« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

Le Journal d’une bayrouiste en Maurienne

, 15 août 2007

Vu 1331 fois | 0 commentaire(s) | Noté 0.0/5 par 0 votant(s)

Florence Arnoux Le Bras tient un journal au sens étymologique du terme : elle donne de ses nouvelles chaque jour ou presque. C’est l’un des plus riches des blogs orange, aussi jeune soit-il.

Florence a commencé le 3 juin avec 6 billets, dont une distribution de roses orange et un préambule : "J’ai trente-deux ans, je suis bayrouiste depuis un an seulement et pourtant je crois l’être depuis ma toute petite enfance".

"C’est en janvier dernier - écrit-elle le 6 juin - que j’ai décidé de m’engager pour soutenir la campagne de François Bayrou. C’était devenu une évidence, l’on ne peut pas se plaindre de la manière dont le pays est gouverné ... et ne jamais rien faire pour que cela change ... Pendant des années ... j’ai repoussé l’échéance, en me disant que l’occasion se présenterait plus tard. J’ai eu un enfant, puis un autre, encore un autre... enfin, enceinte du cinquième, je me suis décidée. C’est difficile de s’engager, je le comprends, c’est se mettre sur le dos une terrible responsabilité, c’est accepter l’idée que l’on peut changer quelque chose."

Après 8 jours, c’est déjà une fin : "Hier, c’était le premier tour des élections législatives. Le MoDem a subi de nombreux échecs au plan national, celui qui me touche le plus est celui de Patrick Mignola dans notre troisième circonscription." Lundi 18 juin, la correction à gauche lors du second tour ne console guère Florence : "Il m’a fallu des années pour comprendre que je n’étais ni de gauche, ni de droite, un vilain petit canard en somme, avide de trouver d’autres vilains petits canards."

Le lundi 25, elle définit le Modem comme "force nouvelle" : "C’est ... un héritage humaniste qui fait de l’homme, et non de l’argent, la valeur principale ... Parfois il faut retourner aux fondements de notre société. ... Le MoDem offre aux citoyens une chance de reprendre en mains la politique".

Le 29 juin : "Nous avons fêté la naissance officielle d’une section MoDem en Maurienne ... Nous avons déjà une salle de réunion et une permanence qui sont aussi la salle de jeux de mes enfants et notre chambre d’amis."

Le 2 juillet, Florence est de mauvaise humeur : elle espérait rencontrer François Bayrou lors de son passage dans la région le 9 juillet, il s’avère qu’elle ne pourra guère que l’applaudir (pire : ce sera plein, pas moyen de s’asseoir ni d’entendre).

Le 9 juillet aussi, Florence évoque les limites d’une action militante, inévitablement conflictuelle - comment gérer pacifiquement la concurrence politique ? Elle écrit ainsi le 27 juillet au sujet de la façon de fonctionner du PS local : "si cela doit se pratiquer un jour au sein du MoDem, ce sera sans moi".

Le 19 juillet, Florence revient sur son engagement, avec un titre qui sonne comme un encouragement : "comment s’engager ?" : "J’avais d’abord contacté l’équipe de campagne de François Bayrou par l’intermédiaire du site www.bayrou.fr pour apporter mon soutien. Mais, comme je souhaitais participer concrètement à la campagne, un mail de réponse m’a orientée vers la fédération de l’UDF Savoie. J’avais bien réfléchi, il me semble, j’étais sûre de ce que je faisais, suffisamment enthousiaste pour que mon mari ait envie de me suivre dans cet engagement. ... Si j’avais des inquiétudes quant à la manière dont nous serions accueillis, elles étaient totalement infondées."

Le 23 juillet, Florence aborde l’organisation du Modem, sujet qui attirera sur son blog de nouveaux lecteurs/trices et commentateurs/trices : "On a sous les yeux aujourd’hui le spectacle pitoyable que donne un parti dont les ’chefs’ se sont séparés des militants et des sympathisants. ... Le MoDem ne doit pas fonctionner comme une pyramide, il y a déjà trop de pyramides qui éloignent les élus du peuple, il doit être comme une maison ouverte sur la rue. ... Le renouveau ne peut se passer de l’expérience et inversement. ... Il faut connecter les modémistes entre eux, accepter qu’ils participent aux décisions importantes et qu’ils ne sachent pas forcément se mettre en rang. Cela n’entamera pas leur unité et leur capacité à agir, bien au contraire. ... Le MoDem ... n’est pas une machine à gagner les élections. Il est un moyen de réformer la politique."

Cette "connection" existe sur internet ? Dimanche 12 août : "Les aspirations communes qui nous ont poussés à bloguer sont à elles seules un véritable programme ... Mais ... nous ne pouvons pas nous contenter d’internet, ... nous ne pouvons pas rester entre nous, ce serait ... renoncer à défendre efficacement nos idées. Alors, aux municipales !"


Abrégé d’un billet de "Démocratie sans frontière" daté 15 août 2007.

Noté 0.0/5 (0 votants)

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour