FRANCE DEMOCRATE

Accueil > Reportage > Dernier tango à Seignosse

Dernier tango à Seignosse

Impressions de citoyens actifs

jeudi 27 septembre 2007, par Jacques Bugier

Agir « dans la responsabilité, le service et la rencontre des autres » : ces mots de François Bayrou, le 15 septembre au Forum Démocrate de Seignosse définissent sans doute, aux yeux de beaucoup de nouveaux arrivants, souvent néophytes en politique, le sens de leur engagement, de l’élan civique qui les porte.

Cette femme d’une cinquantaine d’années, assise en tailleur dans le gazon avec les participants d’un atelier de parole, se présente : « psychothérapeute à Rennes ». « Tous, nous croyons trop souvent que la réponse à tout problème nécessite l’engagement de moyens financiers, de l’argent. Mais nous sommes avant tout des êtres de lien. Et c’est là qu’est la réponse : créer, recréer du lien. »

L’atelier s’intitule « MoDem, intellectuels, acteurs sociaux et experts ». Où il s’entend aussi que « les équipes municipales de gauche savent le mieux entretenir des relations avec les associations et intervenir pour les plus démunis culturellement. »

Dans les salles voisines, face à la dune, on travaille à guichets fermés, parfois debout à la fenêtre, sur d’autres thèmes : « Une génération politique nouvelle avec le MoDem », « Un mouvement de citoyens actifs », « Un mouvement… démocrate »…

« Il y a une attente citoyenne entre une droite qui se droitise et une gauche qui a perdu ses repères. » Aux militants prêts à se porter candidats : « Ecoutez, consultez des experts légitimes, rencontrez les responsables associatifs, syndicaux… Faites-le en temps et en heure, avant de présenter bilans et projets. Soyez des gens humbles qui vont à la rencontre des gens qui savent pour les écouter. » Car « l’expert dont vous avez besoin, ce n’est pas le professeur de sciences politiques qui va venir vous expliquer le dimanche soir pourquoi vous avez perdu l’élection à 0,01 %... »

Débat sur la pluralité (opinions, racines politiques, engagements associatifs…) et la diversité (sexes, origines, catégories socioprofessionnelles, âges…) dans la constitution d’équipes. Oui mais « attention, on ne peut pas s’entendre avec tout le monde ! » Pourtant, « pour bâtir un projet, il faut être… imaginaire ! »

Le fonctionnement interne du mouvement soulève les passions. « Il faut rendre les fichiers publics, pouvoir savoir qui est qui. » « Nous voulons quelque chose où il y ait de la transparence, du respect, des comptes à rendre. »

Un cri du cœur retentit en écho, d’un atelier à l’autre : « Nous voulons des formations ! »

Citoyens actifs, responsabilité, service et rencontre des autres. Le pari est exigeant.

Dans son éditorial intitulé « La mort du centre ? » (la Croix, 17 septembre), Dominique Gerbaud s’inquiète pour François Bayrou : « Il fait le pari de faire exister sa famille politique sur un « projet de civilisation » et non sur des alliances. C’est à la fois courageux et terriblement risqué car les socialistes et les sarkozystes ont tout intérêt, eux, à faire perdurer le clivage droite – gauche. »