« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

Leçons de civisme à Argenteuil

, 30 octobre 2007

Vu 2055 fois | 3 commentaire(s) | Noté 4.5/5 par 02 votant(s)

Samedi chez la voisine

Samedi 27 octobre, après le "séminaire Projet municipal" qui se tenait chez un autre adhérent, je rentre chez moi équipé de quelques tracts. Je décide d’aller en déposer quelques-uns dans les boîtes aux lettres des voisins les plus proches. Ceux avec qui j’avais eu des conversations "thématiques", à qui j’avais parlé de mon engagement au MoDem.

Dans une petite ruelle derrière chez moi, je tombe sur un couple que je connais.

Après nous être salués, je comprends qu’ils reviennent de faire des courses. Une partie est destinée à une dame âgée qui habite là. Son mari est décédé récemment. Je ne le dis pas, mais je me souviens de lui, il m’avait donné un coup de main pour réparer une clôture entre nos deux jardins. Des gens très discrets, quelques mots l’été, par-dessus les arbustes, un signe de la tête dans la rue, je ne savais pas qu’il était malade à ce point là.

Je lui demande comment elle va : « Vous savez, j’ai des voisins formidables, quand ils font leurs courses, ils me rapportent ce que je ne trouve pas dans le quartier ou ce qui est lourd. Tant que la santé est-là, je peux rester chez moi. [Mon mari] avait tellement fait dans cette maison »

Elle ne refuse pas mon numéro de téléphone, au cas où. Je me promets de prendre régulièrement de ses nouvelles.

Dimanche au parc

Dimanche, ma femme me dit : « Tu as vu comme il fait beau, si nous allions au Parc des Cerisiers ? Tu courrais, et moi je ferais de la gym »

L’idée est bonne, dans quelques semaines nous déplorerons le manque lumière.

« N’oublie pas de prendre ton portefeuille, on fera quelques courses au retour. »

Les femmes ont toujours raison, le moment fut agréable, je me suis étiré avec un jeune boxeur que je croise de temps en temps. Il prépare actuellement un combat, apparemment important, et j’avoue que je suis admiratif des grands écarts qu’il arrive à faire.

Il n’y a jamais beaucoup de monde au Parc des Cerisiers, les gens se disent bonjour, les sportifs se font des signes de tête, le gardien est là sur le pas de la porte du bureau.

Une heure plus tard, au moment reprendre nos vélos, en mettant la main à la poche de mon coupe-vent, je me rends compte que je n’ai plus mon portefeuille.

« Tu es sûr de l’avoir pris ? - Oui, j’ai souvenir d’avoir fermé la fermeture à glissière. »

Nous interrogeons le gardien, mais personne n’a rien rapporté. Il promet de nous appeler si cela se produisait.

Retour au sprint vers la maison, dans ma tête, j’essaie de faire un inventaire : Carte Visa, carte d’identité, permis de conduire, carte Vitale, deux chèques (ou trois ?), de l’argent.

Moi qui suis en déplacement la semaine prochaine, cela va être pratique.

Une fois à destination, appel au n° dédié aux oppositions des cartes bancaires, appel au commissariat (hum ! Ah oui nous sommes dimanche !), mail à ma banque, enfin tout ce qui me semble important.

La cloche sonne, un jeune homme, d’à peine trente ans, est à la grille.

« Bonjour Monsieur, je crois que j’ai retrouvé votre portefeuille. Je suis désolé, j’ai été obligé de regarder dedans, j’ai trouvé votre adresse sur la carte d’identité. »

Il l’avait relevé dans la rue, et était passé déjà plusieurs fois depuis une heure et demie, et était content pour moi.

Nous discutons un peu. Il vit chez ses parents, avec ses frères et sœurs, il travaille en intérim, des missions de chauffeur, de manutentionnaire, de déménagement. Sans se plaindre : « Vous savez, quand vous venez d’Argenteuil, vous prenez ce que vous trouvez ». Il est pourtant titulaire d’un Bac.

Comme il est trop tard pour un café, il accepte un jus d’orange.

Je n’ai pas le courage de lui parler de REVOLUTION CIVIQUE. Lui, dans la conversation, il m’avait dit qu’il ira voter aux municipales, comme il l’a fait quatre fois cette année.

« Au revoir Monsieur ! Je suis content, vous auriez été embêté sans vos papiers ! Bonne journée ! »

Lundi au bureau

Lundi, bureau comme d’habitude à Marne-la-Vallée.

Vers 15 heures, je reconnais le numéro de téléphone du bureau de ma femme.

« N… (un voisin) a appelé, nous avons été cambriolés, je retourne à la maison »

N… est à la retraite depuis juin, heureusement. Il a entendu l’alarme, et certainement, le fait qu’il vienne jeter un coup d’œil a décidé les malintentionnés à fuir.

Plus tard, j’apprends qu’ils ont fui sans, apparemment, rien emporter. L’alarme et N… ont joué leur rôle.

De retour vers 20 heures, N… est là, il a déjà réparé la vitre cassée.

A raison d’une émotion forte par jour, je ne vais pas faire de vieux os.

Jeudi à Uzès

Pendant que nous discutons un autre voisin nous rejoint.

Il a vendu sa maison et repart en province. Jeudi, il sera à Uzès.

« Nous vous invitons mercredi soir pour boire un pot »

Il se désole de nos malheurs, et une fois N… parti, me dit :

« Vous savez, une fois là-bas, je vais m’inscrire sur les listes électorales et prendre contact avec le MODEM local, j’espère qu’il présente une liste. Et tout cas, il a ma voix. »

Nous avions eu une conversation "thématique" il y a quelques jours.

Je suis fier de ma première voix acquise.

De quoi faut-il s’étonner ?

- Du civisme de voisins qui aident une personne seule
- Du civisme d’un jeune beur honnête
- Du civisme d’un voisin qui ne se cache pas quand une alarme hurle
- Du civisme d’un citoyen qui assume ses opinions

Le civisme peut prendre des formes très diverses.

J’ai personnellement pris beaucoup de leçons de CIVISME ces derniers jours.

Mes petites mésaventures n’apportent rien à notre projet municipal, en tout cas elles me posent question sur nos quotidiens.

Noté 4.5/5 (02 votants)

La réponse de JKY56

Posté le 2 novembre 2007, à 11h 08mn 23s
Leçons de civisme à Argenteuil

Oui il en existe encore, partout- Paris, banlieues, province- des gens honnêtes, qui font preuve de civisme et d’entr’aide mais on ne voit jamais ce genre d’article dans les journaux parce qu’il faut entretenir peur et insécurité pour régner en maître absolu... merci Perspective pour ce témoignage :-)

La réponse de vincent

Posté le 1er novembre 2007, à 16h 06mn 56s
Leçons de civisme à Argenteuil

Très agréable à lire. Ca fait du bien de temps en temps, de lire des messages simples et qui font du bien tout simplement.

Posté le 31 octobre 2007, à 15h 02mn 20s
Leçons de civisme à Argenteuil

Merci de cette fraîcheur, humaine et vraie ;-))

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour