FRANCE DEMOCRATE

Accueil > Perspective > "Les veuves d’ouvriers agricoles, c’étaient des femmes qui travaillaient. (...)

"Les veuves d’ouvriers agricoles, c’étaient des femmes qui travaillaient. Elles devraient avoir une retraite entière."

Témoignage de Micheline t’Kint de Roodenbecke, militante en Normandie

mardi 2 octobre 2007, par FrédéricLN

"Je suis une bénévole de la Banque Alimentaire.

Le principe est simple : on distribue les surplus, les invendus des entreprises de l’agro-alimentaire, en fonction des revenus et des charges des familles. C’est contrôlé par les CCAS [1] des communes, qui participent, pour une petite somme, au fonctionnement de l’ensemble.

Dans mon canton, il y a beaucoup de femmes seules avec enfants, de familles au RMI, de veuves d’ouvriers agricoles… La veuve d’un salarié qui travaillait au Smic ne peut pas vivre, si elle n’est pas propriétaire de son logement.

J’ai passé mon enfance à la campagne. Dans les années 50-60, quand on embauchait un ménage de vachers, le contrat de travail était au nom du mari et la femme devait l’aider ! Traire les vaches, soigner les veaux… ! Elle n’avait pas de salaire et n’était pas déclarée. Les avantages en nature étaient le logement, le cidre, le lait, le bois, et l’électricité - dans les bonnes maisons !

Qu’est-ce qui leur reste ? Rien. Elles ont travaillé dur, même avec des enfants petits, tous les jours, et dimanches et fêtes dans nos fermes d’élevage. C’était encore une économie de troc, personne ne considérait que c’était du travail au noir. Amputer la retraite de leur mari [réduite, après son décès, à la "pension de réversion", soit 54%], ça me semble être une injustice, et aussi un non-sens juridique. Le contrat de travail englobait, en réalité, le couple. Je trouve que ce serait juste d’attribuer la retraite entière au couple, tout au long de la vie de la survivante."


Témoignage recueilli au Forum des démocrates de Seignosse - 13 septembre 2007.


Voir en ligne : Contribuer à l’action des Banques Alimentaires


[1Centres Communaux d’Action Sociale