FRANCE DEMOCRATE

Accueil > Document > La France en faillite ? Avec le budget 2008, elle en prend le (...)

La France en faillite ? Avec le budget 2008, elle en prend le chemin

L’opinion de la semaine sur expression-publique.com

jeudi 4 octobre 2007, par FrédéricLN

Bayrouistes pour les finances publiques, hollandistes pour les institutions, kouchnériens en Birmanie : les répondants à cette enquête hebdomadaire vont faire plaisir à beaucoup de monde.

Chacune des enquêtes hebdomadaires d’expression-publique commence par un palmarès des événements qui ont plu ou déplu aux internautes répondant à l’enquête. Viennent ensuite la cote plu/déplu des personnalités politiques, et plusieurs séries de questions thématiques.


Failli sincère et mauvais gérant

La grande bonne nouvelle de la semaine, c’est le "le choix du mot "faillite" utilisé par François Fillon pour décrire la situation des finances publiques" - cela a "plu" à 46% des répondants, "déplu" à 23%.

La grande mauvaise nouvelle, c’est "le projet de budget 2008", "négatif" selon 52% (positif selon 12%).

Les répondants se disent "d’accord" avec François Fillon (64%), même si la France n’est pas au bord de la cessation de paiement - 27% seulement la voient dans cette situation, et 11% seulement se disent "très inquiets" pour le paiement des salaires.

Mais il faut craindre une augmentation des impôts et taxes, selon 66% des répondants (contre 28%).

En effet, "le rétablissement des finances publiques" devrait être "la priorité ... de pair avec la recherche de la croissance et le pouvoir d’achat" (64%), voire "la priorité absolue" (25%, soit 89% au total). Alors que Nicolas Sarkozy situe cette priorité "après la recherche de la croissance", selon 41% des répondants.

Parmi les 4 derniers gouvernements, trois sont très majoritairement jugés responsables de cette dégradation des finances publiques ; ceux de MM. Raffarin (67%), de Villepin (62%) et… Fillon (53%, contre 19%). Seul M. Jospin bénéficie d’un peu plus de jugements favorables.

Oui aux propositions socialistes pour les institutions

Le fait que le PS pose ces conditions est jugé "normal" par 68% des répondants, "constructif" par 54%.

Les propositions socialistes - qui sont, pour l’essentiel, aussi portées par François Bayrou - sont jugées très favorablement ; en commençant par la plus appréciée :
- La garantie d’indépendance de la justice (86%)
- L’interdiction du cumul des mandats
- L’introduction d’une dose de proportionnelle pour l’élection des députés
- Le partage de l’ordre du jour entre le gouvernement et le Parlement
- La limitation de l’usage du 49.3
- La réforme du Sénat pour mieux représenter les grandes villes (63%)

Deux conditions seulement recueillent autant d’avis défavorables que favorables :
- Le droit de vote pour les étrangers aux élections locales,
- Le maintien de l’impossibilité pour le président de la République de s’exprimer devant le Parlement.

La rencontre "entre François Hollande et François Bayrou" n’est "un événement" que selon 40% des répondants. Elle a "plu" à 25%, "déplu" à 21%.

Leurs cotes sont stables - un peu en hausse pour François Hollande à -31% (solde "%plu-%déplu"), un peu en baisse pour François Bayrou à -4%. Celle de Nicolas Sarkozy baisse à -18% ; peut-être l’effet de son "propos ... affirmant que la France est prête "à aider tout pays" qui veut se doter de l’énergie nucléaire civile", qui a "déplu" à 35% (contre 15%). M. Strauss-Kahn a rarement autant "plu" (+23%), tandis que M. Jospin sombre à -35%.

Birmanie : que l’ONU y aille, que Total y reste

La situation en Birmanie justifie "une intervention internationale sous l’égide de l’ONU", jugent 63% des répondants. Mais la "communauté internationale" est "peu active" (66%), "sans influence" (59%) ; voire "divisée" (49%).

Si 22% seulement des répondants voient des effets positifs pour les Birmans à la présence de Total, et si 61% lui voient des effets négatifs pour les Birmans, 54% pensent "pas souhaitable" le retrait de cette compagnie.

La "communauté internationale" aurait-elle des intérêts divergents ?...


Pourcentages sur les 2946 répondants du 29 septembre au 3 octobre, s’exprimant sur l’actualité du 22 au 28 septembre. Voir ici une présentation de cette source d’information et de ses grandes différences avec un sondage représentatif.


Voir en ligne : Participer et consulter les résultats sur expression-publique.com