FRANCE DEMOCRATE

Accueil > Revue > Familles re/dé/composées du Tout-Paris

Familles re/dé/composées du Tout-Paris

La revue de presse de Jacques Bugier - 3 octobre

jeudi 4 octobre 2007, par Jacques Bugier

Adieu Charles

Bertrand Badie, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris, analyse « L’adieu au gaullisme » du Président Sarkozy et de son ministre des Affaires étrangères (La Croix, 3 octobre) : « ... en renouant ostensiblement avec les Etats-Unis, Nicolas Sarkozy affiche un recentrage atlantiste, d’autant plus périlleux que le maître de la Maison-Blanche incarne, jusque chez lui, la figure de l’extrémisme et risque d’entraîner dans ses propres échecs ses nouveaux compagnons de route. »

Cirque divers

Ariane Chemin conte dans Le Monde (3 octobre) l’étonnante fête des noces, au Cirque d’hiver, de la productrice Fabienne Servan-Schreiber et du député européen socialiste Henri Weber - ancien trotskiste. « Invité aux noces, Alain Krivine avait décliné l’invitation. ... Pour parfaire la légende, il faut toujours quelques absents au banquet de la jeunesse disparue. »

Compatibilité

Le Canard enchaîné (3 octobre) repeint son « mur du çon » aux couleurs de l’Empire : « l’ancien et offensif Premier ministre Dominique de Villepin... s’est interrogé sur "la compatibilité des fonctions de maire et de porte-parole de l’Elysée". »

Hommes de culture

Pierre Bergé évoque dans "Médias" (automne 2007) « l’adjoint à la culture de la mairie de Paris et le conseiller culturel [du président Sarkozy] Georges-Marc Benamou », qui « ont en commun de n’avoir jamais mis les pieds dans un théâtre, dans un concert, dans une exposition, dans rien ! … Ils doivent regarder la télé, du moins je le pense, ou je le leur souhaite … »

Collectionneur

Dans un entretien avec Harry Bellet, en page « Culture » du Monde (4 octobre), Alain Delon s’explique sur sa passion. « Tout mon argent passait dans les dessins anciens. Il y en a qui s’achètent des voitures, d’autres qui vont aux putes, moi je préfère les tableaux. (…) Ça n’a rien à voir, mais c’est comme une femme. Je la vois, elle me plaît, je la veux. »