« retour à l'accueil France Démocrate, Le journal de la démocratie en mouvement
»«
»«

Contribuer au site Syndiquer le site Impression Contact Plan du site

En lien

» FMI

MM. Sarkozy et Fillon crédités de bonnes intentions

Les enquêtes expression-publique hebdomadaires, fin juin à mi-juillet

, 20 juillet 2007

Vu 1441 fois | 0 commentaire(s) | Noté 0.0/5 par 0 votant(s)

Projets de traité européen simplifié, de "small business act" ou d’eurovignette, introduction annoncée de la proportionnelle, candidature de Dominique Strauss-Kahn au FMI : les initiatives et projets du nouveau pouvoir sont plutôt bien reçues par les visiteurs du site expression-publique.

Chacune des enquêtes hebdomadaires d’expression-publique commence par un palmarès des événements qui ont plu ou déplu aux internautes répondant à l’enquête. Viennent ensuite la cote plu/déplu des personnalités politiques, et plusieurs séries de questions thématiques.

1) Les bonnes nouvelles de ces trois semaines

Voilà ce qui a plu aux répondants (les formulations sont celles du questionnaire) :

- L’accord des 27 pays de l’Union européenne pour présenter la candidature de Dominique Strauss-Kahn à la direction générale du Fonds monétaire international (FMI) (54% / contre 7% déplu). 72% pensent que DSK a raison de vouloir accéder à ce poste, 24% seulement réprouvent l’accession d’un socialiste à une institution dite libérale.
- La réaction des autorités britanniques après les tentatives d’attentats déjoués en Grande-Bretagne (48% / 1)
- La tenue de la conférence internationale sur le Darfour (45% / 2)
- L’accord trouvé entre les 27 pays de l’Union européenne sur un projet de traité simplifié destiné à remplacer la Constitution européenne (49% / 20)
- L’annonce que Jacques Chirac sera entendu avant le 15 septembre comme "témoin assisté" dans l’affaire des emplois fictifs du RPR à la Mairie de Paris (40% / 11)
- La publication des chiffres du chômage pour le mois de mai faisant état du passage sous la barre des 2 millions de chômeurs (34% / 15)
- La mise en cause de Dominique de Villepin dans l’affaire Clearstream lors de l’audition du général Rondot devant les juges et la perquisition à son domicile qui s’en est suivie (32% / 15)
- Le départ de Jack Lang de la direction du PS pour protester contre la menace de sanction dont il faisait l’objet (30% / 13)
- L’annonce par Nicolas Sarkozy du développement du réseau de vidéo-surveillance dans les transports en commun (29% / 12)
- La décision de Nicolas Sarkozy de ne pas utiliser son droit de grâce à l’occasion du 14 juillet (30% / 14)

2) Les mauvaises nouvelles

- La décision de France 5 de ne pas reprendre à la rentrée l’émission de décryptage sur la télévision, "Arrêt sur images" (3% / 52)
- L’intention de Danone de vendre sa branche biscuits Lu au leader américain de l’agro-alimentaire Kraft (1% / 50)
- L’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité en France (11% / 41)
- L’autorisation de la célébration de la messe en latin par le pape Benoît XVI (12% plu / 35% déplu)
- Le plan de redressement de la Sécurité sociale présenté par le gouvernement, ayant notamment pour effet de réduire la prise en charge des patients sans médecin traitant (19% / 38).

3) La cote des personnalités

- Grosso modo stable pour N. Sarkozy : la différence entre "plu" et "déplu" est de +4% à + 14% selon les semaines. Idem pour François Fillon (-6% à +2%)
- Toujours très basse pour S. Royal (-36% à -28%) et F. Hollande (-48% à -34%).

4) Le bilan de Tony Blair

Il est positif (58% contre 27), essentiellement grâce à
- l’Irlande du Nord (83% / 6)
- la croissance de l’économie (77% / 7)
- l’emploi (67% / 17)

... et malgré
- l’Irak (6% positif, 87% négatif).

Les répondants situent Tony Blair au centre (27%) ou centre droit (30%).

Ils s’attendent, de la part de Gordon Brown, à une politique soit "moins pro-européenne" (38%), soit "sans changement" (34%).

5) Le projet de traité européen "simplifié"

L’absence du mot Constitution est "sans grande importance" selon les répondants (62%).

La mise en oeuvre en 2014 voire 2017, de certaines mesures, est "trop tardive" (69%).

Aspects jugés favorablement, par 66 à 77% contre 8 à 17% :
- Le vote à la majorité qualifiée (et non plus à l’unanimité) pour 40 nouveaux domaines (coopération judiciaire, coopération policière…) ;
- La mise en place d’une présidence du Conseil européen élue pour 2 ans et demi au lieu de la présidence tournante de six mois ;
- La nomination d’un haut-représentant pour la diplomatie européenne ;
- Le droit pour les Parlements nationaux de demander le ré-examen d’une proposition de loi de la Commission européenne si elle leur paraît empiéter sur leurs compétences nationales ;
- La réduction du nombre de commissaires à 15 membres à partir de 2014 ;
- L’adoption des décisions du Conseil européen par 55% des Etats membres représentant au moins 65% de la population européenne à partir de 2017.

Aspects jugés négatifs, par 67 à 82% contre 6 à 10% :
- Le droit pour l’Angleterre de ne pas signer la Charte des droits fondamentaux ;
- L’abandon des symboles comme le drapeau européen, l’hymne européen et l’euro mentionné comme monnaie de l’Union dans le nouveau traité.

Deux sujets sur 10 suscitent des réponses divergentes, ce sont les sujets économiques et sociaux :
- L’abandon de la référence à l’objectif de mise en œuvre d’une "concurrence libre et non faussée" (décision positive pour 41% ; négative selon 25%) ;
- L’abandon de la partie III de la Constitution européenne sur les dispositions économiques et sociales.

6) Attentats en Grande-Bretagne

Selon les répondants, ils démontrent "la détermination des terroristes à monter de nouvelles opérations" (59%) et "la capacité des terroristes à se fondre dans la population y compris d’assez haut niveau" (66%).

Les répondants "maintiendraient" un projet de voyage à Londres (74%). Ils jugent les risques d’attentat en France "assez élevés" (51%) ... mais pas "très" : 8% seulement.

Ils pensent la vidéosurveillance efficace pour "identifier les auteurs des attentats" (86%). Ils sont assez peu nombreux à la trouver attentatoire aux libertés individuelles (et même, 35% répondent "pas du tout").

7) La déclaration de politique générale de François Fillon : il a "bien marqué ses priorités" (43% contre 14%)

Quatre de cinq mesures annoncées par François Fillon sont jugées souhaitables par de larges majorités (la cinquième étant les franchises médicales) :
- "L’accès privilégié des PME à une partie des marchés de l’Etat et des collectivités",
- "La création d’une "eurovignette" taxant les poids lourds",
- "Le lancement d’un plan pour désenclaver les quartiers difficiles",
- "L’expérimentation de la gratuité des musées".

Concernant la commission sur les institutions, 58% estiment que "c’est aux partis de la gauche ou du centre de choisir leurs représentants dans ces groupes", et non au pouvoir de les désigner.

Parmi les annonces dans le domaine institutionnel, deux se détachent nettement :
- "L’introduction d’une dose de proportionnelle aux élections législatives ou dans l’élection des sénateurs",
- "Le droit de regard de l’Assemblée nationale sur les nominations de dirigeants d’entreprises publiques et des autorités de régulation (CSA…)". Les deux mêmes sont jugées, par 74% contre 15 pour chacune, de nature à "assurer un meilleur équilibre des institutions".

"Que le président de la République puisse venir expliquer chaque année sa politique à l’Assemblée nationale" renforcerait le rôle "du président de la République" (52%) plutôt que "de l’Assemblée nationale" (18%).

Jack Lang a été nommé à la "Commission Balladur" : les répondants lui donnent raison d’accepter - et de quitter la direction du PS en protestation contre la menace d’une sanction.

57% (contre 16) sont favorables à sa proposition d’une démission collective des dirigeants du PS.

8) Affaires Chirac

Fin juin, les répondants avaient le sentiment que Jacques Chirac montrait sa volonté "de ne pas collaborer avec la justice" (55% contre 27).

Mi-juillet, 79% pensent que "Jacques Chirac était informé dans le détail de la façon dont Dominique de Villepin traitait l’affaire Clearstream".

La qualification retenue par la majorité des répondants est celle de "règlement de comptes" (52%, contre trois autres réponses possibles : "scandale d’Etat, complot, histoire sans importance").

Cette minimisation explique sans doute la réponse suivante, si le mot "machination" est jugé trop fort par les répondants : "L’implication de Dominique de Villepin dans la machination de l’affaire Clearstream est ...
- certaine : 24%
- probable : 48%
- peu probable : 11%
- exclue : 2%".

9) Approbation assez large, mais sans enthousiasme, pour divers aspects de l’action du président de la République

- sa présence à l’Ecofin est "un succès apparent" (48%) ;
- la non-grâce du 14 juillet est approuvée par 60% contre 29% ;
- le président a "bien représenté la France" en Algérie et Tunisie (56% contre 20%) ;
- sa volonté annoncée de "favoriser le travail de mémoire de la France sur son action pendant la période coloniale, mais pas la "repentance"" satisfait 64% des répondants ;
- son souhait de rapprocher des "sociétés françaises, comme Gaz de France, Suez ou Total avec le groupe public algérien pétrolier Sonatrach" est une "bonne chose" selon 47% (contre 15%).


Analyse rédigée le 20 juillet 2007 et publiée sur France démocrate le 27 septembre 2007.

Les pourcentages portent sur les effectifs de répondants à 3 enquêtes d’expression-publique :
- 2259 répondants à partir du 30 juin, sur l’actualité du 23 au 29 juin 2007,
- 1581 répondants à partir du 7 juillet, sur l’actualité du 30 juin au 6 juillet,
- 2092 répondants à partir du 14 juillet, sur l’actualité du 7 au 13 juillet.

Voici ici une présentation de cette source d’information et de ses grandes différences avec un sondage représentatif.

Différence supplémentaire : la faible mobilisation des Français sur les sujets politiques, en juin et juillet, s’est traduite par une très faible participation à ces enquêtes hebdomadaires : moins de 2000 personnes sur celle du 7 juillet, c’est le plus faible niveau depuis que je m’intéresse à ces enquêtes (automne 2005). Cela réduit la qualité des résultats.

NB : le public du site est plus "ouiste" que l’ensemble de l’électorat : de l’ordre de 60 oui / 40 non.

Les formulations de cette liste sont celles du questionnaire

Noté 0.0/5 (0 votants)

À la Une

Brèves - Voir toutes les brèves S'abonner aux brèves

Le dessin du jour