FRANCE DEMOCRATE

Accueil > Méthode > De proche en proche, l’information circule, les pratiques évoluent

De proche en proche, l’information circule, les pratiques évoluent

Les méthodes proposées par Cédric Augustin mixent ses expériences d’informaticien et de militant

jeudi 27 septembre 2007, par FrédéricLN

Cédric Augustin, militant MoDem dans les Alpes-Maritimes, a déjà une expérience de la politique locale en tant que responsable de circonscription.

Il est également informaticien et blogueur - "Citoyens prenez le pouvoir !" est classé parmi les 150 premiers blogs politiques par wikio.

Il avait surpris, au printemps dernier, avec son "Algorithme de colonies de fourmis appliqué au Mouvement démocrate" : si la politique est faite de messages, d’information, il n’est pas pour autant nécessaire d’en planifier la transmission. Elle peut trouver son chemin de proche en proche et circuler ainsi de plus en plus efficacement, comme le font les fourmis.

Comment concilier une vision aussi innovante de l’organisation, et les pesanteurs de la politique départementale ou municipale ? La difficulté se pose sur chaque aspect de l’organisation.
- Équilibre des pouvoirs : certains critiquent la présence à l’UDF, dans chaque département, d’un délégué du siège national : c’est non démocratique ? au contraire, selon Cédric Augustin, ce peut être un utile contre-pouvoir au Président départemental. À maintenir dans l’organisation départementale.
- Découpage du territoire : par bassins de vie ? ou en cohérence avec les découpages électoraux ? c’est parfois très différent… il y a aussi de très petits et de très grands "bassins de vie" !
- Bénévolat et responsabilité : il est "délicat en effet de demander formellement des comptes à quelqu’un qui a offert ses services".

Ces réflexions conduisent-elles à faire le MoDem à l’identique de l’UDF ?

Début septembre, Cédric Augustin met les pieds dans le plat : "Je suis allé faire un tour sur le site e-soutiens.bayrou.fr ... les pleurnicheries ... sur le manque de démocratie, le manque de transparence, bla, bla m’exaspèrent au plus haut point. J’ai un peu l’impression que beaucoup l’oublient, ... le MoDem est un parti politique (en devenir). ... Pas grand chose pour les enfants de choeur. On vient dans un parti politique pour se battre. Se battre pour défendre ses idées, se battre pour être élu, se battre pour mettre en oeuvre le projet de société auquel l’on croit. On se crêpe le chignon, on s’allie, on se déteste, on s’apprécie, on se méprise, on s’admire. C’est une bête structure humaine comme nos sociétés en font plein".

Il faut donc encourager et "canaliser les ambitions" : "que les divergences aient leur place dans la structure, mais au service du parti et pas pour casser les élans."

Le débat sur ce billet est vif sur son blog comme sur e-soutiens. Cédric Augustin en fait un florilège dans un second billet, et déduit de son expérience que… les militants MoDem utilisent Firefox.

L’alternative lui semble être "Modem philosophique ou concret ?" : "La phrase que j’ai le plus entendue lors d’opération de tractage est "qu’est-ce que j’ai à y gagner ?". Le clientélisme a encore de beaux jours devant lui... Si tant est que l’on soit élu, on gouverne avec toute sorte de gens, d’horizons et d’intérêts divers. ... Pour influer sur le pouvoir il faut en prendre, pour être élu il faut se faire connaître. ... Il ne faudra pas attendre que le mouvement d’idées soit structuré pour se préoccuper des postes électifs."

Une réponse à Thierry Crouzet, "Modem Centric" qui voit les préoccupations électorales paralyser les forces de renouveau.

Si la politique locale reste ce qu’elle est, peut-il se passer quelque chose de nouveau ? Bien sûr, pour Cédric Augustin. Les rencontres de Seignosse le conduisent à souhaiter la création de fédération(s) sur internet : "structure non localisée, totalement intégrée dans le parti, qui dispose de représentants dans les instances, reconnus comme experts et référents pour l’ensemble du parti sur une thématique". Voilà qui innoverait effectivement... tout en s’appuyant sur l’expérience de réseaux thématiques existants, comme Centr’égaux ou Ethique et Progrès.

C’est de proche en proche, à partir de l’expérience de chacun, que les pratiques peuvent évoluer. Comme pour les fourmis.