« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

En lien

Sortir d’une "société de défiance"

, 16 octobre 2007

Vu 2140 fois | 0 commentaire(s) | Noté 4.8/5 par 06 votant(s)

Selon Pierre Cahuc, la société et l’économie française sont plombées par la défiance. Vis-à-vis les uns des autres, de la justice, des élus. L’actualité l’illustre, hélas, du cynisme d’actionnaires EADS qui préfèrent être jugés incompétents que malhonnêtes, à la justification de la caisse noire de l’UIMM par une longue "tradition" …

Dimanche matin, en préparant le repas dans la cuisine, j’écoutais Europe 1, "C’est arrivé demain".

Je n’aime plus Europe 1 depuis sa honteuse manipulation contre F. Bayrou et pour N. Sarkozy, mais… cette émission révélait quelque chose d’intéressant et de fort inquiétant pour notre pays. Voici le lien pour l’écouter, c’est édifiant et pour nous un "mode d’emploi" pour l’action politique future.

Il s’agissait du livre "La société de défiance" de l’économiste Pierre Cahuc et de Yann Algan, qui paraîtra fin octobre (4 euros !).

Que dit Pierre Cahuc ?

Les Français sont peu civiques, et se font peu confiance mutuellement. Ce manque de civisme touche toute la société. 80% des Français ne font pas confiance à autrui, 50% des Français ne font pas confiance à la justice...

La France verse des pots-de-vin pour gagner des parts de marché : ce comportement de corruption est acceptable pour 60% des Français, dans les pays scandinaves pour seulement 10%. ...

Cela me rappelle une discussion que j’ai eue à Seignosse avec un participant, environ 58 ans, qui souhaitait être candidat UDF dans le Sud-Ouest... Il trouvait tout à fait normal de "corrompre" pour parvenir à un piston ou à un marché public ; son argument : "Tout le monde le fait, pour parvenir à ses fins, il faut utiliser les mêmes moyens". Il justifiait aussi le voyage de Nicolas Sarkozy sur le yacht de Bolloré, et une autre personne se mêla à la discussion pour l’approuver. Même argument : "Tout le monde le fait." J’en avais la nausée...

Tout le monde ? J’ai raconté au candidat potentiel ce qui se passe dans un pays européen voisin : un député allemand, qui avait utilisé pour un voyage avec sa femme la remise "miles and more" acquise suite aux nombreux voyages aériens faits pour son parti et son ministère, a dû démissionner et rembourser. Mon interlocuteur a trouvé cela ridicule et mesquin !

Pour Pierre Cahuc, "la défiance peut changer par une action politique".

Nous avons là un potentiel énorme par nos valeurs auxquels aspirent beaucoup de nos compatriotes, encore empêtrés dans ces comportements. On a vu lors de la campagne de François Bayrou combien ils aspirent, en fait, à davantage d’honnêteté.

Il faudrait absolument reprendre les arguments apportés par cette étude, les prendre très au sérieux et faire en sorte qu’au sein du Mouvement Démocrate, de tels comportements ne soient plus acceptés.

L’argument "nous sommes un pays latin" est selon moi un faux argument, qui vise en fait à perpétuer le système de "caste" dont parle F. Bayrou dans son livre "Au nom du Tiers-État". C’est par l’Éducation Nationale que tout commence, et c’est là que notre action politique devra commencer pour influencer notre pays et lui rendre un rang honorable au niveau international.

Dans d’autres pays, ceux du Nord de l’Europe, où la corruption n’existe pratiquement pas, les enfants apprennent dès la maternelle ce que proposait Kant dans sa "Critique de la raison pratique" et dans "Fondements de la métaphysique des moeurs"
- Agis selon la maxime qui peut en même temps se transformer en loi universelle.
- Agis selon des maximes qui puissent en même temps se prendre elles-mêmes pour objet comme lois universelles de la nature.
- ou bien, Agis de façon telle que tu traites l’humanité, aussi bien dans ta personne que dans tout autre, toujours en même temps comme fin, et jamais simplement comme moyen.

ce qui se traduit pour l’enfant de maternelle :
- Si tout le monde faisait ce que tu fais là, comment serait le monde, est-ce que tu l’aimerais ?

Pas besoin de dire "il faut", "comme il faut", "quand il faut"... Pas besoin de maître suprême avec un doigt levé qui dise "il faut ceci, il faut cela".

La société de notre pays lèvera l’oreille et nous fera confiance, à condition que nos actes soient en accord avec notre discours.


Première version de cet article publiée sur e-soutiens.

Noté 4.8/5 (06 votants)

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour