« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

En lien

Forums de Seignosse : 23 minutes intégrales

, 15 septembre 2007

Vu 1716 fois | 0 commentaire(s) | Noté 5.0/5 par 02 votant(s)

Quelques mots des participants et animateurs des "ateliers permanents" - en marge des grandes salles dédiées aux débats d’experts.

14h45 ce samedi 14 septembre, je me décide à suivre le conseil de Jacques Bugier : aller de salle en salle et prendre des notes au vol.

Entre le VVF et la page, en plein air, des tables pour plus de 100 personnes et des tentes-buffet. Deux camions de traiteur. Encore quelques personnes à table. Cette installation était déjà là hier - elle est destinée aux repas de personnes qui n’ont pu être logées sur place. En complément, d’autres tables ont été installées ce matin, avec un périmètre fermé en ruban de chantier. Il faut le franchir pour aller aux ateliers.

14h47. Atelier "Le MoDem dans l’intégration politique européenne". Salle au tiers vide - une cinquantaine de personnes. Jean-Yves de Chaisemartin, président "des Jeunes" (UDF ... démocrates ...), l’ouvre en rappelant le propos de François Bayrou la veille : sommes-nous coincés entre gauche et droite, ou avons-nous une vocation majoritaire ? "L’ADLE, dit-il, n’a pas percé auprès de tout le monde, ça reste un nom un peu lointain".

Les intervenants sont des jeunes de différents partis européens. Le représentant du Centre démocrate humaniste belge (CDH) commence : "Le CDH ne fait pas partie du Parti démocrate européen... La bipolarisation n’existe pas réellement en Belgique, c’est une vision un peu trop française. Je considère que le socialisme est une idée du début du XXème siècle, le libéralisme une idée du début du XIXème siècle ; notre vue est du XXIème siècle. Elle est basée non sur un dogme, mais sur le pragmatisme. Les valeurs partagées par les chrétiens-démocrates flamands et par le CDH, c’est le pragmatisme, l’efficacité, qui passe à travers l’Europe."

14h50. Devant la salle voisine, 40 personnes à l’extérieur suivent par les fenêtres. À l’intérieur, 60 assises, 10 debout, 10 assises par terre devant l’écran et le tableau. L’exposé porte sur la préparation des élections municipales.

"Si vous n’avez personne pour tenir une permanence, n’en ouvrez pas ! Mais normalement, vous trouverez toujours des gens prêts à le faire."

Puis une phrase inaudible de l’extérieur et :

"Si vous êtes de droite... (mouvements dans la salle) je dis ça parce que le MoDem, on ne sait pas très bien où il est !" Protestations dans la salle : "au centre !".

"... en tout cas, n’installez pas votre permanence dans une impasse, les rieurs s’en empareraient !".

14h55. Atelier "Le MoDem, un rassemblement". Dans la salle, 45 personnes assises, 5 debout. Au tableau, une question : "Pourquoi êtes-vous venus au MoDem ?".

Un participant se présente : "Jean-Pierre N…, UDF, MoDem naturellement" et cite Jean-Marie Cavada pour exposer sa motivation : reconnaître dans chaque citoyen une personne capable de réfléchir, de penser ; "tirer vers le haut. La dynamique du MoDem, c’est la possibilité d’entrer en dialogue avec d’autres, ne pas avoir peur : l’autre peut nous enrichir. C’est une respiration, une libération, pas que mentale !".

Une participante cite François Bayrou, venu dans son département il y a deux ans : "dites-nous ce qui ne va pas, on va prendre vos idées, on va élire le président de l’UDF" du département, aurait-il dit. Mais "en dernier lieu, on nous a imposé une personne, qui a été élue, on n’a pas du tout tenu compte de ce que nous avions dit. C’est ce que je ne veux pas voir dans le MoDem." Applaudissements.

Un participant de Gironde : "J’ai la raison à droite et le coeur à gauche. Pour faire du social, il faut une bonne économie, pour faire une bonne économie il faut du social." Et il s’en prend à l’UMP et au PS, "un parti de fonctionnaires, je caricature un peu, pas un parti pour tous les Français."

"J’ai vu François Bayrou à la télévision en janvier-février, j’ai acheté son livre ’Le nouvel espoir’ (sic), je m’y suis vraiment retrouvé. L’UDF locale m’a accueilli à bras ouverts, vraiment à bras ouverts, je tiens à les remercier. De l’UDF, je n’attends rien, je veux créer l’UDF (quelqu’un dans la salle : "Le MoDem"), je veux participer à sa création."

15h02. "Alerte ! Qu’allez-vous faire de tout ce qui est mobilisé ? La confiance ne sert qu’une fois !" - au tableau d’un autre atelier ; 40 participants assis et 20 debout... ou assis par terre.

Ces aspirations des militants, un participant appelle à les "marquer dans l’organisation du parti."

L’animatrice reformule : "Que les militants retrouvent leur pleine place, pas des colleurs d’affiches, c’est ce qu’on retiendra de votre témoignage".

Une participante du 71 : "Je considère avoir eu, pendant 35 ans, une action citoyenne, tout en me consacrant entièrement aux entreprises. Maintenant, avec... un profil un peu hors marché du travail, je veux offrir mes compétences dans le cadre de la politique.

Pourquoi ? Parce que je suis très soucieuse de l’avenir de mes enfants. Je me suis engagée dans des associations avec les jeunes, mais je suis arrivée à la conclusion qu’on ne peut pas avancer sans la politique".

Le co-animateur invite à "un quart d’heure de réflexion en groupes de travail dans la salle, pour voir comment mobiliser ces compétences dans le cadre du MoDem. Je vois plusieurs axes :
- l’expertise professionnelle, associative : comment l’utiliser, faire de l’échange d’expériences, la diffuser ?
- la formation et l’augmentation des compétences démocratiques des militants ;
- tout ça pourquoi ? Pour redonner du sens à l’action politique, construire de façon collégiale un argumentaire politique."

15h08 : ayant déjà pulvérisé la longueur prévue pour un article dans France démocrate, je prends le chemin de la salle de presse. À l’entrée de celle-ci, un "paper-board" indique les horaires et les sujets des débats thématiques dans la grande salle.

Noté 5.0/5 (02 votants)

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour