« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

"Nucléaire, éolien : le MoDem doit exiger un débat sur les faits !"

Entretien avec Micheline t’Kint de Roodenbeke, militante MoDem dans la Manche

, 2 octobre 2007

Vu 1892 fois | 0 commentaire(s) | Noté 4.7/5 par 03 votant(s)

Pro-nucléaire, Micheline t’Kint de Roodenbeke rejoint, sur un point, des opposants au nucléaire comme Bernard Laponche : elle veut que les faits prévalent sur les idéologies. Entretien avec cette militante qui a été candidate suppléante aux législatives 2007.

Qui êtes-vous ? Je suis propriétaire d’un gîte dans la 4ème circonscription de la Manche - c’est-à-dire celle de l’usine de retraitement de la Hague.

Comment verriez-vous un débat démocratique, au meilleur sens du terme, sur le nucléaire ? Avec des scientifiques : des experts reconnus ! Un débat sur l’énergie où on comparerait tous les chiffres des différentes options : la consommation, le prix de revient, le prix de vente, l’amortissement sur tant d’années, l’émission de CO2 et la pollution, les conditions de travail …

Qu’est-ce qui vous déplaît dans la façon dont on discute du nucléaire en France ? L’idéologie prend toujours le pas sur le débat scientifique. Le débat n’est jamais serein. Il est marqué par un lobbying idéologique et économique. Et quand il y a un débat idéologique, il y a toujours une culpabilisation du contradicteur … gentils contre méchants. Quand un élu est favorable au nucléaire, on l’accuse d’être vendu à la taxe professionnelle … quand il est favorable aux éoliennes, il devient un bon gestionnaire soucieux de trouver des revenus supplémentaires pour sa commune ! Finalement, ce n’est plus un débat, c’est de la manipulation.

Vous le constatez également dans votre circonscription ? Les habitants de ma circonscription sont, pour la plupart, très pro-nucléaires. Les gens qui travaillent au quotidien dans ces entreprises se rendent compte qu’ils travaillent dans des conditions qui ne sont pas dangereuses. Les syndicats sont les premiers à le constater ; leurs prises de position dans la presse font le contrepoint de Greenpeace et des écologistes idéologues.

Actuellement, les éoliennes ont complètement occulté le débat sur l’EPR. Sous couvert de bonne conscience écologique, on voudrait nous faire croire que le salut vient des éoliennes. C’est un lobbying puissant et très organisé. L’éolien rassure, c’est le vent opposé aux milliers de becquerels. Le vent, chacun se dit qu’il connaît ; les becquerels, tout le monde ignore tout, mélange tout, c’est facile d’inquiéter voire de terroriser les gens.

On veut des éoliennes à tout prix. Là encore, c’est un débat idéologique et pourtant quand il y a un parc éolien, la population perd sa maison, qui devient invendable et est soumise à de véritables nuisances. C’est aussi un sujet tabou, chaque maire de petite commune espère obtenir son parc éolien…

Comment le MoDem peut-il améliorer la qualité du débat ? En exigeant des chiffres, des faits, des bilans, les parts de marchés que cela représente, en exigeant qu’ils soient publiés. En valorisant nos points forts : la France pollue peu, nous avons moins que les autres d’émissions de CO2 et de gaz à effet de serre, grâce au nucléaire ! Nous avons investi beaucoup dans nos choix énergétiques ; nous n’allons pas être pénalisés maintenant de la même manière que les plus gros pollueurs ! On ne peut pas avoir à la fois des lignes Très Haute Tension pour l’EPR, et des éoliennes qui ne servent à rien ! Le MoDem doit réclamer que la France ne soit pas défigurée inutilement par des éoliennes plus hautes que ses clochers, alors qu’une de nos richesses, c’est le tourisme.

Nous souhaiterions un débat au Parlement, mais il faut tenir compte du poids des médias. C’est-à-dire exiger des temps d’antenne équivalents sur le fond et la forme.

Il faut aussi regarder les questions qui se posent sur les biocarburants : leur coût de production, et la place qu’ils prennent, au détriment des cultures vivrières. Cette année, les récoltes ont été mauvaises : pour des raisons météorologiques qu’on a déjà vécues dans le passé, nous n’aurons aucun surplus et peut-être même un manque. La météo et l’élevage des animaux ne se gèrent pas de la même façon qu’une chaîne de production industrielle !


Sources d’information recommandées par Mme de Roodenbeke au sujet de l’éolien :
- www.ventdecolere.org
- www.environnementdurable.net
- "Comment vendre du vent à prix d’or", article de Sophie Coignard dans Le Point du 9 août 2007.

Noté 4.7/5 (03 votants)

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour