FRANCE DEMOCRATE

Accueil > Perspective > L’économie, la société ont changé de pivot - la sphère politique me semble (...)

L’économie, la société ont changé de pivot - la sphère politique me semble immobile

samedi 13 octobre 2007, par Michel Volle

Celui qui a su gagner les élections, sait-il gouverner ? Les preuves tardent à venir. Ce qui tient lieu de politique gouvernementale me paraît dérisoire en regard des enjeux. Nous sommes passés vers 1975 d’un système technique à l’autre, l’économie étant désormais dominée non par la mécanique mais par l’informatique. Cela transforme le travail, l’armée, les administrations même, donne de vastes opportunités aux grands prédateurs… Mais je n’entends, dans la sphère politique, aucun écho de cette transformation.

Quelle politique ?

Tout le monde doit souhaiter le succès de Nicolas Sarkozy, que l’on ait voté pour lui ou non : la réussite de son gouvernement serait notre réussite à tous. Aujourd’hui plus que jamais, il ne convient pas d’avoir l’esprit partisan.

Mais dans la politique qui est menée on trouve :
- une rémanence du style médiatique qui a prévalu pendant la campagne présidentielle, une gesticulation sensationnelle devant attirer en permanence le regard ;
- une orientation semblable à celle que le New York Times reproche à Bush : faire en sorte que les riches deviennent encore plus riches et les pauvres encore plus pauvres : allègements fiscaux et dépénalisation du droit des affaires pour les premiers, compression de la Sécurité sociale, test ADN, tolérance zéro et loi sur la récidive pour les seconds ;
- une politique étrangère faite de tentatives de séduction personnelle (avec Angela Merkel, avec Vladimir Poutine etc.) qui toutes tournent au fiasco ;
- l’accaparement par le président de la direction du gouvernement, ce qui (a) rend dérisoire la fonction du premier ministre, (b) détruit la fonction du président elle-même, car il n’existe plus de recours ni d’arbitre au-dessus de la mêlée quotidienne.

Je me rappelle ce déjeuner organisé par l’Expansion, quelques mois avant les élections, et où Sarkozy a dit : "Le but en politique, c’est de gagner les élections". Tout le monde a ri mais pas moi, car il me semble que le but en politique, c’est de concevoir puis de faire ce dont le pays à besoin.

Celui qui a su gagner les élections, sait-il gouverner ? Les preuves tardent à venir.

Quels enjeux ?

J’aperçois par ailleurs, au bout du télescope comme du microscope que fournit ma recherche, des enjeux qui restent orphelins et que je crois prioritaires.

Plus je fouille les statistiques et comptes rendus, mieux je perçois un phénomène central : nous sommes passés vers 1975 d’un système technique à l’autre (Bertrand Gille), l’économie étant désormais dominée non par la mécanique mais par l’informatique. Le phénomène essentiel n’est plus l’industrialisation mais l’informatisation, l’automatisation ; le produit emblématique de l’époque n’est plus l’automobile mais l’ordinateur en réseau.

L’économie, la société ont ainsi changé de pivot. L’industrie ne s’arrête pas pour autant - l’industrialisation n’avait pas arrêté l’agriculture - mais les priorités ne sont plus les mêmes.

La mécanisation avait, depuis le XVIIIe siècle, transformé les armées et leur doctrine, les entreprises et les conditions de la production, les villes et jusqu’à la vie quotidienne qu’elle a équipée (machine à laver etc.). Les institutions (éducation, santé, emploi, justice etc.) s’y sont lentement et péniblement adaptées.

L’informatisation transforme depuis 1975 les armées et leur doctrine (Rupert Smith), les entreprises et les conditions de production. Jusqu’à la vie quotidienne des personnes, qui se sont apprivoisées à l’ordinateur en réseau.

La ville, les habitudes, les institutions n’ont pas encore bougé : il faut du temps pour qu’elles évoluent en raison de leur inertie.

On peut, on doit anticiper aujourd’hui une transformation d’ampleur comparable à celle qu’a occasionnée l’industrialisation - de nature différente toutefois, et sans doute plus profonde puisque l’automate assiste notre cerveau - alors que la machine assiste notre corps.

Muets devant une évolution qui crève les yeux

Je vois dans les entreprises les lenteurs, blocages et illogismes qui s’opposent à la mise en place de systèmes d’information de qualité. Mais elles avancent, fût-ce à reculons, maladroitement et lentement. Les administrations s’informatisent elles aussi : ce sont les entreprises du service public.

Mais je n’entends, dans la sphère politique, aucun écho de cette transformation. On continue à utiliser le PIB pour évaluer la croissance alors qu’il est inadéquat (il mesure des volumes alors que la croissance se fait désormais en qualité) ; on cherche encore et encore à comprimer les prix (cf. le premier rapport de la commission Attali), alors que c’est la qualité, la diversité des produits qu’il faut encourager ; on invoque rituellement la recherche et l’innovation, mais sans leur indiquer les orientations que cette transformation implique.

Alors que toutes les institutions sont frappées d’obsolescence, les prédateurs tirent parti des nouvelles possibilités (cf. les analyses de Jean-Luc Gréau et de Jean-Louis Gergorin) : ils profitent de l’inadéquation des lois et de l’appareil judiciaire. La mode est d’ailleurs à l’enrichissement sans bornes, déraisonnable - et malgré ses excès et son ridicule il suscite envie et émulation.

Considérons le cas de l’éducation nationale. L’informatique introduit dans la pédagogie des possibilités aussi bouleversantes que ne le fit autrefois le livre imprimé : le réseau ne peut-il pas compléter la salle de classe, l’autocontrôle la notation, l’animation l’enseignement magistral ? Mais rien ne peut bouger dans cette institution figée, bloquée par sa doctrine et par des corporatismes défensifs. Il en est de même dans la santé (désordre du système d’information de la CNAM, des hôpitaux), de la justice (désordre des greffes et du droit lui-même) etc.

Certes, il faudra quelques décennies pour savoir vivre avec l’automate. Cela va nous occuper pendant tout le XXIe siècle, voire au-delà : n’a-t-il pas fallu à l’humanité quelques millénaires pour assimiler l’agriculture et l’élevage, et trois siècles pour assimiler la machine ?

Cependant les politiques restent muets devant une évolution qui crève pourtant les yeux et qui comporte autant de dangers que de possibilités. Le législateur devrait y trouver du grain à moudre ! Mais le PS, sortant à peine d’une guerre de clans pour la présidentielle, s’emploie à préparer la prochaine ; le PCF est mort ; les écologistes, lancés sur le thème de la décroissance, se refusent à percevoir les possibilités. Quant à notre président, remonté comme un réveil, il s’agite parce qu’il s’est persuadé que c’est ainsi que l’on gagne.


Article publié ce 13 octobre sur volle.com.

Messages

  • "le but en politique, c’est de concevoir puis de faire ce dont le pays à besoin."

    Exact, c’est pourquoi nous devons rassembler nos compétences au sein du Mouvement Démocrate pour affiner et formuler nos réponses aux besoins du pays. J’ai appelé à ce rassemblement qui commence à prendre forme :

    http://www.francedemocrate.info/spip.php?article100&var

    Le phénomène essentiel n’est plus l’industrialisation mais l’informatisation, l’automatisation ; le produit emblématique de l’époque n’est plus l’automobile mais l’ordinateur en réseau....L’industrie ne s’arrête pas pour autant - l’industrialisation n’avait pas arrêté l’agriculture - mais les priorités ne sont plus les mêmes.

    Exact, et cependant tout continue comme avant... L’Etat, tous ses services, les lobbies continuent comme si rien n’avait changé...

    Mais je n’entends, dans la sphère politique, aucun écho de cette transformation.

    F. Bayrou a été le candidat qui a misé le plus sur les réseaux citoyens et je pense qu’il en a compris les enjeux, même s’il est encore entouré de gens qui ne l’ont pas compris et qui entravent encore la mise en place d’une démocratie vivante.

    on invoque rituellement la recherche et l’innovation, mais sans leur indiquer les orientations que cette transformation implique.

    C’est là, au sein des CNRS, qui devraient être des centres d’innovation, que sont les plus lourds archaïsmes !!! Ils sont souvent aux mains de planqués syndiqués, qui ont la main-mise sur les nomminations et l’attribution des crédits. Les fameux "Pôles de compétitivité", qui devaient réunir la recherche publique et privée, l’industrie et ce par-delà les frontières, ont été noyautés pour certains par les CNRS qui ont détourné les crédits à leur profit, méprisant les industriels. Tout cet argent provenant des deniers publics, de nos impôts, s’écoule dans des canaux rouillés qui ne permettront pas l’essor prévu. Dommage.

    Parlant de l’Education Nationale, vous écrivez :

    Mais rien ne peut bouger dans cette institution figée, bloquée par sa doctrine et par des corporatismes défensifs. Il en est de même dans la santé (désordre du système d’information de la CNAM, des hôpitaux), de la justice (désordre des greffes et du droit lui-même) etc.

    Combien je vous suis ! Une grande partie de ma famille est dans l’Education nationale, depuis le simple prof en passant par le proviseur et l’inspecteur d’Académie. Et je suis venue à la conclusion que cette institution n’était pas réformable. . Il faudrait selon moi créer un nouveau système dans une région de France en concertation avec toutes les parties prenantes qui exercent sur le terrain. Puis après son évaluation sur le moyen terme - 5-10 ans - l’étendre petit à petit à tout le pays, l’ancien système et son hyper-administration mourrait de lui-même. Nous n’y arriverons pas autrement, car ce mille-feuille a grandi au fil des siècles pour devenir un monstre aux mains de corporatismes féroces.

    Cependant les politiques restent muets devant une évolution qui crève pourtant les yeux et qui comporte autant de dangers que de possibilités. Le législateur devrait y trouver du grain à moudre !

    Formidable défi lancé à ceux qui voient !!! Alors, où commençons-nous ?