« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

Quels enjeux pour les listes Démocrates aux municipales ?

, 13 octobre 2007

Vu 2366 fois | 1 commentaire(s) | Noté 4.8/5 par 09 votant(s)

Comment impliquer les électeurs dans le débat citoyen ? Quelle "marque de fabrique" pour la démocratie locale et le développement durable des territoires ? Menons des campagnes exemplaires, au plus près des attentes des habitants.

Ces temps-ci, blogs et forums Modem sont agités par la question des candidats qui mèneront les listes Modem aux municipales et cantonales, les 9 et 16 mars 2008.

Les revendications des adhérents sont légitimes : être impliqués dans les choix des investitures, obtenir du futur parti un fonctionnement transparent et démocratique respectueux des principes qu’il souhaiterait appliquer aux institutions républicaines.

Mais ces querelles internes ne doivent pas nous faire perdre de vue quelques enjeux essentiels.

1. Comment impliquer les électeurs dans le débat citoyen ?

La récente élection présidentielle a su passionner les Français et la participation massive aux votes en fut l’éclatante démonstration. Cette première satisfaction citoyenne fut quelque peu assombrie par la faible participation au scrutin législatif. Saturation ? Impression que tout était joué d’avance ? Prise de conscience du pouvoir relatif de l’Assemblée Nationale ? On peut aussi se poser la question de savoir comment les débats furent exposés dans les médias.

Dans ma propre expérience, j’ai été assez globalement ignorée par les médias locaux trop empressés à évoquer les duels du second tour UMP-PS. La seule fois où la télévision régionale m’a donné la parole fut au lendemain du premier tour pour savoir ce qu’il allait advenir de mes 9,36 % !

Nous risquons de rencontrer ce même problème aux municipales. A nous de mettre le débat citoyen à la portée des électeurs et d’imaginer, en plus des actions communément utilisées lors des campagnes (tractages sur les marchés, boîtages, porte-à-porte, débats et réunions) des actions résolument originales et innovantes.

L’apparition d’Internet dans le débat politique et son audience croissante, quoique encore limitée, m’incite à citer l’initiative de Chantal Cutajar, candidate à l’investiture Mouvement Démocrate à Strasbourg. Très présente sur la toile avec de nombreux blogs, elle vient de créer un forum Et si j’étais maire ? : une boîte aux lettres qui propose aux citoyens d’envoyer leur contribution pour "changer la ville". Ces contributions seront regroupées dans un livre blanc qui sera remis à la prochaine équipe municipale, quelle qu’elle soit.

2. Quelle « marque de fabrique » pour les listes Modem ?

Lorsque nous avons fait campagne pour François Bayrou aux présidentielles, nous nous sommes appuyés sur un programme qui avait été construit à l’issue de nombreux colloques et débats au sein de l’UDF. Un programme clair qui défendait des valeurs autour desquelles les électeurs, et a fortiori les nouveaux adhérents, se sont reconnus : la construction de l’Europe, la garantie d’un fonctionnement démocratique dans nos institutions, la réduction de la dette publique, le dialogue social soucieux de la réalité de l’économie de marché. C’est sur ces mêmes valeurs et sur une déclinaison adaptée du programme présidentiel que les candidats aux législatives se sont présentés.

Comment se développent alors ces valeurs dans une problématique locale ?

Deux pivots se dégagent au vu de la construction de notre mouvement : la démocratie et les préoccupations environnementales venues enrichir notre vision politique grâce à l’adhésion de Cap 21.

Je me suis d’ailleurs fortement inspirée du « projet de charte pour des territoires et des communes durables » de Cap 21 (PDF) pour proposer 4 thématiques qui pourraient être systématiquement déclinées dans les programmes des listes Mouvement Démocrate.

La démocratie locale et la citoyenneté

Comment associer la population de manière plus importante, plus vivante et surtout de manière plus réactive, au processus de prise de décisions, sans remettre en cause le rôle fondamental des élus ? L’implication des citoyens ne peut se contenter de la simple application de la loi relative à la démocratie locale et aux conseils de quartier.

Quelques pistes : le renforcement du rôle des conseils de quartier, des référendums sur les projets engageant la municipalité dans le temps au-delà d’un simple mandat, la consultation et l’implication systématique des riverains et usagers sur les aménagements de proximité, les conseils municipaux des jeunes élargis aux collèges et aux lycées, le soutien aux associations…

Valoriser les richesses propres à chaque espace

Il n’existe pas de mode d’emploi ni de recettes de cuisine à appliquer pour garantir la réussite d’un territoire. Chaque territoire possède des atouts, naturels ou façonnés par l’homme qui participent de son attractivité : paysages, patrimoine naturel ou bâti, histoire… C’est dans cette perspective que doivent s’articuler toutes nos réflexions autour de la culture, de l’aménagement des espaces publics soucieux de respecter les pratiques des usagers tout en ménageant "l’esprit du lieu".

Le développement durable affirmé et appliqué dans toutes les politiques municipales

Aujourd’hui, toutes les politiques d’aménagement du territoire doivent veiller à réduire la vulnérabilité du territoire face aux évolutions énergétiques et climatiques à venir.

Les territoires dépendant des énergies fossiles ou accueillant des industries fortement émettrices de CO2 connaîtront une évolution nettement moins favorable que les territoires qui agiront par anticipation sur l’efficacité énergétique, le soutien aux énergies renouvelables, l’utilisation de matériaux locaux de construction. La recherche et l’innovation technologique sont créatrices de richesses et d’emplois. Urbanisme, transports, logement relèvent partiellement ou totalement des compétences d’un maire.

Voici quelques exemples qui peuvent s’appliquer à une politique des transports : plans de déplacements d’entreprises, taxis collectifs, qualité et régularité des transports en commun, facilitation des modes de déplacements doux, place de l’automobile dans la ville...

Lié directement à la problématique des transports, l’urbanisme veillera dans les années qui viennent à stopper l’étalement urbain, à redensifier les cœurs de villes et à assurer sans fausse hypocrisie la mixité sociale. Enfin il faudra veiller à garantir en priorité aux populations les plus défavorisées des logements sociaux à faible consommation énergétique, la forte augmentation prévisible des factures énergétiques risquant de réduire drastiquement leur pouvoir d’achat.

Articulation ville/intercommunalité

C’est la déduction du point précédent, l’interpénétration des compétences nécessite une mise en cohérence des politiques territoriales, capable de s’élever au-dessus du débat partisan.

Rouen, la ville où je vis en est un cruel exemple : les enjeux électoraux viennent malheureusement trop souvent polluer la qualité des débats, la mise en œuvre des projets et accélèrent une surenchère de communication, chacun défendant « sa boutique » : Ville, Agglomération, Département, Région. Et à ce jeu là, il n’y a ni victimes ni bourreaux, il n’y a pas de gagnants, juste des perdants : mes concitoyens…

Affirmons notre originalité

Je conclurai en insistant sur l’absolue nécessité de conduire des listes et de mener des campagnes exemplaires, qui aient à cœur de s’intéresser au plus près aux attentes et au bien-être des habitants, qui affirment, comme ce fut le cas pendant la campagne présidentielle, qu’il existe une alternative aux affrontements bloc contre bloc.

Ne nous laissons pas berner par les prétendues listes "d’ouverture" et affirmons farouchement notre indépendance et notre originalité… d’où ma réticence face à une "alliance" dès le premier tour avec l’un des deux partis, UMP et PS, qui rêvent de nous voir morts.

Noté 4.8/5 (09 votants)

La réponse de Fanthomas

Posté le 14 octobre 2007, à 11h 17mn 01s
Quels enjeux pour les listes Démocrates aux municipales ?

Bravo pour cette contribution concrète et constructive !

C’est de ce genre de propositions aptes à structurer le débat dont on a besoin actuellement, histoire de montrer qu’au Modem nous pensons d’abord aux territoires et à leurs habitants lors de ces élections locales et qu’il faut faire confiance aux militants et sympathisans engagés sur le terrain, plutôt que céder aux petites stratégies nationales d’appareil.

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour