlanges

, 9 novembre 2007

Vu 1441 fois | 1 commentaire(s) | Noté 5.0/5 par 02 votant(s)

Jean-Louis Bourlanges, ou tel est pris par l’illusion qui croyait prendre l’illusionniste...

J’ai cru entendre que Jean-Louis Bourlanges avait récemment comparé François Bayrou à Méphistophélès. Pauvre Bayrou ! Alors il m’est revenu en mémoire une petite chanson du dit Méphistophélès dans le Faust de Goethe, que celui-ci chantonne dans la cave d’Auerbach à Leipzig...

Tableaux et paroles magiques,

Par vos puissants enchantements,

Troublez leurs esprits et leurs sens !

Méphistophélès venait de montrer l’envers du décor à Siebel, Frosch, Altmayer et Brandel en transformant le vin qu’ils boivent à volonté en feu du purgatoire, brûlant ainsi Siebel et Altmeyer, aussi s’empresse-t-il de leur faire oublier cet épisode. Mais, il n’en reste pas là, et il continue sa chansonnette...

Maintenant, partons : c’est assez !

Source de vin, riche de vendange,

Illusions, disparaissez !...

C’est ainsi que l’enfer se venge.

J’ai tout de même l’impression que Jean-Louis Bourlanges (pour lequel j’ai par ailleurs beaucoup d’affection) a la mémoire courte : Méphistophélès, c’est surtout et avant tout un illusionniste, et en matière d’illusionnisme, il y a un professionnel de la politique que je ne nommerai pas dont Jean-Louis Bourlanges semble avoir oublié l’existence. Vous confondez, cher Jean-Louis Bourlanges, nihilisme et réalisme : François Bayrou a le mérite non de nier tout mais plutôt de lever le voile des apparences qui recouvre les réalités, et la victime de Méphistophélès, c’est vous, pas lui.

Je finirai en vous citant cette petite fable que la Sorcière déclame dans sa cuisine :

Ami, crois à mon système,

Avec un, dix tu feras ;

Avec deux et trois de même,

Ainsi tu t’enrichiras.

Passe le quatrième,

Le cinquième et le sixième,

La sorcière l’a dit :

Le septième et le huitième

Réussiront de même...

C’est là que finit

L’oeuvre de la sorcière :

Si neuf est un,

Dix n’est aucun.

Voilà tout le mystère !

Alors que pensez-vous de ce mystère, cher Jean-Louis Bourlanges ? Et croyez-vous au système de la Sorcière ? Moi, j’ai mon idée là-dessus, mais je pense que vous aurez sans doute aussi la vôtre...

Source : Démocratie et hérésie économique

Noté 5.0/5 (02 votants)

La réponse de zapataz

Posté le 10 novembre 2007, à 00h 35mn 37s
Méphistophélès répond à Jean-Louis Bourlanges

j’avais déjà discuté en 2003 me semble-t-il avec FLN de ces questions de doses de proportionnelle sur le forum UDF et j’avoue avoir été flatté de voir FB défendre le même "dosage" que moi (tout comme je suis flatté de voir Frédéric reprendre pour ce site un nom que j’avais évoqué sur le forum UDF à la place du PD là aussi en avril mai ;-)). il faudrait donc surtout que Bourlanges ose nous expliquer comment il peut prétendre que FB aurait eu un groupe de 30 députés avec cette honte de proposition de dose de proportionnelle de...30 députés maximum. Soit il prend les gens pour des imbéciles, soit il ne sait plus compter. Il ne faut de toute façon pas raisonner en dose car tout dosage est subjectif et soumis aux intérêts du doseur. Soit on est pour la proportionnelle soit on est pour le majoritaire mais si on veut un équilibre...je dirais qu’il faut un scrutin mixte alliant les avantages des deux modes de scrutin avec pour chaque électeur un vote pour un député de circo et un vote pour une liste (régionale serait à mon avis le mieux). Et ce quitte à couper le lien entre le gouvernement et l’AN pour stabiliser l’exécutif. Au gouvernement la mise en oeuvre et au parlement la loi. Et si l’on veut qu’il n’y ait pas de distorsion de la représentation nationale il faut donc que chaque député pèse autant d’électeurs qu’il soit élu avec un système ou avec l’autre. Avec le système Bourlanges, FB ou d’autres devraient représenter avec une poignée d’élus sur ce quota proportionnel de 20 élus, des millions d’électeurs quand les députés UMP ou PS élus au majoritaire ne représenteraient chacun que quelques dizaines de milliers. Lourd problème de légitimité voire de constitutionnalité en vue... La seule réponse objective et quasiment mathématique est donc 50/50 entre les deux modes de scrutin. Le reste n’est que magouillage ou dosage de pastis électoral.

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour