FRANCE DEMOCRATE

Accueil > Méthode > Municipales : le MoDem Savoie choisit des chefs de file

Municipales : le MoDem Savoie choisit des chefs de file

mardi 6 novembre 2007, par Florence Arnoux Le Bras

Pour les municipales chez moi, à Saint-Jean de Maurienne, il y a trois candidats officiellement déclarés : par ordre de candidature Mme Christine Merlin en juillet, M. Pierre-Marie Charvoz, M. Hervé Bottino en octobre. Nous sommes déjà en novembre et toujours pas de "candidature Modem" ou (selon les sources) de "candidature centriste". Mais que font-ils donc au Mouvement démocrate ? Depuis juin, un certain blog évoque leur envie d’exister dans ces municipales. On est déjà début novembre. Ils nous font un remake du lièvre et de la tortue, ou quoi ?

Notre volonté à Saint-Jean

Nous ne sommes pas tous des "Modems encartés", bayrouistes jusqu’au bout des oreilles :-) … Mais nous formons une équipe et nous voulons un renouveau de la démocratie à Saint-Jean. Nous souhaitons rassembler les Saint-Jeannais autour de cette idée qu’il faut laisser les habitants décider de certaines grandes questions (référendums municipaux), qu’il faut davantage de concertation (au delà de celle qui est exigée par la loi), qu’il faut faciliter les contacts entre la population et ses élus (pourquoi ne peut-on pas contacter directement nos élus par l’intermédiaire du site de la mairie ?) et qu’il faut arrêter de voir le monde en noir et blanc, en gauche ou droite, et même en centre.

Alors ? Comme je l’ai déjà écrit, un rassemblement c’est plus long à construire, on ne se contente pas de prendre la liste des adhérents !

Notez bien qu’on veut dépasser les clivages politiques traditionnels ou non. Le Modem le veut et il veut s’en donner les moyens : il discute(ra) avec ceux qui y sont prêts comme lui, avec tous ceux qui pensent que le sectarisme, l’idée de rester « entre soi » sont contraires à l’intérêt général, que ce n’est pas une bonne chose de dresser les gens les uns contre les autres, ceux de droite contre ceux de gauche et inversement.

Qu’il faut imposer d’autres critères pour choisir les élus que l’appartenance à tel ou tel parti. Que les critères principaux doivent être la compétence, l’attachement à une ville (ou un territoire), l’amour de la démocratie et la volonté de faire respecter les principes républicains

Le rôle du MoDem dans ces municipales

Le Mouvement démocrate n’est pas un parti. Pour l’instant il n’est même pas un Mouvement, il n’existe que par l’attachement que lui portent ses "adhérents". Il n’aura de statuts qu’après le Congrès Mouvement Démocrate du samedi 1er et du dimanche 2 décembre.

Pourtant, il n’est pas difficile de voir quel rôle il peut jouer dans les élections locales. C’est une grosse responsabilité de discuter et cela doit se faire dans la transparence. Il ne s’agit pas de conclure de petits arrangements entre amis, mais de voir avec qui on peut être d’accord sur les bases (démocratie locale, intercommunalité, développement durable), et construire un vrai projet au service de la population.

Pour les principales villes en Savoie, les Modems ont eu une invention modémique, tout à fait diabolique : le chef de file. Quid est ? Ce n’est pas une tête de liste, ce serait trop simple. C’est le GO qui aura la responsabilité dorénavant de tester officiellement si on est compatible ou non. Ce sera peut-être parfois, voire même souvent, une officialisation du rôle qu’il jouait déjà dans les faits. Mais il s’agit de répondre à une exigence de clarté qui est au coeur de notre Mouvement.

Aux alentours du 15 novembre, l’UDF-Modem annoncera au niveau départemental qui seront les chefs de file à Chambéry, Albertville, Aix-Les-Bains, La Motte-Servolex et Saint Jean-de-Maurienne. Ensuite, les discussions seront ouvertes (ou continueront) jusqu’au début décembre. C’est seulement après la naissance du Mouvement démocrate que les chefs de file annonceront si, dans leur commune, les listes auxquelles participent les Modems seront des rassemblements de sensibilités différentes ou si elles seront des listes indépendantes "centristes". Même si on a pu lire dans la presse des articles à propos de tel ou tel positionnement, ici ou là, les choses ne sont pas toutes écrites. A Saint-Jean par exemple, nous avons décidé de prendre notre temps.

Donc, notre tête de liste, ce sera pour la semaine du 3 décembre. Vous plaisantez ? Ben, j’ai bien peur que non.

Au demeurant, rien ne sert de courir. Nous sommes partis en juin (prem’s) et l’important, ce sera d’arriver (prem’s ?).



Publié le 5 novembre sur Le journal d’une bayrouiste en Maurienne. Ce blog a été présenté ici sur France démocrate et les débuts de la campagne municipale ici.

Messages

  • Ainsi P. Mignola se rapproche de X Dullin pour les prochaines élections municipales à Chambéry. Si sa sensibilité politique n’est un secret pour personne au moins cet acte aura le mérite de nous épargner ses discours habituels sur le centre qui d’après lui se situe ni à gauche ni à droite. La réalité c’est que bon nombre de socio-démocrates, dont je fais partie, qui avaient rejoint l’UDF et adhéré au Modem se sentent aujourd’hui floués. P. Mignola à cause de son ambition démesurée est entrain de scier la branche sur laquelle il est assis. Cher monsieur Dullin faites attention à ce QU’IL NE VOUS ENTRAINE PAS DANS SA CHUTE…”

    • Je connais mieux la situation à Saint Jean de Maurienne qu’à Chambéry. Mais je sais que le MoDem ne peut pas aujourd’hui espérer remporter seul des élections et que, même là où il y a discussion et bonne volonté, il est difficile de se mettre d’accord avec la gauche sur une démarche et un projet, parce que la gauche n’est pas forcément moins conservatrice que la droite.