« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

Des dé-mo-cra-tes qu’on vous dit !

, 6 octobre 2007

Vu 1181 fois | 0 commentaire(s) | Noté 5.0/5 par 02 votant(s)

Je commence à m’intéresser de près au cas lyonnais. L’avenir du Mouvement Démocrate s’y joue : parviendrons-nous à "donner son plein sens à l’idée de démocratie" au sein du Mouvement ?

Ataraxosphère ouvre le bal le 24 septembre : "De plus en plus de voix s’élèvent au sein du Mouvement Démocrate pour exprimer déception voire opposition aux pratiques qui ont cours. (…) Cela devrait interpeller les élus et autres membres de l’UDF (Bayrou y compris) qui s’accrochent à leurs postes et au pouvoir : tiennent-ils tant que cela à vider leurs rangs ? Il faut bien comprendre quelque chose : le MoDem, c’est une nouvelle façon de faire de la politique, sur un mode DE-MO-CRA-TI-QUE !!! Ce sont les militants qui font le parti, pas les cadres !! Ces milliers de personnes qui ont rejoint ce mouvement et croient en lui, ne sont pas venus pour retrouver les mêmes pratiques écoeurantes qu’ailleurs. (…) Vous n’imaginez tout de même pas vous présenter devant nous lors du scrutin "réel" et recueillir notre voix, alors que vous ne l’auriez pas fait au préalable en interne ?!

Avec cet avertissement final : Et gardez TOUJOURS cela à l’esprit :

ON VOTE SEUL DANS L’ISOLOIR"

Jeune MoDem 31 se pose le lendemain cette question (pas à deux balles…) : "Qui va choisir les candidats pour les élections municipales ?" Et sa réponse est claire : "Je veux une désignation par les militants des têtes de listes aux municipales, après débats contradictoires. Des fois je me dis que mon engagement ne sert à rien si je ne peux même pas faire cela."

Le 27 septembre, cet article de "20 minutes" cité sur e-soutiens ne vient pas me rassurer. On y parle de Lyon et il est notamment dit :

"Celui ou celle qui mènera les listes devrait être désigné fin novembre... par la direction du MoDem. Le parti de François Bayrou n’envisage pas, pour les grandes villes, d’organiser des primaires. Une commission nationale d’investiture doit prochainement se mettre en place. Le sénateur Michel Mercier, patron de l’UDF du Rhône et fidèle de Bayrou, en fera partie. Et aura la main sur la subtile nomination du candidat lyonnais, qui devra respecter la ligne « ni gauche, ni droite » au premier tour avant de rallier un des deux camps au second tour. « Nous allons devoir mener de front le congrès fondateur du MoDem et la désignation des candidats d’ici à fin novembre. Nous n’avons pas le temps d’organiser des primaires. Mais les adhérents seront associés aux décisions », explique Christophe Geourjon, délégué départemental du MoDem. Les UDF « historiques » voient aussi d’un mauvais oeil de laisser les décisions entre les mains des nouveaux adhérents du centre, venus au MoDem après la présidentielle. « Mais le choix devra se faire de manière transparente », espère Gilles Vesco, qui plaide pour une « discussion entre les candidats à Lyon pour faire émerger collégialement un leader ». « Il faut surtout qu’on entende les militants », revendique Marc Augoyard."

Seulement treize réactions sur le forum, personne n’en parle sur les blogs mais je commence à m’intéresser de près au cas lyonnais fort bien analysé par Orange démocratique. En effet, le départ d’Anne-Marie Comparini laisse la porte ouverte à de nombreuses autres candidatures et, au-delà du choix des personnes, pose la question des possibilités d’alliances au second tour.

Et pendant ce temps-là, les adhérents continuent à revendiquer leur volonté de s’organiser en toute transparence et démocratie comme Citoyens prenez le pouvoir :

"Non seulement, nous sommes en train de nous former, nous les militants, a être autonomes et responsables et je serais bien surpris qu’il y en ait beaucoup qui acceptent encore d’être des moutons, mais en plus nous créons une nouvelle sorte de militants, qui n’ont plus les même priorités et les même attentes et surtout sans censure, libre comme on disait à l’UDF en 2006.

Nous n’attendrons pas le 25 novembre pour agir. Nous n’attendrons pas comme semble le penser le journaliste de Nice Matin, le mois de décembre pour déclencher les candidatures, négociations et autres tractations liées aux élections municipales et cantonales de 2008. Le MoDem est une entreprise auto gérée qui avance."

Alors à mon tour, comme Quitterie, comme MIP, comme Luc, je relaye l’appel des lyonnais via Génération démocrate dans leur lettre ouverte à Michel Mercier :

"Nous demandons que tous les candidats à l’investiture présentent leur projet et leurs équipes devant les adhérents directs du Mouvement Démocrate, de l’UDF et de CAP21 réunis pour préfigurer le Mouvement Démocrate de demain".

Et je vous invite, vous aussi à signer ce courrier.

Car enfin, souvenez vous pour tous ceux qui étaient présents au Zénith le 24 mai, nous sommes :

Un mouvement de citoyens actifs

Doté d’une charte éthique

Qui donne son plein sens à l’idée de démocratie dans ses rangs

C’est bien là-dessus que nous avons adhéré, que nous revendiquons être aujourd’hui des citoyens réveillés avec une volonté de faire de la politique autrement.

Je pense comme Sébastien Perros que "l’histoire du mouvement démocrate se joue à Lyon, qui deviendra soit le tombeau du MoDem, soit sa capitale…"

Lyon, capitale des Gaules à l’époque gallo-romaine. Au fait Rouen c’était quoi déjà ? La capitale de la seconde lyonnaise…


Billet rédigé sur laureleforestier.com

Noté 5.0/5 (02 votants)

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour